Affaire Théo : Philippe Poutou va-t-il s’excuser ?

Publié le 30 janvier 2018 dans Actualités, Politique, Presse, Vidéo

Affaire Théo : Philippe Poutou va-t-il s’excuser ?

Europe 1 a dévoilé la vidéo de l’interpellation de Théo Luhaka, filmée par les caméras de vidéosurveillance de la ville d’Aulnay-sous-Bois (vidéo ci-dessous).

Contrairement à la version de Théo, largement relayée par une presse complaisante, les policiers n’ont pas du tout « baissé le pontalon » du jeune d’origine congolaise. Selon Europe 1, cette vidéo discrédite l’hypothèse du viol, rapport de l’inspection général de la police (IGPN) à l’appui, dans lequel, suite au visionnage de cette vidéo, il est écrit que «  l’élément intentionnel pouvant caractériser le viol  » ne peut être retenu.

Un homme politique est cependant allé très loin dans la dénonciation de la police. Il s’agit de Philippe Poutou, dirigeant du parti d’extrême-gauche, NPA. Cet ancien candidat à l’élection présidentielle accusait ouvertement la police de viol. « Un jeune a été violé suite à une agression policière (…) Son crime ? Ne pas avoir laissé un policier gifler un gamin ! ».

Dans un article paru dans l’hebdomadaire L’Anticapitaliste (numéro 370), le NPA, à l’instar de nombreux autres journaux, invente une « fakenews » et diffame copieusement la police : « Copieusement tabassé, il a ensuite été traîné par ses tortionnaires dans l’angle mort d’un bâtiment, à l’abri des caméras de surveillance, où des sévices très graves vont lui être infligés. Pantalon baissé, il est alors sodomisé avec la matraque de l’un de ses agresseurs, des tâches de sang couvrant les murs ».

Philippe Poutou n’est pas le seul à avoir propagé cette « fakenews ». En Gironde, plusieurs hommes politiques et journalistes ont également accusé à tort la police. Vont-ils maintenant s’excuser ?

Laurent Perpigna, l’un des responsables des supporters ultras de Bordeaux et journaliste chez Rue 89

Lysiane Larbani est journaliste au quotidien Sud-Ouest

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2017, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, , ,

Les réactions sont terminées

  • Marc
    30 janvier 2018 à 13:51 |

    Le Parisien a révélé en février 2017 que la famille de Théo, et Théo lui-même, étaient visés par une enquête pour “suspicion d’abus de confiance et escroquerie”. Ils auraient détourné plus de 670 000 euros d’argent public en organisant un système d’emplois fictifs grâce à l’association Aulnay Events !

  • Zuba
    30 janvier 2018 à 13:55 |

    Je rêve, cette Lysiane Larbani est journaliste au sud ouest ? On imagine la « neutralité » de ses articles !

  • Grégoire P.
    10 février 2018 à 22:05 |

    Il n’est plus à une connerie prêt l’artiste…. Puisqu’il voulait désarmer les policiers au moment même où ils se faisaient tirer dessus à la kalachnikov. Bref un ersatz de Marchais mais en moins drôle et beaucoup plus dangereux !