Alain Juppé veut censurer le spectacle de Dieudonné

Publié le 6 janvier 2014 dans Brèves

dieudonné

Dans un communiqué de presse, le maire de Bordeaux annonce son intention « d’interdire la tenue du spectacle de Dieudonné M’Bala M’Bala prévu le 26 janvier prochain à Bordeaux et demande au Préfet de m’assister dans la mise en œuvre de cette mesure ».

Cette décision fait suite à la circulaire envoyée par le ministre de l’intérieur Manuel Valls demandant aux préfets de tout mettre en œuvre pour empêcher la tenue des spectacles de l’humoriste Dieudonné, au prétexte que celui ne serait pas tendre avec la communauté juive.

De son côté, l’avocat de Dieudonné a annoncé qu’il contesterait devant la justice administrative toute décision d’interdiction de son spectacle : « Bien sûr, il y aura un référé et mon client agira immédiatement contre ce type de décision ».

Condamné en 2004 dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris, Alain Juppé risque de mécontenter plusieurs milliers de bordelais qui prévoyaient de venir écouter l’humoriste controversé, mais néanmoins très populaire. Il suffit d’aller sur le profil facebook de ce dernier pour lire des centaines de commentaires très hostiles à sa position.

Addendum 06/01/2014 à 20h50 : Le préfet de Gironde, Michel Delpuech, annonce également son intention de prendre « un arrêté d’interdiction de ce spectacle dans le cadre des pouvoirs de police qui sont les siens au regard des troubles à la tranquillité à l’ordre public« .

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, ,

Les réactions sont terminées

  • Marc
    6 janvier 2014 à 20:37 |

    Si tous les fans de Dieudonne votent FN aux municipales à Bordeaux, juppe prendrait une belle quenelle !

  • Étienne
    6 janvier 2014 à 20:49 |

    Quand dans des spectacles à Paris on insulte les cathos et on envoie de la merde sur les portraits du christ, nos élites politiques applaudissent ! 2 poids, 2 mesures !

    • Zuba
      6 janvier 2014 à 20:54 |

      C’est la Licra qui commande dans ce pays, pas les lois de la République, c’est criant de vérité en ce moment.

  • libertaire et liberticide ?
    7 janvier 2014 à 08:42 |

    Je ne comprends pas que l’obsession de Dieudonné fasse à ce point perdre de vue le sens de la liberté…

    Alain Juppé n’a jamais interdit la gay pride qui se déroule chaque année sur le pavé de Bordeaux et qui pourrait être regardée comme plus attentatoire à l’ordre public, pour les familles et leurs jeunes enfants comme pour les croyants de diverses confessions (accoutrements utilisant des symboles religieux d’une façon délibérément provocatrice et sacrilège) qu’un spectacle en salle fermée réservé aux personnes qui ont accepté d’en payer le prix.

    Je n’ai pas plus de sympathie pour l’antisémitisme provocateur de Dieudonné, que pour l’antichristianisme provocateur d’une gay pride, mais en quoi l’intérêt public justifie-t-il qu’on interdise le spectacle du premier et non la gay pride ?

    Le gouvernement ou le maire de Bordeaux peuvent-ils interdire l’expression d’idées parce que celles-ci sont choquantes selon l’opinion la plus répandue, dès lors qu’aucune disposition pénale ne s’y oppose a priori ? Et que reste-t-il alors de la liberté d’expression qui comprend la faculté de dire les choses comme le commun des citoyens n’entendrait pas ou n’oserait pas le signifier ?

    Est-ce qu’on peut combattre la dégradation réelle de l’éthique du discours public qu’illustrent les propos et gestes de Dieudonné par des mesures de police, surtout dans une société où le relativisme éthique a droit de cité et donc où tout ou presque est permis dans la provocation et le franchissement des interdits ?

    Ira-t-on demain interdire des spectacles tournant en dérision le mariage taubira, au motif que le propos serait jugé homophobe ? Ne pourra-t-on plus exprimer son opposition publique à l’IVG au motif que cela choque au moins 40% des femmes françaises qui ont subi une IVG et que cette expression publique les culpabiliserait personnellement ?

    Il est étonnant de constater à quel point une société qui se veut libertaire est potentiellement liberticide et répressive…du moins envers ce qui ne cadre pas avec ses dogmes officiels établis par le ministre de l’intérieur relayé par des élus locaux en période électorale…