Noël Mamère met fin à ses mandats politiques

Publié le 13 janvier 2017 dans Actualités, Politique

Noël Mamère met fin à ses mandats politiques

Le député Noël Mamère (ex-EELV), qui ne se représentera pas aux prochaines élections législatives, a annoncé hier qu’il quittera également en juin ses fonctions de maire de Bègles (Gironde).

Ce dernier l’a annoncé jeudi lors de ses vœux au personnel municipal. L’ancien candidat à l’élection présidentielle française de 2002 (5,25%), devenu maire en 1989, a justifié ce choix par un « besoin de renouvellement ». Noël Mamère, qui est âgé de 68 ans, a dit ne pas vouloir « s’accrocher à son mandat ».

Cette annonce a surpris ses collaborateurs, qui – à l’exception des plus proches – n’avaient pas été mis dans la confidence. Clément Rossignol-Puech devrait le remplacer à la mairie de Bègles.

« Ce n’est pas un retrait de la vie politique, c’est simplement une décision inspirée par la sagesse. Ça fait 28 ans que je suis maire de Bègles, j’en suis à mon cinquième mandat« , a précisé Noël Mamère, interrogé par l’AFP. « Ce n’est pas une décision qui serait liée à des problèmes de santé ou à des problèmes personnels. C’est une décision politique« .

« A un moment où on procède à de grandes mutations dans le fonctionnement des communes […], au moment où le numérique arrive en force, j’ai pensé que le moment était venu de céder ma place » a-t-il déclaré.

Noël Mamère, qui a toujours opté pour un positionnement très à gauche, a rappelé qu’il avait « procédé de même pour les législatives » de juin prochain. « J’estime que lorsque l’on prône le renouvellement politique, on ne peut pas s’accrocher indéfiniment« , a-t-il relevé, proposant d’être le suppléant de la marocaine Naïma Charaï (PS) « pour l’aider à gagner » dans sa circonscription (Bègles, Talence). Après avoir quitté la mairie de Bègles, il souhaite « contribuer à la reconstruction de la gauche et de l’écologie« , proposer des documentaires et renouer avec le journalisme !

Issu d’une famille de droite, l’ancien journaliste a commencé sa carrière politique comme suppléant du député socialiste Gilbert Mitterrand. Adepte de la provocation, sa position médiatique la plus controversée fut le « mariage » illégal de deux hommes à la mairie de Bègles en juin 2004. Opposant de longue date au Front national, Noël Mamère souhaitait « porter le projet d’une société cosmopolite et métissée assumée ».

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, ,

Les réactions sont terminées

  • Jeanne
    13 janvier 2017 à 09:57 |

    Bon débarras !

  • Feynaud
    13 janvier 2017 à 10:55 |

    C’est une très bonne résolution. Ne pas vouloir faire comme Chaban Delmas . . .

    • NLC
      13 janvier 2017 à 11:36 |

      @ Feynaud
      Oui, je suis d’accord, mais Chaban il a fait un mandat de trop, Mamère c’est 5 !

  • Grégoire P.
    14 janvier 2017 à 10:14 |

    Nous ne le pleureront pas, comme aucun autre des suppôts de l’anti France.

  • 15 janvier 2017 à 11:16 |

    Au delà de ses propos insultant pour l’intelligence humaine, il sortira vite vite de l’Histoire, à moins que les choses soient bien faites dans ce monde, qu’elle le rattrape, alors ce ne sera pas gratuit

  • daflon
    16 janvier 2017 à 16:51 |

    Sacré Noël, il va me manquer! C’était ma tête de turc (si je peux dire) préférée dans mes posts. C’est vrai qu’un imbécile de sa classe s’y prêtait à merveille. Heureusement il y en a toute une palanquée, parmi les collabos, qui, s’en être à son niveau, vont assurer la relève.
    Je préconise la création d’un prix pour le récompenser de nous avoir tant fait rire (jaune), ainsi que la création de sa marionnette au musée Grévin. Ce n’est pas chaque siècle qu’on trouve un connard d’une telle qualité, alors il faut l’immortaliser.