Pascal Lafargue : Le très politisé président d’Emmaüs Gironde

Publié le 19 janvier 2017 dans Actualités, Politique

Pascal Lafargue : Le très politisé président d’Emmaüs Gironde

Mardi 17 janvier 2017, le socialiste Benoit Hamon, tenait un meeting au théâtre Fémina de Bordeaux.  Sur la tribune, à côté du candidat le plus à gauche de la primaire, se tenait Pascal Lafargue, le président local d’Emmaüs. Lors de son intervention, Pascal Lafargue a d’ailleurs violemment attaqué l’ancien ministre Emmanuel Macron « ce dandy de la finance, un hybride moitié prêcheur et moitié évangéliste » !

Pour ceux qui connaissent cet activiste, pas de surprise. Ancien adhérent au Parti socialiste, son engagement politique débute à la mort du chilien Salvador Allende.

Depuis de nombreuses années celui-ci mélange travail et engagement politique comme en avril 2016, lorsqu’il accueillit Jean-Luc Mélenchon dans les locaux Emmaüs de Parempuyre. L’année dernière, il fêtait également avec tout l’état-major socialiste de Gironde, la victoire aux élections départementales, justifiant sa présence par « le partenariat historique avec cette institution ». Il rajoutait même « bien évidemment, nous avons soutenu Philippe Madrelle qui a depuis des années la solidarité chevillé au cœur ». En effet, le Conseil général est un des plus gros donateurs du mouvement.

Pascal Lafargue, salarié de l’association, est donc très engagé sur de multiples fronts : lutte contre le projet de loi du gouvernement espagnol sur l’avortement, manifestation contre le Front national, participation à nuit debout, mobilisation en faveur de l’arrivée des immigrés en Europe, promotion du « mariage » homosexuel…

Paradoxalement, celui-ci affirme sans sourciller dans les journaux que l’association « doit farouchement rester indépendante ». Il faisait partie de ceux qui ont vivement critiqué la nomination de Martin Hirsch, ancien président d’Emmaüs, dans le gouvernement de Nicolas Sarkozy : « c’est en totale contradiction avec l’esprit de l’abbé Pierre ». (* voir plus bas).

Né le 5 août 1912 à Lyon, l’abbé Pierre est un prêtre catholique, résistant pendant la 2ème guerre mondiale, député, puis fondateur en 1949 du mouvement Emmaüs. En février 1954, il lance sur Radio-Luxembourg, un appel qui fera date. Durant quatre minutes, celui-ci exhorte les Français à «l’insurrection de la bonté», déclenchant une pluie de dons pour les sans-abri. Le combat de l’abbé Pierre a aussi permis l’adoption d’une loi interdisant l’expulsion de locataires pendant la période hivernale.

* Elu député de Meurthe-et-Moselle en 1946, l’abbé Pierre demandait dans son programme des mesures dont Pascal  Lafargue ne doit pas avoir connaissance, notamment  « une immigration étroitement filtrée » (site de l’assemblée nationale).

* Photo de Pascal Lafargue avec les socialistes Marie Recalde (Député de Gironde) et Christine Bost (Maire d’Eysines).

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, ,

Les réactions sont terminées

  • Pierre de Castillon
    19 janvier 2017 à 17:49 |

    M.Pascal Lafargue en ne reprochant à Emmanuel Macron que son côté « prêchi-prêcha » nous prend vraiment pour des pommes ! Il y a un défaut infiniment plus grave qui devrait gêner cet homme de gauche s’il en était vraiment un : c’est que M. Macron est le valet de la finance mondiale. Et là, il y a vraiment de quoi s’inquiéter!