Bordeaux : Un magistrat sauvagement assassiné

Publié le 25 août 2011 dans Actualités, Faits divers

Bordeaux : Un magistrat sauvagement assassiné

Le magistrat, Myriam Sanchez (photo), a été retrouvé mort ce matin dans le quartier de la Benauge à Bordeaux. Selon les premières constatations, celle-ci aurait été sauvagement agressée avec un objet contondant. Son corps était allongé sur la banquette avant de la voiture et présentait, selon le procureur, «d’importantes lésions à la tête».

Diplômée de l’ENM (école nationale de la magistrature), elle a été successivement juge d’instruction à Chalons sur Marne, juge des enfants à Nantes, puis à Libourne, avant de rejoindre l’Ecole en février 2008 en tant que coordinatrice de la formation sur les fonctions de juge des enfants.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :

Les réactions sont terminées

  • Marc
    26 août 2011 à 07:58 |

    Pour faire un complément à votre article, un homme est actuellement en garde à vue, mais son identité n’a pas été révélé.

    • Annie
      26 août 2011 à 13:12 |

      Oui, c’est son ancien compagnon qui est en garde à vue actuellement.

      • Jean
        29 août 2011 à 13:58 |

        Son identité a été révélé. Il s’agit de Sylvain Sinanovic.

  • FCourvoisier
    26 août 2011 à 09:39 |

    Quand ones une femme, on est MAGISTRATE!
    Nous sommes en 2011, pas au 19ème siècle(pas de femmes dans la magistrature )…!!!???

  • Hébien
    26 août 2011 à 11:01 |

    C’est UN juge (donc UN magistrat);

    même si c’est une femme.

  • 27 août 2011 à 17:44 |

    Myriam Sanchez,s’était plainte auprès de ses proches du harcèlement qu’il lui aurait fait subir….
    Quand des juges refusent de croire à la dangerosité d’un ex-compagnon , et minimise les signaux d’alertes ou les appels au secours , et ne prennent pas suffisamment en compte les éléments du dossier, ils mettent une femme et ses enfants en danger. Cette fois une magistrate en a mesuré la réalité.
    De nombreuses femmes sont mortes pour cela. Pour autant pas de principe de précaution de poser très volontairement , et force est de constater que dans notre pays le doute ne profite ni aux enfants, ni aux femmes…
    Valentine SOS

    • Lézard plastique
      28 août 2011 à 10:17 |

      C’est un banal fait divers dont on ne parle que parce que la victime est une magistrate.
      Issue prévisible d’un harcèlement ?
      Toutes les ruptures provoquent un mal-être appelé crise conjugale avant, et faisant la fortune des avocats après, quand il y a patrimoine et enfants. Aucun principe de précaution ne prévient les comportements pathologiques hélas.
      Il plaidera la folie passagère et aura le sursis, en France on a de l’indulgence pour le crime passionnel…

      • Tramblay
        28 août 2011 à 19:49 |

        Il faut arrêter avec cette expression fataliste de “crime passionnel“ qui finalement contribue à minimiser la violence dominatrice de son ex-compagnon. Il serait plus juste de parler de “crime possessionnel“ !!
        Et marre effectivement de traîner la patte en France devant le nombre encore effarant de femmes qui meurent sous les coups de leur (ex)compagnon !! A revoir : «La domination masculine» de Patrick Jean.