Les dessous de l’élection présidentielle : Alain Juppé manœuvre avec François Bayrou

Publié le 9 mai 2012 dans Actualités, Politique

Les dessous de l’élection présidentielle : Alain Juppé manœuvre avec François Bayrou

Nos confrères de Minute publient dans le numéro de cette semaine, un article sur les dessous de la campagne présidentielle et les manœuvres illusoires du maire de Bordeaux, Alain Juppé. Une fin de carrière qui ressemble à un véritable désastre.

Tel est pris qui croyait prendre… L’ancien premier ministre et maire de Bordeaux, qui avait misé sur la défaite de Nicolas Sarkozy pour se poser en leader d’une opposition ayant besoin de sa modération après la « dérive droitière » du président sortant, a compris, mais trop tard, qu’il était la première victime de ses basses manœuvres politiciennes.

Lundi matin, Alain Juppé a annoncé le retrait de sa candidature aux élections législatives dans la deuxième circonscription de la Gironde pour se consacrer « à sa tâche municipale ». Le beau prétexte… C’est déjà pour avoir perdu cette circonscription, dont il avait hérité en 1997 de Jacques Chaban-Delmas – qui la détenait depuis 1946 ! –, qu’il avait dû quitter, en juin 2007, le poste de ministre de l’Ecologie, un mois tout juste après avoir été nommé.

En réalité, Juppé se replie sur son pré carré, la municipalité, pour essayer de le sauver en 2014, ce qui ne sera pas une mince affaire dans la mesure où François Hollande a obtenu plus de 57 % des voix sur l’ensemble de la ville de Bordeaux. Et il fuit sa circonscription après que le candidat socialiste y a recueilli 59,41 % des suffrages !

Or, ce qu’il y a de drôle dans cette affaire, c’est que Alain Juppé ne peut s’en prendre qu’à lui-même et à ses magouilles avec le Modem avec lequel il dirige Bordeaux et avec lequel il aurait voulu diriger la France. Lorsque, au lendemain du débat télévisé de l’entre-deux-tours, François Bayrou a annoncé qu’il voterait pour François Hollande au second tour, certains, à l’UMP, y ont vu la patte traîtresse… d’Alain Juppé. Un coup de Jarnac qui aurait été fomenté de concert entre les deux hommes pour flinguer Nicolas Sarkozy – comme Juppé avait aidé Chirac à abattre Giscard en 1981 – sans que Alain Juppé puisse être formellement incriminé…

« Minute » peut aussi révéler que l’an dernier, cherchant la fenêtre de tir qui lui permettrait de se porter candidat à la présidence de la République en lieu et place de Nicolas Sarkozy, Alain Juppé avait conclu un accord avec François Bayrou. Dans cette hypothèse, Bayrou aurait retiré à son profit sa candidature à la présidence de la République moyennant l’assurance de devenir son premier ministre…

Ce que le maire de Bordeaux n’a pas mesuré, c’est l’impact de la prise de position de Bayrou entre les deux tours sur l’électorat bordelais en général et sur celui de la deuxième circonscription en particulier. Au premier tour, Marine Le Pen n’a rien pesé dans celle-ci : environ 7 % des voix, tandis que Bayrou dépassait 11 %. Au vu des résultats, on s’attendait alors à un score pour Hollande de l’ordre de 54 %, ce qui restait jouable pour Juppé eu égard à son poids personnel. Mais les électeurs centristes ont suivi massivement l’appel de Bayrou… Et celui-ci ne pouvant décemment plus voler au secours de son ami et comparse pour les législatives, Alain Juppé n’avait plus aucune chance d’être élu à l’Assemblée nationale.

Plutôt que de se battre, quitte à être défait avec les honneurs, Juppé déserte donc et laisse la voie libre à une réélection triomphale de celle qui l’avait battu en 2007, la socialiste Michèle Delaunay, modèle de sectarisme contre les écoles libres et contre tout ce qui, de près ou de loin, ressemble à un catholique. Après tout, cela ne gêne peut-être pas tant que cela le fondateur de l’UMP et premier président de l’UMP qui estimait en 2009, parlant de Benoît XVI, que le pape « vit dans une situation d’autisme total » et « commence à poser un vrai problème »…

Source : Hebdomadaire Minute, numéro 2563

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, , , ,

Les réactions sont terminées

  • PROMPT'O
    9 mai 2012 à 15:58 |

    Moi je trouve qu’on rigole bien ces jours-ci, pas vous ?

  • Marc
    9 mai 2012 à 16:01 |

    Moi aussi 🙂 Pour une fois que ces guignols nous font rire, profitons-en !

  • Gargamel
    9 mai 2012 à 17:11 |

    C’est vrai qu’il vaut mieux en rire… Comme je rigole de voir tous ces bobos bordelais qui, une fois qu’ils auront subi une immigration massive comme d’autres métropoles, émigreront vers des contrées plus tranquilles . C’est le phénomène naturel des « Fractures françaises » décrit par le géographe Christophe Guilluy.

  • NLC
    10 mai 2012 à 15:05 |

    Un fin politique, ce Juppé, après la magnifique dissolution de 97, l’alliance avec Bayrou, et quel courage ! Il est sur au moins de ne pas prendre une veste.