Tribune Libre de Denis Parest : « Les mauvaises fréquentations de Vincent Feltesse »

Publié le 31 décembre 2012 dans Actualités, Politique, Tribune libre

Tribune Libre de Denis Parest : « Les mauvaises fréquentations de Vincent Feltesse »

Quand on est diplômé d’HEC et de Sciences Po, que l’on a enchaîné les postes prestigieux autour du monde et que l’on est élu de la république, on ne peut pas être fondamentalement stupide. Mais lorsque, malgré un tel pedigree, l’on est capable d’enchaîner les arguments foireux et les raisonnements absurdes comme le fait Vincent Feltesse* dans sa tribune dans le Sud-Ouest du 31 décembre 2012, c’est que l’on a de très mauvaises fréquentations.

Au menu, le plat le plus réchauffé de la gauche post mitterrandienne : le droit de vote des étrangers. Bien que promis par le candidat Hollande, cette promesse s’est vue rapidement repoussée sine die, au profit d’autres mesures tout aussi utiles en temps de crise comme le mariage entre personnes du même sexe. Mais la gauche, prompte à former sa propre opposition (avec des amis comme eux, etc.), ne se prive donc pas de rappeler à l’ex candidat ses engagements, donnant par la même occasion quelques gages à son terreau électoral. Le terreau le plus fertile n’étant rien sans une bonne quantité de fumier, l’exercice consiste avant tout à enchaîner les amalgames et autres invraisemblances.

“Le droit de vote aux élections locales, c’est accorder aux étrangers la capacité d’être acteurs de leur citoyenneté”, assène Feltesse. Etrange citoyenneté que celle de gens qui, par définition, en sont le parfait antonyme : un étranger n’est pas, et ne peut pas être citoyen, pas plus qu’un chat ne peut être à la fois mort et vivant. A moins de changer de réalité.

Alors l’élu de la Gironde sort l’argument massue : le patriotisme fiscal. Les étrangers qui payent des impôts doivent pouvoir voter, parce qu’ils payent des impôts. Etrange citoyenneté, là encore… étrange et ô combien ultralibérale : si est citoyen celui qui paye des impôts, alors ne peut l’être celui qui n’en paye pas (ou bien le monde entier est citoyen). Celui qui en paye plus devrait donc être plus écouté que celui qui en paye moins. A fortiori, les entreprises du CAC 40, gros contribuables, devraient elles aussi disposer d’un droit de vote, au prorata de leur contribution à la gabegie nationale. Et n’oublions pas, enfin, de faire voter aux élections locales chaque personne qui paye des impôts locaux (taxe foncière sur une résidence secondaire, ou sur l’investissement immobilier d’un fonds de pension étranger). A ce jeu-là, la gauche ne peut que perdre son âme – et, plus grave, les élections.

Mais foin de tout cela. Car Bordeaux, nous dit et nous répète Feltesse, est une ville cosmopolite. Il n’a pas tout à fait tort. Que la ville ait été façonnée par les apports étrangers, cela ne fait aucun doute. Par la richesse des négociants européens, bien entendu. Par les passages que d’illustres étrangers (Hölderlin, Goya…) y ont faits et l’empreinte qu’ils y ont laissée. Vouloir assimiler à cette richesse, patrimoniale et intellectuelle, les apports douteux d’une population extra-européenne en quête des mamelles intarissables de l’État providence relève d’un bon et franc mensonge.

Alors que cherche Feltesse ? Il le dit presque explicitement : il s’agit de donner un coup d’arrêt, définitif, au “racisme”, personnifié selon lui par le vote Front National. Cette grande bataille, engagée depuis le début des années 1980 sous le règle d’un Mitterrand machiavélique, celle de la vieille France contre la France d’après, celle des potes de l’après-la-France contre celle des gaulois, celles des contributeurs du grand Ponzi de la solidarité nationale contre ses bénéficiaires. Et pour gagner une bataille électorale, nul moyen plus efficace que celui qui consiste à choisir son électorat. La gauche, comme la droite, le pratique depuis longtemps en découpant à son gré les circonscriptions électorales. Cette fois, c’est le coup de Jarnac, l’ultima ratio. Les français votent mal : faisons voter les autres.

Si “gouverner, c’est prévoir”, on a un peu de mal à comprendre ce que cherche cette gauche ; car si la mesure serait pour l’instant circonscrite aux postes “subalternes” (pas d’accès aux fonctions de maire ou d’adjoint), aucune raison objective ne s’opposerait à cette extension. Que l’on se rappelle les débats ayant entouré l’adoption du PACS, censé tenir lieu de mariage pour les homosexuels. L’on voit mal comment la gauche, qui montre dans cette proposition la portée de son machiavélisme, pourra finalement résister aux tentations communautaires qui ne manqueront pas d’apparaître.

Et dans 20 ans, le journal Sud Ouest publiera une tribune du sempiternel député de la Gironde, peut-être alors maire de Bordeaux, expliquant doctement que le port du niqab s’impose dans certains quartiers, et que ceux qui s’opposent à l’ouverture des piscines différée selon le sexe des usagers sont des salauds réactionnaires. A moins que Vincent Feltesse ne renonce d’ici là à ses mauvaises fréquentations.

* Photo avec Ludovic Freygefond et Harlem Désir

Tribune libre de Denis Parest pour Infos Bordeaux

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :,

Les réactions sont terminées

  • champoiseau
    1 janvier 2013 à 21:35 |

    JE CITE MONSIEUR CHURCHILL QUI ECRIVAIT IL Y A PLUS DE 70 ANS : < LE SOCIALISME C'EST LA PHILOSOPHIE DE L'ECHEC____ LE CREDO DES IGNORANTS___LE PRECHE DE LA HAINE___l'ENVIE.
    FERMEZ LE BAN

  • Philippe
    2 janvier 2013 à 10:26 |

    Manifestement l’auteur de cette tribune n’a pas entendu parler du chat de Schroedinger. Quantiquement ce chat peut être à la fois mort ou vivant. Il faut distinguer réalité et prise de connaissance de la réalité. Une parabole à méditer, peut être. Bonne année 2013 quand même.

    • Parest
      2 janvier 2013 à 14:25 |

      Il me semblait pourtant que le clin d’oeil était assez clair, et que la phrase suivante clarifiait encore le propos pour les happy few qui auraient reconnu la parabole. Tant pis.

  • arc-33
    8 janvier 2013 à 15:40 |

    Je suis étranger. Allemand d’origine. Je vie en France depuis 20 ans, je suis marié ici, j’ai deux enfants, je paye mes impôts, j’emploi du personnel, mais je ne peux pas voter. Alors votre constat « un étranger n’est pas, et ne peut pas être citoyen » me dérange. J’ai portant bien l’impression d’être citoyen. Il me semble correspondre assez bien à la définition « La citoyenneté symbolise le respect des droits et devoirs de citoyen d’un État, permettant une vie en communauté harmonieuse et durable ». Par contre votre tribune me semble peu harmonieuse.

    • Michel
      11 janvier 2013 à 11:55 |

      Vous ne connaissez pas vos droits. En tant qu’Allemand, vous disposez comme tous les citoyens des Etats de l’Union européenne, du droit de vote aux élections municipales de l’Etat membre de votre lieu de résidence. Ce traitement favorable est justifié par le fait qu’il existe un traité qui institue une réciprocité entre citoyens européens.