Primaires de l’UMP : Alain Juppé trace les grandes lignes de son projet

Publié le 22 septembre 2014 dans Actualités, Politique

Primaires de l’UMP : Alain Juppé trace les grandes lignes de son projet

Alors que l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, confirmait son retour dimanche soir sur France 2, le maire de Bordeaux dévoilait au même moment, sur son blog, les grandes lignes de son programme.

Ce dernier, condamné en 2004 à une peine d’inéligibilité de dix ans dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris, confirme sa volonté de s’adresser à la droite et au centre, en comptant sur l’appui de François Bayrou, le président du Modem qui appelait à voter François Hollande en 2012.

Dans un article intitulé « On va le faire ensemble », l’ancien premier ministre raconte son dimanche à Angoulême, où dans une journée au parfum de pré-campagne, il était l’invité des militants UMP départementaux et de Xavier Bonnefont, le jeune maire UMP de 34 ans qui a ravi en mars Angoulême au Parti socialiste.

Rien de nouveau dans les grandes lignes qu’il fixe en vue de « l’alternance ». D’abord une « nouvelle croissance, condition de tout recul durable du chômage et d’une réduction solide de nos déficits ». Nouvelle, précise-t-il, car « plus respectueuse des équilibres de l’environnement» et «nourrie des innovations du progrès scientifique et technique, notamment numériques ».

Il veut également une « nouvelle éducation nationale » avec trois axes majeurs de réforme: des « responsabilités réelles » données aux acteurs du terrain, dont les chefs d’établissement, une « personnalisation des parcours des élèves» et la «diffusion maîtrisée des outils numériques ».

alain-juppeLe maire de Bordeaux évoque ensuite « une nouvelle Europe, moins productrice de normes et de contraintes bureaucratiques », concentrée sur la croissance, « mieux organisée au sein de la zone euro, cœur politique de l’Union ».

Enfin, « un nouvel élan d’unité nationale, respectueux de la diversité du peuple français mais confiant dans la capacité d’un Etat fort à garantir libertés publiques et cohésion nationale« . La quête d’une « identité heureuse », résume-t-il, reprenant un thème qui lui est cher.

En résumé Alain Juppé n’apporte rien de nouveau dans un texte qui aurait pu être écrit mot pour mot par les principaux leaders de l’UMP, mais également par ceux du Parti socialiste. Il promet d’être plus précis à l’approche des primaires, mais il n’est pas évident que celles-ci aient lieu. Si Nicolas Sarkozy l’emporte largement dans la course à la présidence de l’UMP, il y a fort à parier qu’il annule purement et simplement le projet de primaire…

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :,

Les réactions sont terminées

  • boubert
    22 septembre 2014 à 16:18 |

    toujours plus pour l’Islam et il veut être candidat!!

  • Grégoire P.
    22 septembre 2014 à 17:01 |

    Et oui, notre islamiste local a une drôle d’épine dans le pied…pour 2017 : c’est l’épine Sarkozy.
    Adieu le job de président…

  • Jean-Paul
    22 septembre 2014 à 19:36 |

    Tu parles d’un projet !
    L’aggravation de ce qui existe !
    Un enfumage avec les habillages habituels des discoureurs s’admirant le nombril. Qu’il est beau mon discours !
    Une Education nationale qui poursuit dans se dérives et dans la mode…
    Une Europe encore plus justifiée !
    Une immigration augmentée et louangée…

  • Louis
    22 septembre 2014 à 19:57 |

    Sur l’air de colchiques dans les prés:

    Ahmed Juppé président,
    finance, finance,
    Ahmed Juppé président,
    finance les mosquées…

  • Esope
    23 septembre 2014 à 19:52 |

    Il promet. La course à la candidature est une compétition de promesses. Il avait promis de se consacrer à Bordeaux. Il va promettre de s’occuper de la France et de laisser tomber Bordeaux….
    Il mérite un coup de pied au cul.

  • Celtibère
    29 septembre 2014 à 10:17 |

    Un vrai programme UMPS. C’est cohérent, et c’est la raison pour laquelle il n’aura jamais ma voix. .