Villeneuve : Mohamed Sakhar Bendahar est passé aux aveux

Publié le 9 février 2011 dans Actualités, Faits divers

Villeneuve : Mohamed Sakhar Bendahar est passé aux aveux

L’affaire de la rixe mortelle de Villeneuve du 29 janvier dernier est sur le point d’être élucidée. Impliqué dans la rixe mortelle entre deux bandes de maghrébins, Mohamed Sakhar Bendahar a été interpellé dimanche à Bordeaux à sa descente d’avion en provenance du Maroc. Ce dernier vivait dans le quartier Montanou à Agen, connu pour défrayer régulièrement la chronique (photo).

Dans la nuit du 28 au 29 janvier une trentaine de racailles appartenant à deux bandes rivales d’Agen et de Villeneuve, dont certains étaient masqués et armés de couteaux et de battes de base-ball, s’étaient violemment affrontés. Kamal El Garmaoui avait été mortellement blessé de plusieurs coups de couteau.Ce fait divers a été qualifié d' »événement exceptionnel » par le député-maire PS de Villeneuve et une marche blanche (photo) avait rassemblé entre 150 et 200 personnes dans les rues de cette petite ville du Lot-et-Garonne. Dans un communiqué de presse, le Front national condamne les évènements et appelle la population à soutenir massivement ses deux candidats (Catherine Martin et René Ortis) aux élections cantonales de mars prochain.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, , ,

Les réactions sont terminées

  • Lézard plastique
    11 février 2011 à 16:19 |

    Oh oh ! pression ? censure ? délit d’opinion ? ouverture de parapluie ?
    « Attention en publiant une réaction […]caractère diffamatoire, injurieux, obscène, pornographique, offensant, violent ou incitant à la discrimination, à la violence politique, raciste, xénophobe, sexiste ou homophobe ».
    Toute liberté d’expression peut être interprétée comme telle. Si je dis « Mon chien est un corniaud stupide », la SPA peut s’en alarmer et le MRAP y lire un sous-entendu raciste. Dans ce cas, bye bye, l’autre info !

    • 11 février 2011 à 18:02 |

      Non, monsieur Lézard plastique, rien de tout cela, juste une mise en conformité avec la loi, ce site étant édité et hébergé en France.
      Sans ces précisions, chacune des réactions publiée engagerait de facto la responsabilité d’Infos Bordeaux. N’importe qui pourrait alors mettre n’importe quoi en vue de nuire à ce site qui, sincèrement, est bien loin de la censure (et cela est rare dans tout ce qui touche à l’information).
      Après ces précisions, libre à vous d’écrire ce qui vous plaît et d’engager un débat, ce site est fait pour cela. Maintenant, si quelqu’un tient absolument à aller aux tribunaux, nous ne l’accompagnerons pas.

      • Lézard plastique
        12 février 2011 à 08:49 |

        Assez inquiétant, votre réponse. Non de la part d’Infos Bordeaux, mais dès que l’on exprime une opinion, on est susceptible de franchir les limites du politiquement correct et de tomber sous le coup de la loi. Les journalistes, habituellement, ne balancent jamais leur source, en est-il autrement avec les adresses IP ? Dans ce cas, je préfère m’abstenir de donner mon avis (qui n’est pas essentiel à la marche du monde…) et me contenter de lire les autres.

        • Arcathor
          14 février 2011 à 10:25 |

          Bienvenue, cher Lézard, en France, pays des libertés !!! Parce qu’il y en a encore qui imagine que nous sommes libres dans ce pays de penser et de dire ce que l’on veut (je pense notamment à la loi Gayssot…)
          Et bien malheureusement non, quand on voit le classement international fait par reporter sans frontières, la liberté de la presse n’est pas le point fort de la France !…
          Quant à l’anonymat des sources, il me semble qu’il ne concerne que les sources d’informations des journalistes et non les commentaires faits sur un site (bien au contraire).

          Désolé ! mais ne vous laissez pas abattre par ce terrorisme intellectuel à la française. En restant poli et vigilant, on réussi tout de même à dire, plus ou moins directement, ce que l’on veut.