Primaires : Alain Juppé en mauvaise position face à François Fillon

Publié le 21 novembre 2016 dans Actualités, Politique

Primaires : Alain Juppé en mauvaise position face à François Fillon

C’est une véritable vague en faveur de François Fillon qui a déferlé hier soir sur la grande majorité des départements français. Comme le montre la carte ci-dessous, le maire de Bordeaux n’est en tête que dans le sud-ouest de la France, et en Seine Saint Denis, où il aurait bénéficié de voix issues de la communauté musulmane (le journaliste Romain Caillet, évoque notamment l’appel de Nabil Ennasri, activiste islamiste proche de Tariq Ramadan, à voter Juppé).

Selon les derniers chiffres, François Fillon est donc en tête avec plus de 44% des suffrages. Il a donc largement distancé le maire de Bordeaux qui dépasse les 28%. Nicolas Sarkozy, l’ancien président de la République, est donc éliminé dès le premier tour avec près de 20%.

Les autres candidats terminent loin derrière avec des scores très faibles : Nathalie Kosciusko-Morizet (2,6%), Bruno Lemaire, chantre du « renouveau » (2,4%), Jean Frédéric Poisson (1,5%) et Jean-François Copé (0,3%) !

carte-juppeArrivé en tête dans 87 départements, François Fillon réalise donc la première sensation de cette primaire. L’ancien Premier ministre, longtemps placé par les journalistes et les sondages en quatrième position, prend une éclatante revanche sur Nicolas Sarkozy qui l’avait ravalé au rang de « collaborateur » après l’avoir nommé à Matignon en 2007. Ce dernier a annoncé le soutenir pour le second tour : « J’ai beaucoup d’estime pour Alain Juppé, mais les choix politiques de François Fillon sont plus proches (…) Je voterai François Fillon« .

Sous-estimé par la plupart des médias, le vote catholique en faveur de François Fillon a clairement fait pencher la balance hier. Soutenu par la Manif pour tous et Sens Commun, l’ancien premier ministre, s’il ne souhaite pas revenir sur le « mariage » homosexuel, veut notamment rétablir l’universalité des allocations familiales.

S’il était élu président de la République en mai 2017, il mettrait en place un programme d’économie de « 110 milliards d’euros sur les finances publiques ». François Fillon promet de supprimer 500 000 emplois publics, de reporter l’âge de la retraite à 65 ans en 2022, d’harmoniser les régimes de retraite et d’imposer les 39 heures dans la fonction publique.

Il sera difficile pour Alain Juppé de battre François Fillon. Le maire de Bordeaux a été victime du vote utile qu’il prétendait incarner face à Nicolas Sarkozy. Il a donc perdu son meilleur argument de campagne.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2016, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, ,

Les réactions sont terminées