Bordeaux : Les étudiantes dénoncent la multiplication des agressions sexuelles

Publié le 16 décembre 2018 dans Actualités, Faits divers

Bordeaux : Les étudiantes dénoncent la multiplication des agressions sexuelles

Après l’agression sexuelle d’une étudiante sur le campus de Pessac, la direction de l’université de Bordeaux recommande aux étudiants de ne pas se déplacer seuls.

« Ne laissez personne rentrer seul« , « empruntez les chemins éclairés« , « évitez systématiquement les raccourcis à travers les espaces verts ou les bois la nuit« , « tapez à l’avance le 17 sur votre portable pour lancer rapidement un appel en cas de difficulté« … Voilà le genre de consignes qu’a fait passer à ses étudiants Manuel Tunon de Lara, le Président de l’Université de Bordeaux.

Le courrier, datant du 7 décembre dernier, fait suite au viol d’une jeune fille, entraînée de force à la sortie de l’arrêt de tramway Doyen Bru à Pessac, un soir de la semaine du 26 novembre.

Dans cette zone éloignée de la vie bordelaise, sont implantées les facs de droit, d’économie, l’IUT de Gradignan, le Staps ainsi que plusieurs écoles d’ingénieur et de commerce.

Après l’agression de fin novembre, le deuxième viol en deux mois selon cette étudiante, le Président de l’Université a demandé « une augmentation des rondes nocturnes ». Il précise que « le service sécurité incendie de l’université effectue lui-même plusieurs rondes autour de cette station de tramway, chaque soir entre 23 heures et le dernier tram ».

Mais pour beaucoup d’étudiantes, la police « ne fait absolument rien pour arrêter les prédateurs ». L’une d’elles a ainsi lancé une pétition, à l’intention des présidents de l’Université de Bordeaux et de Bordeaux Montaigne. Elle a déjà recueilli plus de 7 000 signatures. Dans ce texte, cette dernière dénonce « un homme qui serait, selon les témoignages, identifié par la faculté et les services de gendarmerie. Aux dernières nouvelles il aurait agressé en une journée au moins 4 étudiantes ».

Depuis, sur les réseaux sociaux, de nombreux internautes partagent la photo d’un homme désigné comme « l’agresseur » (photo). Dans un texte, partagé plusieurs centaines de fois sur Facebook, une autre internaute raconte « Je tiens personnellement à féliciter les 3 hommes qui se tenaient à 30 mètres et qui regardaient se passer l’agression du début à la fin, sans réagir ou aller voir la personne agressée. Depuis 2016 cet homme agresse, film des femmes et, reposte les vidéos sur Facebook sans honte aucune (…) Portrait : Taille moyenne, peau mate, 25 ans environ. Passe réellement pour un étudiant physiquement ».

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, ,

Les réactions sont terminées

  • Sami
    16 décembre 2018 à 22:13 |

    De toute façon, la faculté a longtemps nié le problème. Souvenez vous de ce qu’écrivait le très gauchiste Yves Raibaud « Des étudiantes font état d’une impression d’insécurité, certaines témoignent de faits de harcèlement et d’agression sexuels sur le campus de Pessac – Talence – Gradignan. Le campus connaîtra un vaste plan de réaménagement jusqu’en 2021. C’est donc maintenant qu’il faut agir. Les témoignages et contributions des étudiant.e.s d’aujourd’hui serviront à la construction d’un prochain campus sur lequel tous les étudiant.e.s de demain pourront circuler sans appréhension. Après avoir identifiés et localisés les endroits « sensibles », deux trajets de marches exploratoires ont été identifiés. Votre participation aidera à mieux cerner les besoins en termes d’aménagements des espaces publics réalisés dans le cadre de l’Opération Campus Bordeaux ». Impression d’insécurité, le scandale !

  • Anne
    16 décembre 2018 à 22:28 |

    Il paraît que la police l’a mis en Garde à vue vendredi soir mais l’a déjà relâché samedi matin. Il faut faire de la place pour les gilets jaunes !

  • 20 décembre 2018 à 16:02 |

    Un mouvement national prend de l’ampleur : #NousToutes
    Rejoignez-le pour participer à la lutte contre les agressions sexuelles contre les femmes et le sexisme
    C’est à nous, les femmes, de nous engager afin de faire prendre conscience de cette injustice.
    Les agressions et le sexisme ne sont pas une fatalité. Battons-nous,pour le respect des femmes et de nos filles.