Affaire “Leonarda” : l’abominable duplicité de la gauche

Publié le 19 octobre 2013 dans Actualités, Politique, Tribune libre

Affaire “Leonarda” : l’abominable duplicité de la gauche

Le 8 janvier 2013, à l’heure du déjeuner, un agent de police pénétrait dans la cantine de l’école maternelle d’Ustariz (Pyrénnées Atlantiques), repérait Léa, atablée avec ses camarades, la prenait par le bras sous les yeux hébétés de ses camarades et la ramenait chez elle. Motif : ses parents n’avaient pas réglé 170 euros de frais de cantine. L’affaire, insignifiante, avait provoqué un tollé politique et médiatique. L’insupportable Vincent Peillon avait qualifié cette intervention de “violence” inacceptable et scandaleuse. Ce genre d’évènement, s’il est rare, n’est pas isolé, et, de temps en temps, les journalistes en mal d’informations intéressantes se font l’écho d’histoires similaires.

Autant dire que la personne qui a ordonné l’interpellation spectaculaire de la jeune Leonarda savait parfaitement ce qu’elle faisait.On aurait pu croire, devant les cris d’orfraie des politiciens professionnels, les hurlements des syndicalistes lycéens, qu’il n’y avait là qu’une réaction légitime, tout cela n’est absolument pas un accident, ni des dommages collatéraux. C’était voulu. Tout à fait voulu.

Pour quelle raison un fonctionnaire aurait-il volontairement provoqué ce raz-de-marée médiatique, mettant en difficulté le gouvernement qui l’emploie ? Simplement parce que le programme des “socialistes” n’a rien à voir avec la publicité mensongère qu’il adresse à l’électeur ; pour être clair, c’est même à peu près l’inverse. Le socialisme ouvrieriste originel a laissé la place à une doctrine libérale-libertaire aux antipodes des racines du parti, et si le discours teinté de références sociales fait encore illusion, les actes en sont la négation.

Sur le papier, oui, le gouvernement a été mis en difficulté et a été dépassé sur sa gauche. En réalité, il a parfaitement réussi son coup : les lobbies immigrationnistes se bousculent sur les plateaux télé pour demander la fin des expulsions ; on va sans doute reconsidérer les règles procédurales et rallonger les procédures, officiellement pour les rendre “plus justes et plus humaines”. En réalité pour les rendre inefficaces.

Et Valls dans tout ça ? Loin d’être gêné par ce très relatif contre-temps, il s’en frotte les mains. Derrière une fausse image d’autorité, il est en réalité le laxisme incarné, en témoignent les chiffres d’éloignement des clandestins. L’affaire “Leonarda”, c’est la poudre aux yeux lancée par ce mauvais illusioniste pour faire oublier qu’en un an, ces expulsions ont baissé de 40% en France métropolitaine.

Mais ce laxisme n’est pas une faiblesse, il est une volonté. Celle de faire passer l’application de la loi pour moralement  inacceptable (ce que s’acharnent à faire RECF, GISTI et autres). En montant une intervention policière digne d’une rafle sortie d’un mauvais film sur l’occupation, c’est volontairement que l’on décrédibilise l’Etat, dans le seul but de donner à ses adversaires les arguments et l’opportunité d’imposer leur volonté.

Bref, le cas de Leonarda (que les mêmes feront tôt ou tard revenir) n’est que la dernière illustration de l’abominable duplicité du pouvoir socialiste. Menteur, manipulateur, falsificateur. Semant la haine et régnant par la division (διαβολή, “diabolè”). “ Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge” (Jean, VIII, 44)

 Tribune libre de Denis Parest pour Infos Bordeaux

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, ,

Les réactions sont terminées

  • Philippe quentin
    20 octobre 2013 à 08:33 |

    C’est peut être vrai mais le plus probable est que loin de manifester une cohérence diabolique, le gouvernement et le parti qui le soutient, plus ou moins, tirent à hue et à dia
    S’il y a complot c’est celui médiocre de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. Mais cela comme la rose declose ne dure que l’espace d’une vespree.
    Philippe

  • PROMPT'O
    21 octobre 2013 à 16:56 |

    Des beautés pareils, ça ne devraient pas quitter la France !

  • François Jay
    21 octobre 2013 à 20:06 |

    Le Président Hollande rappelle la petite Léonarda. Un geste qui va être interprété comme un aveu de faiblesse, dans le monde entier. Un appel à tous les candidats à l’émigration. Les millions de personnes qui rêvent de venir dans l’Europe de Schengen savent maintenant que le pouvoir est pleutre, ici. Ils vont choisir notre pays.

    Le gouvernement était ridicule (affaire syrienne), le monde entier sait, qu’en plus, il est stupide.
    Merci Président.

  • Tartuffes rose-vert
    22 octobre 2013 à 14:32 |

    Dans cette affaire, tous les ingrédients sont réunis pour donner le spectacle réussi d’un moralisme de gauche sans aucune éthique politique et sans plus aucune autorité :

    – l’affaire Léornada n’est pas sérieuse car cette famille n’a strictement aucun droit de se maintenir en France au regard des normes en vigueur; c’est bien ce qui fait la gravité de la séquence politique ;
    – les socialistes font semblant de découvrir la politique d’immigration qui s’applique en France avec une totale continuité en dépit des alternances politiques mais toujours avec aussi peu d’efficacité ;
    – F. Hollande ruine le peu de crédit et d’autorité qui lui reste en proposant un pitoyable compromis qui se solde par une déroute médiatique ;
    – les écologistes tirent à boulet rouge sur un pouvoir que, du haut de leurs 3% d’électeurs, ils ne soutiennent plus que de la pointe de leur minuscule épée et appellent au désordre lycéen généralisé.

    Front républicain ? Mais ça consiste aujourd’hui à faire front contre ces politiciens bons à mettre au rencart…

  • Diogène
    22 octobre 2013 à 17:34 |

    Un président de la république qui intervient dans une telle affaire désavoue son premier ministre pour le moins totalement court-circuité…mais avec ce Mr.Bricolage à la tête de l’Etat il ne faut plus s’étonner de rien…Ici il applique une méthode a la Mitterand…ce qui fait les affaires du FN qu’il dit vouloir combattre et divise davantage le pays…Résultat inverse de ce qu’il attendait,même dans on camp on critique..le ridicule ne tue plus….heureusement sinon nous serions d’enterrement.

  • joseph
    22 octobre 2013 à 22:32 |

    Mais laissez donc lé.narda venir finir ses « études  » enfin !! Sa place est réservée en Mat Sup (Moyenne Section de maternelle !)

    Toute cela qui s’ajoute à cela est complètement surréaliste !

  • maury
    4 novembre 2013 à 23:22 |

    Encore un rideau de fumée pour nous cacher leur incompétence totale .l’idéologie qui ressort à chaque fois est destinée à nous faire perdre la boussole ceci ajouté au politiquement correcte qui sert à nous museler des fois que…..!Combien de profiteurs comme eux en France qui nous ruinent et qui en + se f…de nous??????VIVE MARINE!!!!!