Gironde : Le département teste le « revenu de base »

Publié le 15 février 2017 dans Actualités, Economie, Politique

Gironde : Le département teste le « revenu de base »

Jean-Luc Gleyze, président socialiste du Conseil départemental de la Gironde, a lancé aujourd’hui ce qu’il appelle une  «utopie utile». En relation avec la Fondation Jean-Jaurès, il s’agit d’expérimenter le « revenu de base ».

Le revenu de base serait un revenu universel (versé à tous tout au long de la vie), inconditionnel (attribué sans condition de ressources ou de situation), individuel (versé à chacun indépendamment de sa composition familiale) et cumulable (avec d’autres revenus sans dégressivité). Pour la Fondation Jean-Jaurès, proche du Parti socialiste, « c’est une réponse potentiellement forte aux défis posés à notre société (lutte contre la pauvreté, rapport au travail, modèle social, transition écologique…) ».

La collectivité a mis en place un simulateur qui « permet à chacun d’imaginer le montant et le financement d’un revenu de base en France ». Cette simulation s’appuie sur plusieurs scénarios: une fusion de plusieurs aides sociales, une fusion de dix minimas sociaux, un revenu de base universel et inconditionnel de 500 euros, de 750 euros ou encore de 1.000 euros. La simulation devrait se conclure au premier trimestre 2017. Des « préconisations politiques, financières, réglementaires et opérationnelles » seront émises à l’issue de ces travaux.

Si la gauche est très enthousiaste vis-à-vis de ce projet, la droite reste quant à elle très silencieuse. Seul le Front national, par la voix de son conseiller départemental Grégoire de Fournas, dénonce « un grand n’importe quoi ».

Dans un communiqué de presse, ce dernier (photo) précise que « le Conseil Départemental n’est aucunement compétent sur le plan législatif pour mettre en place ce revenu universel (…) Sous prétexte de se présenter comme « innovant », l’exécutif socialiste monopolise de façon honteuse les moyens humains et matériels du Département pour donner un écho supplémentaire à la campagne de monsieur Hamon et cela avec une démagogie décomplexée ! ».

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2016, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, ,

Les réactions sont terminées

  • Feynaud
    15 février 2017 à 17:52 |

    Entièrement d’accord avec Grégoire de Fournas. De malfaisants démagogues socialistes qui n’ont qu’une idée prendre l’argent de ceux qui travaillent pour le donner aux fainéants. C’est d’ailleurs la politique des socialistes : « la mission du socialisme est de distribuer la misère de manière égalitaire pour le peuple » (Winston Churchill)

  • François
    15 février 2017 à 18:57 |

    Il me semble que les agents qui travaillent pour ce pseudo projet et le coût des matériels attachés devraient voir leur activité versée dans les frais de campagne du PS…

  • Versaline
    15 février 2017 à 20:09 |

    Prêts à tout ces socialauds pour faire la promotion de leur « passeport pour la glandouille » et tuer la valeur travail, la seule qui donne la dignité à l’homme et à la femme… Plus facile pour eux de promettre un hypothétique revenu plutôt que de lutter efficacement contre le chômage en s’en donnant les moyens… mais là c’est une autre histoire parce que cela en fai des années que les socialauds s’essaient à cet exercice en montrant leur complète incompétence en la matière !