Nouveau rebondissement dans l’affaire Robert Boulin

Publié le 11 septembre 2015 dans Actualités, Politique

Nouveau rebondissement dans l’affaire Robert Boulin

La justice a décidé de rouvrir le dossier Robert Boulin, ancien ministre du Travail et maire de Libourne, retrouvé mort en 1979 dans un étang de la forêt de Rambouillet, près de Paris. Le parquet de Versailles a ouvert une information judiciaire pour «arrestation, enlèvement et séquestration suivis de mort ou assassinat».

Le mardi 30 octobre 1979, à 8h30, le corps de Robert Boulin, ministre du Travail dans le gouvernement Barre, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, est retrouvé dans un étang de la forêt de Rambouillet, noyé dans 50 centimètres d’eau. La version officielle va soutenir que le ministre s’est suicidé. Trente ans plus tard, le mardi 27 Octobre 2009, à 7h15, France Inter diffuse un reportage de Benoît Collombat qui avance que le ministre a bel et bien été assassiné. Pour ses proches, il pourrait avoir été victime de rivalités au sein de la famille gaulliste à l’approche de l’élection présidentielle de 1981.

« C’est 36 ans de lutte », confie, soulagée, Fabienne Boulin-Burgeat, la fille de Robert Boulin. « J’espère que maintenant on a un magistrat qui va reprendre l’ensemble du dossier. Parce que l’enquête officielle ne repose sur rien et des témoins attendent d’être entendus par un juge d’instruction et cela va enfin pouvoir se faire », explique-t-elle. « On a un témoin très important qui a vu mon père à l’heure où il est censé officiellement mettre ses lettres – disant qu’il se suicide – à la poste. Il était dans sa voiture, accompagné d’un monsieur qui conduisait et un autre derrière lui et manifestement c’était un enlèvement », précise la fille de l’ex-ministre, à l’origine de la plainte qui a permis de relancer l’enquête.

Robert BoulinSi la thèse du meurtre se précisait, c’est tout le pouvoir politique de l’époque qui risque de trembler. Dans le viseur, l’ancien ministre de l’intérieur de Nicolas Sarkozy, Claude Guéant. Le journal Minute livrait en 2013 quelques détails de l’affaire « Alors âgé de 34 ans, Guéant était, lors de la mort du ministre du Travail en 1979, chargé des questions de sécurité au cabinet du ministre de l’Intérieur, Christian Bonnet. Et, une nuit sur deux, il assurait une permanence. « Etait-il d’astreinte lors de cette fameuse nuit du 28 au 29 octobre 1979 ? » En 2011, la question lui avait été posée par Radio France International. Et alors qu’on ne vit qu’une fois dans sa vie la mort d’un mi­nistre de la République (ou alors c’est qu’on n’a pas de chance) et qu’on en est marqué pour toujours, Claude Guéant avait fait cette réponse surprenante : « Très franchement, je ne me souviens pas avoir été le conseiller de permanence ce jour-là… » Comme s’il pouvait avoir oublié si ce fut à lui, ou à quelqu’un d’autre, que le décès de Robert Boulin fut annoncé !

Or l’heure à laquelle le ministère de l’Intérieur a été averti est un des éléments clefs de la contre-en­quête. Officiellement, le corps de Boulin ne fut retrouvé que vers 6 heures du matin.

En réalité, Christian Bonnet et Raymond Barre, alors premier mi­nistre, ont confirmé avoir appris la nouvelle par un coup de fil vers 2 heures du matin… Le ministre de l’Intérieur dit avoir appris la nouvelle par son directeur de cabinet, lequel en fut informé… par le permanencier. Guéant ?

Durant le quinquennat précédent où Claude Guéant fut, à l’Elysée puis au ministère de l’Intérieur chargé des affaires « sensibles », Nicolas Sarkozy s’est toujours opposé à ce que le dossier de la mort de Ro­bert Boulin soit rouvert ».

Toujours en 2013, était diffusé sur France 3 le téléfilm « Crime d’Etat ». Pour la première fois sur le service public, il était dit et montré, que le ministre de Giscard, officiellement suicidé, avait été tué. Tué par des hommes du SAC, les « gros bras » du RPR alors dirigé par Jacques Chirac !

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :