Noel Mamère : « Arrêtez de nous asséner votre conception judéo-chrétienne du mariage »

Publié le 11 février 2011 dans Actualités, Politique

Noel Mamère : « Arrêtez de nous asséner votre conception judéo-chrétienne du mariage »

Lors des débats à l’assemblée nationale sur la bioéthique, le député-maire de Bègles, Noël Mamère, s’en est violemment pris à un député de la majorité gouvernementale, Xavier Breton : « Monsieur Breton, il faudrait quand même regarder la réalité de la société. Vous n’êtes pas obligé de la regarder à travers le filtre de vos convictions qui, en l’occurrence, vous aveuglent ! […] Aujourd’hui, plus de la moitié des enfants naissent hors mariage. Cela contredit complètement votre baratin sur le mariage. Si, comme vous le prétendez, celui-ci induit la naissance des enfants, on devrait annuler le mariage des couples infertiles. Arrêtez de nous asséner votre conception judéo-chrétienne du mariage. […] Nous sommes dans une société laïque et nous sommes, dans cet hémicycle, en train de fonder la loi. Celle-ci ne s’inspire pas des religions. […] La loi s’inspire de la société. Elle fixe un cadre. Le mariage n’est qu’un contrat passé entre deux personnes qui ont choisi de vivre ensemble. Cela n’a rien à voir avec les conceptions qu’on peut en avoir dans l’église, dans la synagogue ou dans la mosquée ».

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :,

Les réactions sont terminées

  • Hélène
    11 février 2011 à 16:41 |

    « Vous n’êtes pas obligé de la regarder à travers le filtre de vos convictions qui, en l’occurrence, vous aveuglent ». C’est vrai qu’en « mariant » des homo contre la loi à Bègles il y a quelques années, ce n’était pas du tout à travers le filtre de ses convictions !

  • Arcathor
    11 février 2011 à 17:42 |

    Non monsieur Mamère, une loi ne s’inspire pas de la société, une loi est promulguée avant tout en vue du bien commun de la société.
    Si toute une société pratique le meurtre, la loi ne doit pas s’inspirer de ces meurtre pour les autoriser.

  • esprit libre
    11 février 2011 à 20:44 |

    Noël Mamère est passé du microcosme médiatique au microcosme politique en restant sans foi ni loi, libéral-libertaire séduit par toutes les décompositions morales et sociales. La schizophrénie est chez lui assumée : fortune et villa du Cap Corse d’un côté, gauchisme de l’autre, un jour voulant des mosquées et le lendemain organisant des mascarades de mariages entre hommes, défenseur de la nature comme des unions contre-nature… rien ne l’effraie pourvu qu’il ait l’ivresse de faire parler de lui, en souffrance de n’être plus présentateur de télévision et regardé. Le député Xavier Breton incarne ce qu’il déteste : un homme ayant des convictions, des repères et du coeur.

  • Lézard plastique
    12 février 2011 à 16:44 |

    Si Noël Mamère n’existait pas, il faudrait l’inventer ! C’est le comique du siècle, il n’en loupe pas une.
    Vous la connaissez, celle-ci ? Noël et son petit vélo dans la tête :
    http://www.youtube.com/watch?v=_DMwmJ0MXCs

  • Lézard plastique
    12 février 2011 à 16:49 |

    Au sujet du petit vélo, voici ses explications embrouillées, mais il réussit admirablement à se victimiser :
    http://www.youtube.com/watch?v=KTNx87d-PFs&feature=related

  • castel
    13 février 2011 à 07:48 |

    C’est un pauvre type qui est prêt à faire et à dire n’importe quoi pour attirer l’attention.

  • Lézard plastique
    13 février 2011 à 09:27 |

    Oui, mais le pauvre type réussit à se faire élire à la Mairie de Bègles, ville où pourtant on connait le personnage, député aussi, et à s’emparer de chaque micro qui passe : faire le clown médiatique soigneusement provocateur est PAYANT. Ce n’est pas un pauvre type, c’est un super malin qui sait tirer parti et profiter de toute les situations. Même les plus bancales, surtout les plus bancales.

  • esprit libre
    13 février 2011 à 12:12 |

    Comment Bègles peut élire un « bobo » « friqué », oisif et libertaire, mystère !