Pour Alain Juppé, « l’islamophobie » est « contraire au principe de laïcité » !

Publié le 28 août 2012 dans Actualités, Politique

Pour Alain Juppé, « l’islamophobie » est « contraire au principe de laïcité » !

Le maire de Bordeaux était ce matin l’invité de France-Inter. Interrogé sur sa préférence pour la présidence de l’UMP, l’ancien Premier ministre Alain Juppé a décliné les points fondamentaux sur lesquels l’UMP devait se baser.

S’il n’a pas encore annoncé sa préférence entre François Fillon et Jean-François Copé, celui-ci a indiqué que « l’islamophobie » serait contraire « à la laïcité et au principes républicains ».

« Un des points de clivages fondamentaux, c’est l’attitude vis-à-vis de l’islam. L’islamophobie qui globalise le problème de cette religion est contraire au principe de laïcité et contraire aux principes républicains ».

Selon Caroline Fourest et Fiammetta Venner (journalistes très marquées à gauche) « Le mot islamophobie a pour la première fois été utilisé en 1979, par les mollahs iraniens qui souhaitaient faire passer les femmes qui refusaient de porter le voile pour de mauvaises musulmanes en les accusant d’être islamophobes. Il a été réactivé au lendemain de l’affaire Rushdie, par des associations islamistes londoniennes ».

Cette intervention d’Alain Juppé est finalement peu surprenante pour un homme qui déclarait le 16 avril 2011 « Ce printemps arabe ne doit pas nous faire peur. Ce sont les citoyens qui revendiquent leur dignité et crient leur aspiration à la liberté individuelle. Le monde arabe renoue avec la tradition d’ouverture, de changement et de modernité qui fut la sienne pendant des siècles » !

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, ,

Les réactions sont terminées

  • Etienne
    28 août 2012 à 14:56 |

    Ce n’est pas plutôt l’islamophilie qui serait contraire à la laïcité !

  • Marc
    28 août 2012 à 14:59 |

    La phobie, ce n’est pas la peur par hasard ? Pourquoi ne pourrait-on pas avoir peur de l’islam ?

  • Nathalie
    28 août 2012 à 15:32 |

    Pourquoi devrait-on donner son adhésion à cette idéologie ?
    Moi , je n’en veux pas et rien ne me fera changer d’avis
    C’est une idéologie perverse et méchante, plutôt dégueulasse, un point c’est tout, et qui n’a rien à faire dans notre pays.

  • Elda
    28 août 2012 à 17:09 |

    C’est quoi ce délire ? Y’en a marre d’être traité d’islamophobe quand on est contre la viande hallal et l’abattage rituel et cruel des animaux de boucherie, et contre le port du voile intégral en France. Je lutterai toujours contre ça. Marre aussi d’être traité d’homophobe quand on est contre le mariage gay ! Marre de ces amalgames stupides. Marre aussi de la « christianophobie » ambiante contre laquelle on n’entend pas Mr Juppé !

    • maury
      28 août 2012 à 18:49 |

      Juppé comme les autres politicards sont scochés à l’idée de parler vrai en ce qui concerne cette idéologie de mort .Son copain Obrou est un dissimulateur et ça juppé devrait s’en apercevoir mais il fait l-autruche,il a sans doute intérêt à le faire comme toute l’umps :ILS VEULENT NOTRE PERTE ET CA ILS LE PAIERONT, ON LEUR DEMANDERA DES COMPTES ET CETTE HISTOIRE D ISLAMOPHOBIE QU ILS RÉCITENT COMME DES CONS ON LEUR FERA BOUFFER!!!!

  • Boatolette
    28 août 2012 à 17:31 |

    @Elda : difficile de parler d’être contre l’abattage « cruel » des moutons lorsqu’à côté de ça, on rigole des têtes de cochons empalées devant les grilles des mosquées, ou que l’on mange du foie gras issu d’une bonne torture également !!

  • Gargamel
    28 août 2012 à 18:14 |

    J’ai atteint le stade où cela me faisait hurler de rire (avant de retomber dans la déprime). L’analyse sémantico-historique d’Info-Bordeaux est intéressante et vient confirmer que l’islamophobie est la nouvelle arme des Frères Musulmans et affiliés (i.e. UOIF en France). Donc tout est logique dans cette déclaration de Juppé qui a été capable de promettre une belle mosquée à une association affiliée à l’UOIF. A terme, grâce à des traitres comme Juppé, la France risque quelques petits soucis notamment dans le milieu professionnel, le Code du Travail n’ayant rien prévu face aux revendications communautaristes au sein de l’entreprise (personne ne parle par exemple des chauffeurs de bus qui demandent des aménagements pour aller faire la prière?).

    Pourtant un rapport du HCI avait tiré la sonnette d’alarme en 2011 :
    http://www.hci.gouv.fr/IMG/pdf/HCI-Avis-laicite-entreprise-pdf-2.pdf
    Mais sujet trop sensible à l’approche des présidentielles…
    Je me permets d’ailleurs de rappeler cette merveilleuse idée de l’association des DRH de France qui, en juin dernier, voulait supprimer 3 jours fériés chrétiens du calendrier pour …. allez devinez-quoi ?

    Tout cela fera grand plaisir au CCIF, Comité Contre l’Islamophobie (il faut aller visiter leur site pour se taper une crise de fou rire) : ces petits rigolos ont bien compris le sens de la loi de 1905 et le principe de laïcité, interprété de façon fallacieuse par de nombreux français, confondu avec une règle implicite qui régit nos habitudes de vie depuis des dizaines d’années, et respectée par une majorité d’individus en dehors de quelques juifs : la neutralité religieuse. On est parti pour avoir droit à de plus en plus de revendications de toutes sortes et de manifestations de leur religion de façon spectaculaire (comme les prières géantes sur les parkings).

    PS A ceux qui ont du temps à perdre, je leur conseille de parcourir le rapport de la mission parlementaire qui avait évalué la pertinence d’établir une loi sur le port du voile intégral dans l’espace public : vous serez amusé de découvrir la sincérité de certains députés (y compris de gauche) face à la montée du communautarisme (essentiellement musulman mais pas seulement).

  • Gargamel
    28 août 2012 à 18:20 |

    Immigration et islam :quand la droite était très très à droite…
    http://www.fdesouche.com/194762-immigration%E2%80%86-quand-la-droite-etait-a-droite
    « Parmi les participants : Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac, Michèle Alliot-Marie, Roselyne Bachelot, Alain Juppé, Gérard Longuet, mais aussi… François Bayrou. »

  • brom
    28 août 2012 à 21:55 |

    L’affirmation de Caroline Fourest (citée dans l’article) selon laquelle le mot islamophobie « a pour la première fois été utilisé en 1979, par les mollahs iraniens » est complètement fausse. Le mot était utilisé dès 1910 par Alain Quellien dans son ouvrage « La politique musulmane dans l’Afrique Occidentale Française », et dans d’autres ouvrages de l’époque.
    La « serial-menteuse » est décidément fidèle à sa réputation.

    • Gargamel
      28 août 2012 à 22:43 |

      Certes… mais Alain Quellien ne l’a certainement pas utilisé avec la même intention que les mollahs iraniens….

  • joseph
    29 août 2012 à 08:04 |

    et si on se mettait à parler de la chritiannophobie ambiante !
    Allez dire sur votre lieu de travail : « je fais le carême » vous verrez les réactions !
    Quant à monsieur juppé , l’heure de la retraite a sonné !!!

  • David
    29 août 2012 à 08:55 |

    Le 20 septembre, Joachim Véliocas sera à Bordeaux afin de présenter son ouvrage : « Ces maires qui courtisent l’islamisme ». Alain Juppé est en bonne place http://www.mollat.com/livres/joachim-veliocas-ces-maires-qui-courtisent-islamisme-9782917617083.html

    • Xavier
      29 août 2012 à 15:16 |

      Enfin une bonne nouvelle dans cette morne rentrée littéraire !! la présentation de l’ouvrage se fera où, car je n’ai rien trouvé.
      Merci

  • Gargamel
    29 août 2012 à 13:27 |

    Le livre de Joachim Véliocas est incroyablement bien documenté. Cependant, son site (islamisation) mérite un bémol : j’y ai à plusieurs reprises constaté des raccourcis dangereux concernant des articles piochés ailleurs.

    • Marc
      29 août 2012 à 13:50 |

      Il est surtout pas très lisible, mais il regorge de très bonnes informations

  • esprit libre
    29 août 2012 à 13:58 |

    Ce maire commence à poser un problème !

    Au fait, un bon ouvrage pourrait l’intéresser : « Ces maires qui courtisent l’islamisme » par Joachim Véliocas
    http://www.tatamis.fr/sites/journalisme/page/page.php/id/111493/l/Se%20procurer%20Ces%20maires%20qui%20courtisent%20l%20islamisme

  • yémïd
    29 août 2012 à 21:29 |

    Bonjour, pourquoi nos hommes politiques et nos très très très grands vraiment très grands philosophes et journalistes, ne parlent ils pas des hadiths, rattachés au coran et dévoile la face caché de l’islam.

  • yémïd
    29 août 2012 à 21:55 |

    Bonjour,

    pour donner un sens à ce que j’aie écris plus haut, lire l’ouvrage d’Anne Marie Delcambre (l’islam des interdits) qu’ Alain Juppé lise cet ouvrage après peut être il pourra y voir plus claire.

  • JOSEPH
    30 août 2012 à 13:36 |

    @yémid
    bonjour , vous connaissez les autruches ?
    Alors je vous le dis on est entourés d’autruches et de faux culs

  • joseph
    30 août 2012 à 13:40 |

    @Yémid
    j’ai assisté à une conférence d’ Anne Marie Delcambre et j’ai eu la chance d’échanger quelques mots avec elle .Quel plaisir !
    C’est une érudite , je ne vois pas d’autre mot de plus elle est vive , pétillante , pleine d’humour !

  • Celtibère
    31 août 2012 à 09:03 |

    C’est la première fois que je suis censuré sur ce blog.

    [modération : 1. Vous n’avez pas été censuré ! – 2. Avec de tels propos, vous allez bientôt l’être. ]

  • Claude Vranais
    1 septembre 2012 à 02:12 |

    censuré ou pas mon connentaire n’a pas été publié…celtibére et moi meme alors avons du etre « oubliés »…

  • temudjen
    10 septembre 2012 à 15:14 |

    Etre hostile à une religion est une opinion. En tant que telle cela est protégé par la République.

    • maury
      10 septembre 2012 à 18:00 |

      ne FABLE déjà ancienne circule sur Internet. Elle illustre ce qui fut une pensée prémonitoire de notre triste réalité européenne.

      LE CHIEN ET LES CHACALS

      Du coquin que l’on choie, il faut craindre les tours
      Et ne point espérer de caresse en retour.
      Pour l’avoir ignoré, maints nigauds en pâtirent.
      C’est ce dont je désire, lecteur, t’entretenir.
      Après dix ans et plus d’homériques batailles,
      De méchants pugilats, d’incessantes chamailles,
      Un chien estoit bien aise d’avoir signé la paix
      Avecque son voisin, chacal fort éclopé
      A l’allure fuyante, que l’on montroit du doigt,
      Qui n’avoit plus qu’un œil, chassieux de surcroît,
      Et dont l’odeur, partout, de loin le précédoit.
      Voulant sceller l’événement
      Et le célébrer dignement,
      Le chien se donna grande peine
      Pour se montrer doux et amène.
      Il pria le galeux chez lui,
      Le fit entrer, referma l’huis,
      L’assit dans un moelleux velours
      Et lui tint ce pieux discours :
      « Or donc, Seigneur Chacal, vous êtes ici chez vous !
      Profitez, dégustez, sachez combien je voue
      D’amour à la concorde nouvelle entre nous !
      Hélas, que j’ai de torts envers vous et les vôtres,
      Et comme je voudrois que le passé fût autre !
      Reprenez de ce rôt, goûtez à tous les mets,
      Ne laissez un iota de ce que vous aimez ! »
      L’interpellé eut très à cœur
      D’obéir à tant de candeur.
      La gueule entière à son affaire,
      Il fit de chaque plat désert
      Cependant que son hôte affable
      Se bornoit à garnir la table.
      Puis, tout d’humilité et la mine contrite,
      En parfait comédien, en fieffée chattemite,
      Il dit : « Mais, j’y songe, mon cher,
      Nous voici faisant bonne chère
      Quand je sais là, dehors, ma pauvrette famille :
      Mes épouses, mes fils, mes neveux et mes filles,
      Mes oncles et mes tantes que ronge la disette,
      Toute ma parentèle tant nue que maigrelette.
      Allons-nous les laisser jeûner jusqu’au matin ? »
      « Certes non ! » répliqua, prodigue, le mâtin,
      Qui se leva, ouvrit, et devant qui passèrent
      Quarante et un chacals parmi les moins sincères.
      Sans tarder cliquetèrent les prestes mandibules
      Des grands et des menus, même des minuscules.
      Ils avoient tant de crocs, de rage et d’appétit,
      Ils mangèrent si bien que petit à petit
      Les vivres s’étrécirent comme peau de chagrin
      Jusqu’à ce qu’à la fin il n’en restât plus rien.
      Ce que voyant, l’ingrat bondit :
      « Ah ça, compère, je vous prédis
      Que si point ne nous nourrissez
      Et tout affamés nous laissez
      Tandis que vous allez repu,
      La trêve entre nous est rompue ! »
      Ayant alors, quoi qu’il eût dit,
      Retrouvé forces et furie,
      Il se jeta sur son mécène,
      Et en une attaque soudaine il lui récura la toison,
      Aidé de toute sa maison.
      Puis, le voyant à demi-mort,
      De chez lui il le bouta hors.
      Et l’infortuné crie encore
      «La peste soit de mon cœur d’or ! »
      Retenez la leçon, peuples trop accueillants :
      À la gent famélique, point ne devez promettre.
      Ces êtres arriérés, assassins et pillards
      Marchent en rangs serrés sous le vert étendard.
      Vous en invitez un, l’emplissez d’ortolans,
      Et c’est jusqu’à vos clefs qu’il vous faut lui remettre.

      Jean de LA FONTAINE

  • 16 septembre 2012 à 12:37 |

    S’il n’a pas encore annoncé sa préférence entre François Fillon et Jean-François Copé, celui-ci a indiqué que « l’islamophobie » serait contraire « à la laïcité et au principes républicains ». « Un des points de clivages fondamentaux, c’est l’attitude vis-à-vis de l’islam. L’islamophobie qui globalise le problème de cette religion est contraire au principe de laïcité et contraire aux principes républicains ».

  • Démmocrate
    23 septembre 2012 à 09:46 |

    Une poésie que Jean de la Fontaine n’a jamais écrite. Étrange n’est-ce pas ?