Bordeaux : Plusieurs milliers de personnes contre le « mariage pour tous »

Publié le 2 février 2013 dans Actualités, Politique, Spécial "mariage" homosexuel

Bordeaux : Plusieurs milliers de personnes contre le « mariage pour tous »

A l’appel du collectif « manif pour tous », plusieurs milliers de bordelais étaient réunis cet après-midi place Pey-Berland, afin de manifester leur opposition au « mariage » homosexuel. Les participants (2500 selon la police et 7000 selon les organisateurs), demandaient le retrait de la loi Taubira et affichaient leur détermination face à un texte « inique » et « discriminant envers les enfants ».

Le public était composé majoritairement de familles, mais aussi de plusieurs élus venus encourager les manifestants. Ces derniers étaient invités à signer une pétition demandant la saisine du Conseil économique, social et environnemental (CESE), « troisième assemblée constitutionnelle de la République », pour « réunir les 500.000 signatures afin de bloquer la progression du débat« .

Près de 95 manifestations similaires ont été organisées aujourd’hui dans tous les départements français. Les opposants au projet de loi Taubira ne désarment pas. Ils appellent déjà à un nouveau rassemblement à Paris le 24 mars prochain.

manif pour tous

PS : À noter qu’un petit groupe d’activistes homosexuels, mené par Simon Labouyrie, a déployé une banderole favorable au projet de loi socialiste, vite repliée suite à quelques tirs d’œufs.

mariage homosexuel bordeaux

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, ,

Les réactions sont terminées

  • Vladimir
    3 février 2013 à 06:00 |

    Bravo à tous ceux qui étaient présents malgré le froid et le vent. Bravo aux identitaires qui ont réussi grâce à leur pression (et quelques oeufs)à faire retirer la banderole que des homosexuels avaient déployée au premier étage d’un immeuble.

  • Elda
    3 février 2013 à 08:32 |

    Oui, cette brochette d’activistes homos qui affiche « ta gueule homophobe »…je les ai aussi pris en photo. Des insultes et des grossièretés sans arrêt, voilà ce qui caractérise les « pro-mariage gay », dans toutes les manifs…Quels sont les moyens juridiques de faire cesser ces insultes ?

    • Morgan
      3 février 2013 à 13:54 |

      C’est une honte ! Vous vous prenez pour qui ? Nous n’avons insulté personne alors que nous avons eu droit a des doigts, bras d’honneur, tirs d’oeufs. Quelle belle mentalité !!

      • el zid
        3 février 2013 à 19:16 |

        vous vous êtes pris des œufs car les gens en avaient marre de se faire cracher dessus par vos petites copines.

        • Cynthia
          3 février 2013 à 22:07 |

          « Vos petites copines », association forte intéressante… En quoi jugez-vous de ce que vous désirez alors que vous le déplorer en même temps?…

        • Morgan
          3 février 2013 à 22:10 |

          Personne n’a craché sur personne. NOUS, nous étions respectueux. Vous avez halluciné. Vous n’étiez seulement pas contents que nous contre manifestions. Dommage pour vous. Et je vous rassure, dans ce groupe nous n’étions pas tous homosexuels.

          • jo
            11 mars 2013 à 23:55 |

            Non ,desolé , je les ai vu.Je n’ai pas participé a aucunbe des manifsd ,mais il est clair que beaucoup des « pros » se comportent comme des petit fachos, insultant de tous les noms les « contre ».
            Nazi , homophobe , degenérés , j’en passe.
            Il est vrai egalement que certains « contre » se sont aussi mal comportés, mais en termes de ratio ,c’est meme pas 1 pour 10.
            Allez mentir ailleurs.Ici , c’est internet pas les plateaux des media mainstream.

  • Julien
    3 février 2013 à 08:53 |

    Votre manifestation est en elle-même une insulte, va falloir se réveiller à un moment.

    Bisou.

    • boubert
      3 février 2013 à 11:44 |

      je ne vois vraiment pas en quoi ce pourrait être une insulte que de dire que la loi proposée par une tout petite minorité serait contre nature!
      je propose que ceux qui sont favorables au mariage des paires, (car deux personnes de même sexe ne peuvent constituer un couple), demande un Contrat d’Union Libre, je pense que ce serait recevable.

  • herbien
    3 février 2013 à 11:36 |

    trop tard, les jeux sont faits ! Le reste n ‘est que gesticulation de sacristie

    • boubert
      3 février 2013 à 11:47 |

      je ne comprends pas votre position. A la fois la liberté d’expression est encore autorisée en France et tant qu’une loi n’est pas promulguée elle n’est pas applicable et il ne suffit pas qu’elle soit votée pour être licite. Attendez donc avant d’être aussi péremptoire.

  • boubert
    3 février 2013 à 11:57 |

    Hier nous avons rencontré beaucoup de personnes:
    – qui ne sont pas des afficionados des sacristies
    – qui ont du bon sens
    – qui sont pour préserver la nature, pas de manière idéologique, mais en réfléchissant sur les conséquences de telles propositions
    – qui sont pour défendre les enfants
    – qui ne sont pas pour défendre un droit à l’enfants qui serait un acte contre nature
    – qui disent simplement que pour avoir des enfants, il faut un homme et une femme et toute autre gesticulation est contre nature.
    – qu’un enfant à le droit d’avoir un père et une mère
    _ que ce n’est pas parce que certains enfants sont malheureux avec leurs parents hétéro, qu’il ne le seront pas avec des paires homo qui ne seront pas leurs parents!
    – qu’il n’y a pas plus de séparation chez les couples hétéro que chez les paires homo

  • Marc
    3 février 2013 à 19:31 |
  • Aaron
    3 février 2013 à 22:59 |

    Bonsoir, bonsoir,

    je vous préviens, avant de lire ma petite (grande)réaction, des têtes vont tomber.
    Je suis transsexuel, un FTM plus précisément, et je suis bi, je vous le dis pour que les choses soient claires.
    Bien maintenant qu’on a placé le sujet dans son contexte, la bataille commence.
    Les gars, va falloir vous calmer, et vite fait, je tiens quand même a vous dire que nous sommes un pays libre, nous faisons partie de l’Europe, une Union de plusieurs pays, et pour que vous compreniez bien, nous sommes l’un des pays FONDATEUR, les autres pays de l’Europe on une loi autorisant le mariage POUR TOUS, « Liberté, Egalité, fraternité » c’est ÇA la France ! Vous prônez les droit de l’enfant, mais en quoi un enfant est plus en sécurité avec un homme et une femme qu’avec 2 pères ou 2 mères, sachant que beaucoup de mariage homme/femme finissent en divorce, et donc la famille est déchiré, l’enfant parfois traumatisé car le divorce est survenu quand il n’était qu’un petit être innocent ? On parle souvent d’enfant maltraité, par un père qui frappe aussi sa femme, jamais nous n’avons entendu, dans d’autre pays autorisant le mariage pour tous, ainsi que l’adoption pour des couple homosexuels, que 2 pères ou 2 mères frappait l’enfant dont ils avait la charge ! Réfléchissez bien, bande de laxiste, vous n’êtes pas Homophobe, vous n’avez pas peur, vous êtes juste des gros abrutis. Je suis d’accord pour dire qu’un couple homo n’aura pas la chance de se reproduire comme un couple dit « normal » seulement, ces couples là peuvent adopter, adopter un enfant qui est né dans un pays en difficulté, un enfant qui pourrait mourir si on ne le sort pas de ce pays en crise, je préfère ça, qu’un couple qui a de grande chance de divorcer, ou de maltraiter son gosse parce que le père est alcoolisé tout les soir, les couples homo, quand ils se marient, ils s’aiment, et pour de vrai ! C’est pas toujours le cas pour les mariage homme/femme. Arrêtez de dire que l’homosexualité n’est pas naturel, l’homosexualité a toujours existé, elle existe même chez les animaux, et ne me dites surtout pas que nous ne somme pas des animaux… QUAND VOUS FAITES L’AMOUR AVEC VOTRE CONJOINT, VOUS REDEVENEZ L’ESPÈCE LA PLUS PRIMITIVE DU MONDE ! Nous sommes tous des animaux ! L’homosexualité est normal, elle n’a rien de bizarre, l’amour, c’est NORMAL !
    Et pour finir, chères ennemies catholiques, sachez que vous pouvez vous retirer de ces mouvements, l’église n’a rien a voir dans cette lois, vous êtes juste là pour vous faire remarquer. Nous, nous sommes là pour être libre, pour qu’on nous accepte, on ne vous impose rien, vous en revanche, nous nous prenons des pavé ou des oeufs dans la tête depuis des années, nous subissons les bûchers… Mais nous ne faisons rien de mal, nous ne tuons personne, on ne dérange pas votre petit train de vie… On veut juste être reconnu comme vous, nous ne sommes pas des être inférieur, nous sommes des êtres humain, comme vous ! On a des sentiments, des rêves, des envies, comme vous !
    Alors respectez nous !

    • Baudoin
      4 février 2013 à 06:55 |

      Donc si je suis votre raisonnement (et n’allez pas me dire qu’il s’agit d’une insulte ou d’un jugement, car ce n’est pas le cas), « nous sommes tous des animaux », donc pourquoi ne pas ouvrir le mariage aux unions avec d’autres animaux ? Après tout, vaches et chiens ne peuvent accéder à cette formidable liberté de contracter mariage. Vite, vite un avocat pour défendre leur cause et modifier la loi ! Que dis-je !? Pour l’inscrire dans la Constitution, ce serait encore mieux !
      Pour être plus sérieux, vous demandez le respect ? Alors, commencez par le donner ! Lorsque vous manifestez pour défendre vos convictions, jamais un catholique ne vient vous empêcher de manifester. En revanche, quand nous, nous descendons dans la rue, systématiquement, comme hier, ce sont des appels à contre-manifester, à faire blocage aux vilains cathos, des insultes déployées et hurlées depuis des balcons (oui, j’y étais, et sous le balcon, j’ai lu et entendu les propos de ces personnes, ce qui m’a obligé à écarter mes enfants pour qu’il n’entendent pas les horreurs proférées)… Un petit effort : essayez juste d’accepter le débat démocratique et la société s’en portera beaucoup mieux.

      • Aaron
        4 février 2013 à 07:46 |

        C’est la seule chose que vous avez retenue ? C’est triste, j’ai l’impression d’entendre la même rengaine qu’aux info « bientôt ce sera quoi ? Le mariage avec les animaux » Vous êtes si prévisible, je m’attendais trop à cette réaction. Mais je remarque autre chose, le reste de ma réaction n’a pas l’aire de vous déranger, j’ai donc raison ?
        Au jour d’aujourd’hui, nous avons accepté les unions de couleur, le métissage, avant, c’était considéré comme l’homosexualité, une abomination… Et maintenant, on a un président noir au Etats-Uni, c’est pourtant merveilleux ! Alors pourquoi ne pas accepter ce progrès ?

      • Morgan
        4 février 2013 à 07:58 |

        Cela m’étonnerai fort que vous étiez sious le balcon. J’étais sur le balcon et nous n’avons proféri aucune insulte. Vous vous cachez derrière des mensonges pour mieux assumer vos propres bêtises. Protégez vos enfants en les laissant chez vous au lieu de revendiquer leurs droits. En faisant cela, vous nous prouvez tout le contraire. Vous n’êtes même pas logiques… Un conseil réfléchissez un peu mieux avant de parler. Parce que, ce que nous, nous avons vu… Un enfant de 5 ans qui nous fait un doigt d’honneur… Vous trouvez ça normal ? De jeunes enfants agitant des drapeaux… Vous trouvez ça normal ? Des enfants scandant les mêmes slogans que vous… Vous trouvez ça normal ? Mais vous devriez avoir honte de les mêler à ça. Ils ne savent même pas ce qui se passe et encore moins de quoi il s’agit. Alors respectez-nous est une chose mais commencez par vos enfants que vous voulez tant protéger.

        • Baudoin
          6 février 2013 à 10:59 |

          Les insultes y étaient et la police les a consignées par écrit. Nous aussi. Les photos sont également explicites. N’y avait-il pas un si doux et aimant « ta gueule homophobe » brandit sur une pancarte blanche ? La délicatesse de vos propos est tellement agréable à lire et à entendre…
          Et pour répondre à Aaron, ma réaction s’oppose naturellement à votre démonstration, donc inutile de développer plus. Je remarque que vous n’avez jamais rien à dire sur les actes systématiques de votre camp pour empêcher de parler ceux qui vous apportent une contradiction. Seulement des insultes (fachos et autres qualificatifs), jugements (homophobes adressé à des intervenants homosexuels comme Xavier Bongibault !)et actions violentes (ce qui est le cas d’appeler à empêcher des personnes de s’exprimer ou de marcher pour défendre leurs convictions). Plus de commentaires pour moi. J’ai du boulot et des enfants à nourrir.

  • Marc
    3 février 2013 à 23:16 |

    On ne veut pas la bataille. Tu a le droit de faire tes conneries dans ton coin, mais il ne faut pas mêler les enfants à tes problèmes psychologiques. Tu te définis comme un FTM, moi comme un homme tout simplement.

  • Aaron
    4 février 2013 à 07:40 |

    Je me défini aussi comme un homme, je ne mens juste pas disant que je ne suis pas né dans le bon corps.
    Par ailleurs, je n’ai pas dis que le mariage entre hommes et animaux devait être autorisé, on parle de bipède, pas de quadrupède. Tu mêle tes enfants à cet histoire, tu dis que tu ne veux pas entendre les horreurs que nous proférions, moi j’ai peur de vous, je ne me suis pas retrouvé dans ce balcon, et a cause de ça, j’ai eu la malchance d’être frôlé par l’un de vos oeufs. Tu dis que tu ne veux pas que tes enfants entendent ça, mais tu ne lui donne pas le meilleurs exemple en utilisant la violence sur nous face à eux. Les enfants n’ont pas à être mêlé à ce genre d’histoire, c’est une affaire d’adulte, et vous, parents, ne leur montrez pas l’exemple… Un jour, alors que je passait devant une école primaire, celle de mon cartier, je n’ai pas voulu ramassé le briqué en mille morceaux par terre, alors que l’enfant à la grille me l’a demandé, je me suis fait copieusement insulté « va te faire enculer » cet enfant n’a que 6/7 ans, et déjà ce genre de choses sort de sa bouche, je ne veux pas faire de généralité, mais ça m’étonnerai que ce soit l’enfant d’un couple homosexuel… Nous ne cherchons pas la bataille, non, quand nous manifestons, on ne démystifie pas l’église, on ne violente pas les catholique, nous ne parlons pas d’eux, nous ne rentrons pas dans les église pour « tout casser » vous en revanche, vous nous traiter de monstres, d’abomination… Des peuple qui se déchire pour une religion, c’est un bel exemple, trouvez-vous ? Je ne suis pas catholique, je n’ai pas de religion, je constate juste que selon les croyance, Dieu est amour, Dieu est miséricordieux, Dieu pardonne tout… Vous n’êtes pas amour, vous n’êtes pas miséricordieux, vous ne pardonnez rien, et pourtant, vous prétendez colporter la parole de Dieu. Votre divinité doit être fier de vous… Moi à sa place, j’aurai abandonné depuis longtemps… Est-ce qu’il vous a déjà dis qu’il croyais en vous, Dieu ? Moi pas, je dois faire partie de la fratrie de « Satan » alors, vous avez peut-être raison. Je ne me suis jamais considéré comme un être sain d’esprit, mais je peux au moins me vanté de n’avoir tué personne, de ne pas boire tout les soirs, de ne pas fumer (parce que je ne fume pas) de ne pas taper sur la gueule de qui que ce soit… Juridiquement, je n’ai rien à me reprocher, moi.
    Cordialement.

  • boubert
    4 février 2013 à 08:52 |

    21.01.13
    « Le mariage pour tous »
    Une supercherie linguistique doublée d’un mensonge
    Dans le concert des arguments développés par les « pour » et les « anti » mariage gay, il est une voix qu’on n’a jamais entendue : celle de la langue française. Au cours de mes 40 années d’enseignement (collège et lycée) en qualité de professeur de Lettres Classiques, j’ai toujours attaché une grande importance à la valeur des mots. Choisir le mot exact, le « polir sans cesse » comme disait Boileau, c’est à la fois s’assurer qu’il exprime parfaitement ce que l’on veut dire mais c’est aussi s’assurer que l’on sera bien compris de son auditoire. La polémique que suscite le projet de loi sur le mariage gay offre un bel exemple de cette dilution de la pensée dans le brouillard d’une terminologie approximative. A force de triturer les mots dans tous les sens, les mots n’ont plus de sens et l’opinion déboussolée y perd son latin. Les slogans réducteurs répercutés par les médias ne font qu’entretenir la confusion au point qu’on a parfois l’impression d’avoir perdu le sens commun. Prenons quelques exemples :
    Premier exemple : La notion de « couple » homosexuel est-elle adaptée ? La réponse est non. Si l’on se réfère à la terminologie du « Bon Usage », l’assemblage de deux éléments de même nature ne constitue pas un « couple » mais une « paire ». Ainsi, on dira une paire de ciseaux, une paire de lunettes et non un couple de ciseaux ou un couple de lunettes. Il en est de même pour les êtres vivants. Deux bœufs assemblés sous le même joug forment une paire de bœufs et non un couple de bœufs. Deux jumeaux de même sexe constituent une paire de jumeaux et non un couple de jumeaux. On pourrait multiplier les exemples. La langue française nous indique clairement que la notion de « couple » repose sur un principe de différenciation et d’altérité. Le couple, c’est « un homme et une femme unis par des relations affectives, physiques » (Robert 2012). La prise en compte de la fin de la définition ne doit pas faire oublier le début. La distorsion sémantique à laquelle on s’adonne chaque fois qu’on évoque un « couple » homosexuel crée une confusion dommageable que rien ne peut justifier, pas même une évolution des mœurs. Il s’agit bien ici d’appeler un chat « un chat »
    2ème exemple : qu’est-ce qu’un parent ? La reconnaissance officielle du « couple » homosexuel entraîne nécessairement – tout le monde le sait – une modification du Code Civil. La disparition des mots « père » et « mère » au profit de la notion de « parent 1 » et « parent 2 » n’est en fait qu’une supercherie linguistique doublée d’un mensonge puisque le mot désigne étymologiquement les deux personnes (père et mère) qui conjointement sont à l’origine de toute naissance. En latin, le verbe parere veut dire « engendrer » pour le père, et « enfanter » pour la mère. Comment peut-on expliquer à un enfant que ce mot de « parent » (quel que soit son numéro) s’applique à une personne qui est totalement étrangère à sa naissance, un clandestin en quelque sorte ? La loi peut-elle cautionner ce mensonge ?
    Ces deux exemples suffisent à démontrer que la terminologie avancée par les partisans de la loi n’est qu’un écran de fumée destiné à masquer une stratégie plus sournoise que les récentes manifestations viennent d’ailleurs de confirmer. Il semble en effet que les partisans du « mariage pour tous » se soient déjà engouffrés dans une brèche : l’incohérence du projet de loi :
    Une incohérence interne à la loi : un « couple » homosexuel est par définition stérile. Il est donc logique que les homosexuels aient recours à des artifices s’ils veulent avoir des enfants. C’est le sens de leur revendication première : le droit à l’adoption, baptisé outrageusement « droit à l’enfant ». Le projet de loi prévoit cette disposition mais interdit la PMA (procréation médicalement assistée pour les femmes) et la GPA (gestation pour autrui pour les hommes c’est-à-dire le recours possible à une mère porteuse). Comment justifier cette contradiction alors que la loi du « mariage pour tous » est présentée comme une extension des droits ? Les récentes manifestations des partisans du mariage

    21.01.13
    ont clairement démontré que les homosexuels entendaient s’appuyer sur cette contradiction pour pousser plus loin leurs exigences. Sur cette question, on note les premiers signes d’un fléchissement de la part des promoteurs de la loi. Le recours à la PMA, exclue dans un premier temps, pourrait faire l’objet d’un amendement présenté par les députés de la majorité. Cette concession, logique en elle- même, met à nu la vraie nature du débat. Le « mariage pour tous », présenté au départ comme l’objectif essentiel, apparaît de plus en plus clairement comme un simple point de passage, une étape transitoire pour obtenir « in fine » une égalité de droit pleine et entière avec les couples hétérosexuels stériles. Comme le droit à l’adoption ne changera pas grand-chose à la situation des homosexuels, vu les réticences de la plupart des états à confier des enfants à des homosexuels, c’est bien sur la PMA et la GPA que se concentre toute la pression. Une fois acquis le droit à la PMA pour les femmes homosexuelles, comment interdire aux hommes, au nom de ce même principe d’égalité, d’avoir recours à la GPA ? Si c’était le cas, il y aurait là une discrimination incompréhensible, voire une injustice, tout à fait contraire à l’esprit même du projet de loi.
    Le piège des slogans Il est une autre supercherie linguistique qu’il convient de dénoncer et qui tient au discours même des homosexuels. Pendant longtemps, leur combat a été placé sous le signe du « droit à la différence », droit qui leur a été reconnu par l’ensemble de la communauté nationale avec la création du PACS. Aujourd’hui, le thème du « droit à la différence » a totalement disparu du glossaire homosexuel. Bizarre ! Ce virage à 180 degrés a quelque chose de surprenant et pourtant personne ne s’en étonne. Il est vrai que le slogan « le mariage pour tous » est plus rassurant et plus rassembleur que « le droit à la différence » jugé sans doute trop « clivant » pour employer un terme à la mode, un concept dépassé en tout cas que l’on range sans complexe au rayon des accessoires. Au contraire, « le mariage pour tous » sonne comme un appel à la fête, à la fusion universelle de toute l’humanité, un remake d’ « Embrassons-nous, Folleville », en somme une préfiguration du « paradis pour tous ». Qui peut résister à un tel programme ? Malheureusement, cette vision édénique du mariage est en décalage complet avec la réalité des faits. Il est d’abord étrange que le PACS ait eu si peu de succès auprès de la communauté homosexuelle alors que cet aménagement de la législation était notamment prévu pour elle. Et si le mariage présente tant d’attraits, comment expliquer que tant d’hommes et de femmes, de la base jusqu’au sommet de l’Etat, choisissent l’union libre c’est-à-dire le non-mariage ? Il est notable également que nombre d’homosexuels vivent leur vie le plus naturellement du monde sans réclamer nécessairement le passage devant Monsieur le Maire. Certains même s’étonnent de ce déchaînement médiatique sur une question qui leur est totalement étrangère. Alors, au bout du compte, que penser de tout ce tapage, de tout ce galimatias ? Pas grand chose, sinon que derrière ces acrobaties sémantiques ou stylistiques, il y a la volonté de nier une évidence.
    La négation d’une évidence : Quel que soit le mode de procréation choisi, la naissance d’un enfant est nécessairement le résultat de la rencontre de deux cellules, masculine et féminine. La différenciation sexuelle est constitutive de l’être humain, même si les choix de vie peuvent ensuite amener certains individus à la vivre différemment. De ce fait, on ne peut admettre qu’une simple évolution des mœurs soit un argument suffisant pour modifier le statut du couple et celui de la famille, tels qu’ils nous ont été transmis depuis les origines de notre civilisation. Les Romains eux-mêmes, qui pratiquaient librement et indifféremment les deux formes de sexualité, n’ont jamais songé à remettre en question ce mode d’organisation de la famille pour une raison très simple mais essentielle : cette structure de la cellule familiale est la seule à garantir la filiation. Grands législateurs (ne pas oublier au passage que notre Code Civil découle directement du Droit Romain), ils ont toujours tenu à préserver ce socle de l’organisation sociale. Quant à l’adoption, très courante à Rome, elle a toujours été soigneusement encadrée par tout un arsenal juridique de manière à préserver l’intégrité des liens du sang. De ce fait,

    21.01.13
    l’adoption n’était juridiquement admise que dans le cadre d’une famille déjà constituée et sur le modèle du couple hétérosexuel.
    Jamais deux sans trois : Mais il y a plus grave : la stérilité naturelle du « couple homosexuel » induit nécessairement l’intervention d’un tiers de l’autre sexe pour le rendre fécond. Dès lors, l’accès à la PMA ou à la GPA (quelle que soit la procédure adoptée, c’est-à-dire avec ou sans rapport sexuel) conduit à s’interroger sur la nature de ce prétendu « couple » qui ne peut assurer à lui seul son désir d’enfant. Ce qui revient à dire que le contrat de mariage que signeraient deux personnes de même sexe inclut nécessairement l’intervention prévisible d’une troisième personne. Il ne s’agit donc plus d’un « couple » mais d’une « triade », une forme d’adultère biologique accepté et reconnu par la loi. Sans parler des inévitables dérives financières qu’entraînera nécessairement la recherche effrénée de donneurs et de mères porteuses. Dans certains pays, on assiste déjà à des combinaisons multiples où les homosexuels s’adjoignent – pour un temps ou pour longtemps et moyennant finances – le concours d’une ou plusieurs personnes pour mener à bien leur projet. Nous sommes là devant le risque majeur d’une marchandisation de l’enfant et par extension de la vie humaine. L’embryon devient un objet de convoitise assimilable à n’importe quel produit de consommation. Dans un proche avenir, on peut même imaginer l’achat en pharmacie de paillettes de sperme ou d’ovules congelées qu’on pourrait se procurer aussi facilement que la pilule contraceptive ou le Viagra, le tout remboursé par la Sécurité Sociale, au nom de ce « droit à l’enfant » brandi comme un dogme par les partisans de la loi.
    Au terme de cet argumentaire, une conclusion s’impose :
    Le « mariage » pour quelques-uns est en fait une menace « pour tous » : A l’évidence, l’adoption de ce projet de loi fait courir à notre société un danger d’autant plus grand qu’il est paré de toutes les vertus aux yeux du plus grand nombre. Pour employer le langage des internautes, c’est un dangereux « cheval de Troie » qu’on introduit dans la législation française. « Malheureux citoyens, quelle folie est la vôtre ! » s’écriait Laocon en voyant les Troyens disposés à introduire ce cheval maudit dans les murs de leur ville (Enéide, II, 42). Abandonné sur la plage, ce cheval imaginé par Homère avait tous les attraits d’un cadeau des dieux. Les Troyens sont restés sourds à l’avertissement de Laocoon. Ils ont fait mieux. Pour faciliter l’entrée du cheval dans la ville, ils n’ont pas hésité à abattre une partie de leurs murailles. On connaît la suite ! … Il est vain d’imaginer qu’on puisse contenir toutes les dérives inhérentes au projet de loi tel qu’il est présenté aujourd’hui. C’est bien sur la notion même de « mariage pour tous » qu’il faut se battre et résister. Si cette digue saute, le risque de submersion est hors de tout contrôle.

    Daniel Godard Professeur de Lettres Classiques

    Dans le cortège des partisans de la loi « le mariage pour tous », il y avait un slogan intéressant : « UNE PAIRE DE MERES VAUT MIEUX QU’UN PERE DE MERDE » Si l’on accepte de faire l’impasse sur le caractère outrancier et injurieux du propos, ce slogan est une aubaine ! Pour la première fois, l’union de deux femmes est reconnue comme une « paire » et non comme « un couple » J’y vois la confirmation (involontaire) de mon analyse du mot « couple » Les arguments en faveur du mariage homo s’effondrent d’un coup devant cette évidence. Merci à celui ou à celle qui est à l’origine de ce slogan lumineux et providentiel !

    • Bouquet
      12 février 2013 à 10:15 |

      Voilà un droit de réponse à ce laïus sur la notion de couple/paire. A noter que ce cher professeur Godard poste son message sur beaucoup d’autres sites web, à la virgule près (message copié-collé – si ce n’est pas du harcèlement ou bien une manipulation bien ficelée de la part des opposants).
      Voilà le droit de réponse : http://parler-francais.eklablog.com/les-couples-font-la-paire-a67940665

  • Morgan
    4 février 2013 à 09:59 |

    Je vous avouerai que je n’ai pas lu jusqu’au bout. Non car il y a trop de choses auxquelles j’aimerais réagir. Pour commencer: couple « deux personnes liées par un sentiment, un intérêt commun » Synonyme de couple « PAIRE » comme vous le dites si bien. Un homme et une femme forment un couple oui mais je ne vois pas en quoi un homme et un homme ou une femme et une femme ne pourraient en former un également. Vous ne faites qu’une différence et elle est physique. Vous êtes bien trop cartésien. Un couple représente des sentiments, des preuves d’amour l’un envers l’autre, de fidélité. Deux êtres de même sexes PEUVENT bénéficier de cela.
    Ensuite, concernant le mariage pour tous. Vous dites que le PACS a été voté spécialement pour des homosexuels. Je dis non. Non car beaucoup de couples hétérosexuels s’en sont « servi » afin de faciliter les tâches administratives et de créer un petit lien entre eux. Mais pour certains, le mariage représente un lien beaucoup plus important, solennelle et symbolique. Je ne vois pas en quoi tout cela vous dérange. LIBERTE EGALITE FRATERNITE. Le France est un pays LAIQUE ! Vous l’oubliez un peu trop souvent. Chacun est libre de faire ce que bon lui semble dans la limite législative.
    Concernant maintenant les enfants. Le terme employé « droit à l’enfant » est en effet maladroit. Mais ce qui est maladroit de la part des anti-mariage pour tous c’est le fait de les amener à leurs manifestations et de les endoctriner (oui le mot est fort mais réel)avec tous ces slogans balancés dans la foule. Ils n’ont rien à faire dans ces lieux. Ils ne savent même pas et ne comprennent pas de quoi il s’agit. Si ils les amènent, c’est supprimer leur libre arbitre. Bref je m’éloigne. Concernant la PMA ou GPA ou encore l’adoption. Vous dites à un moment que ce n’est plus un couple (Ah tiens ! Nous pouvons être un couple maintenant ?) mais une « triade ». HAHAHAHAHA je rigole ! Lorsqu’un couple hétérosexuel demande l’adoption, n’y a-t-il pas l’intervention d’un autre couple ? En effet, cet enfant ne descend pas du ciel !
    Pour finir, vous critiquez nos slogans mais pensez(vous que les vôtres soient plus adaptés ? Samedi sur mon balcon, j’ai vu un enfant portant un tee-shirt avec écrit « PAPA, MAMAN, NE ME JETEZ PAS AUX FAUVES ». Serait-ce de la discrimination pure et dure envers les homosexuels ? Vous comparez-vous à des fauves ?
    Bien, que devient votre argumentation maintenant ?

  • Morgan
    4 février 2013 à 10:01 |

    Vous comparez-nous* pardon erreur de ma part

  • Zuba
    4 février 2013 à 18:04 |

    Vous auriez pu citer la présence de Jeffry Lucat, à la fois président de Wake-Up et des rigolos de Glimpy !

    • Marc
      4 février 2013 à 18:11 |

      Et aussi le beau jeune homme à lunette : David Geraghty

  • Cynthia
    4 février 2013 à 20:43 |

    Bonjour.

    Tout d’abord je voudrais souligner une chose qui semble bon de rappeler: que ce soit pour les pro-mariage ou anti-mariage homosexuel (en ne parlant que de ceci car ce n’est que la premier article du projet de loi qui a été voté, il n’est donc question de rien d’autre jusqu’à présent), la vulgarité et animosité… Tout cela vient bien des deux « partis » si j’ose dire.
    Désolée: mais aucun n’est meilleur que l’autre. Tout simplement car, même si les avis convergent, le « ras-le-bol » à un moment ne peut apparemment plus être contenu, d’un côté ou de l’autre. Cependant, je ne m’amuserais certainement pas à clamer « C’est lui qui a commencé et il est pire que nous! », car chacun voit midi à sa porte malheureusement pour ce coup-ci: vous ne verrez du coup jamais le meilleur chez l’autre à cause de ces œillères, mais bien le pire qui vous arrange…
    Par la suite, rappelons encore une fois qu’être un opposant ne veut pas dire forcément que l’on appartient à une obédience religieuse tout comme être pro-mariage homosexuel ne veut pas dire que l’on n’est assurément pas hétérosexuel.
    De plus, il serait bon à un moment d’arrêter de jouer sur les mots et de s’en servir comme des armes, la violence verbale existe, elle n’est pas que physique. Et si le but dans certains cas est juste de combler des lacunes linguistiques, encore une fois, il y aurait du travail à faire. Et cela vaut encore une fois des deux côtés…

    Après ceci, on pourrait peut-être commencer à débattre sérieusement, sans se lancer des invectives qui n’ont pas de sens.
    Même si cela restera compliqué, chacun ayant une opinion arrêtée, c’est un fait.

  • Cynthia
    4 février 2013 à 20:43 |

    Maintenant, je passe à un argumentaire personnel n’engageant personne d’autre que moi (cela fait très narcissique, je m’en excuse), je ne vous demande en rien d’adhérer à mes propos…
    Je suis pour le mariage homosexuel.
    Une grande confusion est faite lorsque l’on compare hétérosexualité et homosexualité: on parle de sexualité plus souvent pour les hétérosexuels et de sexe pour les homosexuels.
    La vie sexuelle est pourtant existante chez les deux, mais est vite glorifiée pour la première catégorie vu que cela semble « sain » et l’inverse pour la seconde.
    Alors que les contres exemples de vies sexuelle intense pour les personnes hétérosexuelles sont certainement trouvables…
    Cette remarque juste pour préciser que la question de vie sexuelle ne dépend donc toujours pas forcément de l’orientation; mais de la personnalité de l’humain.
    Grande parenthèse mais comme beaucoup d’amalgames ont lieu ces temps-ci, il semble bon d’en parler quand même.

    Pour passer à la notion de « couple » (navrée pour boubert d’utiliser ce terme, mais quand je pense que dans le dictionnaire des mots comme « oscariser », « kiffer » et autres sont apparus, je pense que justement les mots à un moment ne sont plus le soucis majeur, cela ne relève plus du fond du « problème »…), masculin-féminin, féminin-féminin, masculin-masculin, (à part pour ceux et celles qui pensent encore que l’homosexualité est quelque chose qui vient juste d’apparaître) logiquement si j’ai bien compris, comme personne ne parle d’homophobie, cela ne pose plus de soucis, corrigez-moi si je me trompe.
    Notons encore une fois pour l’argument que j’entends souvent « Les homosexuels n’ont pas à s’afficher » sous-entend qu’il suffit d’espérer que les hétérosexuels en feront autant: je supporte mal ces jeunes couples qui ont l’air de se « manger » dans les transports en commun. Homosexuels ou hétérosexuels confondus d’ailleurs…

  • Cynthia
    4 février 2013 à 20:44 |

    Je m’égare encore, désolée. Pour ce qui est de l’homosexualité et de la religion…
    Le mariage est quelque chose de religieux au départ dans ce pays, certes. Nous avons cependant eu séparation de l’Église et de l’État. La République ne subventionne aucun culte conformément à un des articles.
    La France est donc « censé » être laïque officiellement. Cela n’empêche en rien à personne d’appartenir à une obédience religieuse ou non.
    Nous parlons d’accorder un mariage civil, non religieux. Nous sommes tous d’accord sur un point (je pense), aucune personne homosexuelles n’aurait l’outrecuidance de vouloir célébrer son mariage dans un contexte et surtout pas dans un monument religieux. De plus, nombreux hétérosexuels célèbrent des mariages civils de nos jours.
    Après, conformément aux croyances de chacun, il vaut mieux pratiquer… je ne dirais pas l’agnosticisme, mais dans ce genre de situations plutôt que de prôner la suprématie (encore une fois pour tout le monde), pesons le pour et le contre de ce que cela enlèvera ou non à l’autre.
    Rien ne disparaîtra, donc partant de ce constat, on peut continuer à « haïr » ce mariage mais cela ne change justement en rien notre vie, c’est le plus important.

    Pour l’argument « Ils ont déjà le PACS », je peux vous assurez que les hétérosexuels sont aussi bien contents de ce procédé, mais pourtant personne ne leur dit rien alors que c’est « réservé » dans ce cas. La ressemblance avec aujourd’hui, c’est que pour cette loi, nous avions encore parfois les mêmes mots correspondant à de la violence verbale. La différence, c’est que le mariage et le PACS ne sont évidemment pas les mêmes institutions, cela va sans dire.
    Les droits ne sont pas identiques, quand bien même les contrats sont similaires.
    Vouloir avoir les mêmes droits qu’un couple hétérosexuel se mariant civiquement est mal vu: pourquoi pas l’inverse avec le PACS?

    Après, on entend tout… « Les personnes de même sexe? Pourquoi pas les animaux? »…
    Je pensais cependant que nous étions des « humains », c’est donc une autre catégorie non?… Homme, femme, sont des humains, peu importe l’orientation sexuel. Un animal est un animal, que cela soit un dinosaure ou une sauterelle. Ce ne sont pas des humains. Les humains ne sont pas des animaux. Je le répète, mais cela semble important aujourd’hui de le redéfinir.

  • Cynthia
    4 février 2013 à 20:44 |

    Ensuite, pour ce que cela changera de la société… Encore une fois ceux qui sont contre verront les endroits ou cela a eu des répercussions négatives, ceux qui sont pour les endroits ou cela a eu des répercussions positives.
    C’est un jeu sans fin.
    Pourtant, il n’y a apparemment pas eu de soucis majeurs quand le mariage homosexuel a été autorisé, ou alors certains tentent de cacher un déclin? Non, il semblerait que non.

    Pour les enfants… Je tente chaque jour d’imaginer (je n’en ai pas) si mon enfant me disait qu’il était homosexuel, et n’avait pas les mêmes droits que moi. J’en serais bien attristée, et plus j’imagine.
    On dirait que mon enfant est un danger. Pour qui? Pour les personnes pensant que c’en est un? Cela n’a pas vraiment de sens. Je devrais donc expliquer que dans cette société, certaines personnes ne veulent pas qu’une personne homosexuelle puisse avoir les même droits.
    « Pourquoi? ».
    Eh bien car beaucoup pensent que c’est une déviance, que tu n’es pas normal. Que si tu venais à fonder une famille, tu rendrais tout ton entourage malheureux. Que la société en souffrirait. Que si tu avais des enfants, tu les rendrais forcément malheureux aussi, vu qu’il n’ont pas choisi de grandir dans une famille avec des parents homosexuels.
    « Je n’ai pas choisi non plus pour ma part d’être homosexuel, et je ne cherche à rendre personne malheureux. ».
    Certaines personnes pensent que si comme je te le disait. Elles pensent que tu ferais preuve d’égocentrisme en perturbant la société et/ou des enfants qui n’ont rien demandé.
    « Je n’ai rien demandé non plus, et des personnes hétérosexuelles ayant des enfants c’est égoïste aussi? ».
    Pas dans cette société, où être hétérosexuel est normal.
    Oui c’est effectivement attristant de faire peser tout les maux du pays sur une personne pour ce qu’elle ne choisit pas. Mon enfant serait rejeté par les autres? Ce sont les parents qui expliquent la vie et inculquent à leurs enfants le respect, l’altruisme, non l’inverse. L’enfant se fera son opinion au fur et à mesure de la vie, mais par association sera d’accord avec ses parents au commencement.
    Quand je pense à tout ceci, le mariage homosexuel ne me dérange absolument pas. Les retombées négatives n’existent que dans l’esprit de ceux qui ne veulent rien voir de positif, ou ne rien voir du tout.

  • Cynthia
    4 février 2013 à 20:45 |

    Nous sommes d’accord sur une chose: AUCUN enfants, pro-mariage ou anti-mariage homosexuel ne devraient être dans les manifestations. Pourtant il y en a à chaque manifestations.
    Je peux comprendre que ceux ayant vécu dans une famille homoparentale (mais pas les enfants de deux ans, les adultes bien sûr) veuillent s’exprimer par contre: ils peuvent parler de ce qui se passe, tenter de le faire comprendre aux hétérosexuels (encore une fois qu’ils soient pour ou contre le mariage homosexuel). Ils ne cherchent pas à imposer, mais à expliquer, c’est une nuance considérable.

    Avec le mariage civil autorisé aux personnes de même sexe, le débat va toujours plus loin.
    Mais pensons au débat en lui-même. Nous ne parlons pas d’homosexualité, puisque personne n’est homophobe.
    Nous parlons de lois accordées pour les hétérosexuels qui ne le sont pas pour les homosexuels.
    Quand on se pose la question « Pourquoi les droits ne sont pas les mêmes? » on arrive à des conclusions que certains ne sont pas prêts, d’autres en désaccord. Si on se redemande « Pourquoi ces personnes sont en désaccord? », on arrive à cette réponse, qui est assez incohérente « Après on autorisera tout et n’importe quoi. ».
    Nous parlons d’Hommes. Chacun aspire à la même égalité de son prochain sans la surpasser.
    Aucun pro-mariage homosexuel ne cherche à évincer le reste de la population, ni à définir qu’il est le maître de votre destin.
    Il cherche à être maître du sien, sans vouloir changer le votre.

    Je précise une dernière fois, tout ce que je dis n’engage que moi. Après tout, une argumentation est plus souvent subjective qu’objective dans ce genre de situation.

    Sur ce je vous souhaite à tous une bonne journée.

  • 5 février 2013 à 12:42 |

    Il est évident que dans vos articles concernant le mariage pour tous vous n’êtes en aucun cas objectifs. En effet, dans l’article sur la manif pour tous, vous parlez des pro-mariage comme étant « […]un petit groupe d’activistes homosexuels, mené par Simon Labouyrie, a déployé une banderole favorable au projet de loi socialiste, vite repliée suite à quelques tirs d’œufs. » Premièrement, nous n’étions pas tous homosexuels. Deuxièmement, ces tirs d’oeufs vous ont-ils fait rire ? Troisièmement je pense que certains commentaires méritaient un minimum de modération au vu des insultes et du non respect très visible.
    Par la suite, dans l’article concernant Monsieur Rouveyre, dire de lui que « Le problème de ce dernier, est qu’apparemment, il ne supporte pas que l’on puisse avoir des opinions différentes des siennes. » Connaissez-vous le respect envers toute personne sans pour autant utiliser le sarcasme dans vos articles

  • Etienne
    6 février 2013 à 11:14 |

    Une première vidéo de cette manifestation : https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=qjfWrFFVaF8#!

  • Elda
    6 février 2013 à 11:26 |

    Le droit civil confère aux couples mariés une reconnaissance institutionnelle parce qu’ils remplissent le rôle de garantir la suite des générations et sont donc d’un intérêt public majeur. Par contre,les unions homosexuelles n’exigent pas une attention spéciale de la part du système juridique car elles ne jouent pas ce rôle en faveur du bien commun
    L’argumentation selon laquelle la reconnaissance juridique des unions homosexuelles serait nécessaire pour éviter que des homosexuels vivant sous le même toit ne perdent, par le simple fait de leur vie ensemble, la reconnaissance effective des droits communs qu’ils ont en tant que personnes et en tant que citoyens, n’est pas vraie.
    En réalité, ils peuvent toujours recourir – comme tous les citoyens et sur la base de leur autonomie privée – au droit commun pour régler les questions juridiques d’intérêt réciproque. Ce serait par contre une injustice grave que de sacrifier le bien commun et le droit de la famille, pour obtenir des biens qui pourraient et devraient être protégés par des moyens non nocifs pour l’ensemble du corps social.
    L’argumentaire « égalité pour tous » est par conséquent une tromperie !

  • Derek Rowcliffe
    8 février 2013 à 11:26 |

    Felicitation pour votre site qui est magnifique. Je le lis tout le jour.

  • Patrick
    11 février 2013 à 09:26 |

    « Plusieurs milliers »… Ah ça.. pour être passé place Pey-Berland ce jour-là, pendant qu’un gentil organisateur crachottait un « dirigez-vous vers Chaban, pour que l’on puisse vous compter ! « , ils étaient plusieurs milliers de manifestants !!! Oh oui !! A partir de 2 on peut parler de plusieurs, info-bordeaux n’a pas menti. Mis à part les couleurs style Blédina, ils ont repris tout le savoir-faire de la CGT. J’ai vu aussi la « contre manifestation » d’une dizaine de personnes sur un balcon, ils scandaient « homos-hétéros : tous égaux !  » avec force. En bas, j’ai vu des doigts tendus, des « enculés » des « passe pas dessous, il vont t’éjaculer dessus comme des pigeons… « . Bref, rien de neuf sous le soleil. La musique était insupportable, la place a vu bouger quelques Burberrys et s’user quelques Burlingtons… Pour rien ! Rien du tout.