Bordeaux : Nouvelles violences au lycée professionnel Tregey

Publié le 11 octobre 2016 dans Actualités, Faits divers, Vidéo

Bordeaux : Nouvelles violences au lycée professionnel Tregey

Une nouvelle fois, le lycée professionnel Tregey est au centre de la polémique pour des histoires de violences. Régulièrement, celui-ci fait parler de lui, comme en 2010 où un professeur avait été violemment agressé pendant un cours sur l’islam.

La semaine dernière, un élève (Victor) a été tabassé par quatre autres lycéens de l’établissement situé dans le quartier de la Bastide. Il a eu plusieurs dents cassées, 36 points de sutures et souffre de traumatismes crâniens.

Une assemblée générale s’est tenue aujourd’hui pendant laquelle l’ensemble du personnel a alerté le recteur sur « un sentiment d’insécurité arrivé à son paroxysme et une situation invivable dans l’établissement« . Ils demandent la protection de l’établissement par les forces de l’ordre.

Selon ces derniers, une trentaine d’individus sème la terreur dans ce lycée qui compte près de 600 élèves. Dans le journal Sud-Ouest, une enseignante (Sandrine) témoigne « Cette agression est le point culminant d’une énorme souffrance. Depuis le début de l’année, on est malmenés, insultés, injuriés, on fait l’objet d’attaques. Le lycée est régulièrement dégradé. Nous sommes totalement isolés ».


Bordeaux : les violences à répétition dans un… par ITELE

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2016, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :,

Les réactions sont terminées

  • Colococo2
    11 octobre 2016 à 16:29 |

    Des sauvageons je suppose ???
    De la graine de gibier de potence, je crois plutôt ….

  • Caravati
    11 octobre 2016 à 16:58 |

    Constat un peu simple et rapide non ? Suis moi même enseignant dans ce lycée et ce ne sont ni des sauvageons ni des gibiers de potence… Des jeunes perdus qui ont besoins d’etre guidés et épaulés, tout comme vous avez sûrement du l’être…

    • PIERRON
      12 octobre 2016 à 17:12 |

      Bonjour Caravati,
      Votre discours me rappelle les grandes incantations de la fin des années 60 en faveur de l’autodiscipline.
      Voyez où nous en sommes aujourd’hui…!
      Certes, des jeunes ont besoin d’être épaulés. Ceux qui l’acceptent du moins.
      Mais que faites-vous des autres, qui refusent toute autorité, toute obéissance, toute valeur, qui sévissent en bandes dans le seul but de dicter aux autres leurs propres lois en terrorisant ceux qui refusent de courber l’échine ?
      Vos aïeux ont « fait » mai 68 au slogan « il est interdit d’interdire ».
      Ne croyez-vous pas que vous en payez le prix aujourd’hui ?
      Vous le souhaiteriez, vous n’auriez même plus les moyens de faire respecter l’ordre dans votre classe car c’est VOUS qui risqueriez d’être sanctionné.
      Nous vivons vraiment une époque formidable !!!
      Ces « jeunes » que vous décrivez comme devant être aidés et épaulés ne sont-il pas de la même veine que ceux qui viennent de massacrer des policiers dans leur voiture ?
      Vos bonnes intentions ne suffiront pas à les remettre dans le droit chemin.
      Il faudrait des structure adaptées qui n’existent pas aujourd’hui : sanctions éventuelles contre les parents, enfermement, discipline de fer, accompagnement pédagogique, enseignement pratique, etc…
      Cordialement

    • colococo2
      12 octobre 2016 à 21:01 |

      Je maintiens et confirme ce que j’ ai écris ……..
      Précision: des « sauvageons  » qui insultent et traitent leurs enseignants sont de futurs gibiers de potence…. ( je me permet d’ insister sur FUTURS …)
      En France, les choses empirent de jour en jour.Je vous souhaite bonne chance; le jour où vous prendrez un taquet,ne venez surtout pas couinez …..Je ne serai pas là pour vous plaindre …
      Il est vrai que d’ aucuns, le nez dans la merde, hurlent encore que cela sent bon ……

  • Celtibère
    11 octobre 2016 à 17:46 |

    Les profs socialos victimes de leurs propres idéaux multi tout et n’importe quoi, pourvu que ce ne soit pas français.Cela s’appelle un choc en retour. Je me marre.

  • Caravati
    11 octobre 2016 à 21:12 |

    Et ce genre de commentaires à 2 balles, ça sert à quoi ? Pour vous tous les profs sont socialos ? C’est un peu réducteur non ? Enfin si vous comprenez… Et tous les cons sont de droite aussi ? Crétin va !

  • JPS
    11 octobre 2016 à 21:23 |

    Renvoyez ces minorités totalement inassimilables dans leurs pays d’origines ancestrales… et entre nous la paix reviendra…

  • Hanuman
    22 octobre 2016 à 16:51 |

    Mais combien de temps cette situation de pourrissement à tous les niveaux va-telle encore durer ?

    Je vois que les professeurs, même en subissant, sont encore dans l’euphémisme, dans le déni de réalité.

    Bordeaux est depuis longtemps infestée de racailles, et Bordeaux Bastide s’illustre dans ce domaine, tout comme Saint-Michel, les Capucins, les Aubiers et autres poubelles vivantes de le ville de Bordeaux.

    Au lieu de traiter ces « élèves » comme « des jeunes à épauler », passant sous silence leurs origines et leurs revendications politiques et religieuses, le professorat préfère, sur un ton professoral, faire comme si ces « jeunes » étaient à mettre dans le même panier que les autres, alors qu’on a ici affaire à des délinquants irrécupérables d’origine maghrébine, dans le détestation de la France et des français.

    Ils ne méritent qu’une chose : l’expulsion hors de France, la déchéance de nationalité, même s’ils sont nés en France de parents français, quelle que soit la génération même la 3 ème ou la 4 ème.

  • Hanuman
    22 octobre 2016 à 17:07 |

    J’ajoute encore une chose et j’en profite pour corriger mon commentaire précédent, où j’ai utilisé deux fois « le » là où il fallait écrire « la », faute de m’être relu, j’écris vite…

    Bordeaux, les infos n’en parlent jamais, les faits divers, c’est toujours ailleurs, toujours sur Paris, Marseille, mais je signale que Bordeaux est une ville sous tension prête à exploser, et ce qui se passe dans ce lycée est un symptôme du sort qui guette Bordeaux à court terme si un incompétent du même acabit que le maire actuel de Bordeaux est élu président de la République…

    Une ville constituée de bobos libertaires, cohabitant avec des islamistes algériens et marocains haineux, ne peut pas avoir un climat serein.

    J’ai habité 30 ans à Bordeaux, je sais à quel point cette ville est africanisée et arabisée.

    On comprend pourquoi il y a de plus en plus de salles d’arts martiaux/self-défense et de boxe : es gens ne sont pas en sécurité dans les rues de Bordeaux.

    Arrêtons de nous taire ! Et les professeurs à la bonne conscience, les formateurs communistes, je les connais par cœur. Assumez les conséquences de vos idées des années 70, mais ne les faites pas supporter aux enfants de l’an 2000…
    Parce que cette situation, elle existe parce que vous avez voté en masse pour des incompétents !