Élections chez les Républicains. Johnny Caron dénonce « un bilan catastrophique »

Publié le 4 septembre 2018 dans Actualités, Politique

Élections chez les Républicains. Johnny Caron dénonce « un bilan catastrophique »

Les 13 et 14 octobre prochains se dérouleront les élections internes chez les Républicains. L’occasion pour le mouvement dirigé par Laurent Wauquiez d’élire ses responsables départementaux. Nicolas Florian, proche d’Alain Juppé cède sa place. Pour le remplacer, deux candidats sont en lice. Le favori Yves Foulon, maire d’Arcachon, et le conseiller municipal d’Eysines Johnny Caron. Entretien avec celui qui revendique de porter la voix de la base.

Infos Bordeaux : Pourquoi être candidat à ce poste ?

Johnny Caron : Je suis militant depuis de nombreuses années en Gironde, conseiller municipal de la ville d’Eysines, membre du comité départemental, élu au comité de circonscription de la 5ième et conseiller national les Républicains.

Au sein de notre fédération je constate un bilan catastrophique. Nous avons perdu de nombreuses élections : les départementales, les régionales et les législatives. C’est un triste bilan pour l’équipe sortante. Il ne nous reste à ce jour qu’un seul parlementaire sur quatre sortants (une sénatrice).

J’ai le sentiment que ce sont les erreurs politiciennes et les mauvais choix des membres du bureau politique qui sont  à l’origine de cette situation. Pour ne pas les nommer, il s’agit de M. Juppé, M. Foulon, M. d’Amécourt…

Je ne parle pas de la fuite de nombreux militants, vers les extrêmes. Je veux être le candidat du renouveau, de la refondation des Républicains derrière notre Président Laurent Wauquiez… J’assume mon soutien total à Laurent, comme j’ai toujours soutenu Nicolas Sarkozy.

Je me bats également pour que le militant ait toute sa place. Nous en avons assez de toujours obéir aux grands élus, de faire du collage, des distributions de tracts, et de nous retrouver dans l’oubli après l’élection …

Je me présente aussi pour mettre en place plus de dialogue et donner la parole aux militants. Ils doivent pouvoir s’exprimer (par un vote) dans les circonscriptions. Ce sont les mieux placés pour choisir leurs candidats !

Un Président se doit d’être à l’écoute des militants sur tous les sujets. Je souhaite que LR redevienne la première force politique en Gironde, et que nous soyons un laboratoire démocratique en accord avec Paris.

Je ne suis pas hostile à des accords avec le centre droit, mais pas au détriment des Républicains, comme cela a souvent été le cas dans le passé  avec le Modem ! Je suis disponible à 100% pour ce poste, ayant seulement un mandat de conseiller municipal à Eysines.

Nous mettrons en place un nouveau bureau politique avec CPNT (Chasse, pêche, nature et traditions), Sens Commun, Libres, les jeunes LR, des militants et des élus.

Infos Bordeaux : Que pensez-vous de la personnalité d’Alain Juppé ? Quelle est son influence dans la fédération ?

Johnny Caron : Alain Juppé est un homme brillant, incontestablement un grand  politique et un bon maire pour la ville de Bordeaux.

Malgré son départ de LR, il garde une grande influence à Paris comme en Gironde. Il est même très proche du Premier ministre avec lequel il échange fréquemment ! En Gironde, rien ne se fait et se fera sans lui.

Il continue à donner son avis, propose et impose des noms pour les investitures, encourage et appuie certains (dont Yves Foulon), en écarte et ignore d’autres. Je n’ai eu, pour ma part, aucun entretien avec lui, ni avec ses proches collaborateurs.

Infos Bordeaux : Le candidat Jacques Breillat a annoncé son retrait. Quelle est votre réaction ?

Johnny Caron : Comme toujours, les grands élus se serrent les coudes. Une fois de plus, c’est le fantôme de la combinaison électorale, vielle méthode politicienne.

Je désapprouve cette méthode. Les Juppéistes « Libres » et Jacques Breillat se sacrifient pour le candidat Yves Foulon. Le maire de Castillon retire sa candidature, quelle curieuse démarche de la part de l’ancien militant de Dupont-Aignan !

A-t ’il déjà l’assurance d’avoir un poste dans l’organigramme d’Yves Foulon en cas de victoire de ce dernier. Il va donc abandonner son projet et les militants qui croyaient en lui ?

Avec ces petits arrangements, le militant que je suis n’a pas sa place… Cette démarche se trouve loin de la ligne de la refondation et du renouveau de notre famille politique voulu par notre président.

Infos Bordeaux : Quelles sont vos différences avec le maire d’Arcachon, Yves Foulon ?

Johnny Caron : D’abord Yves Foulon n’est pas un adversaire mais un concurrent, nous sommes tous les deux dans la même famille politique. Une déception seulement : sa défaite aux élections législatives.

Mais depuis des années je me bats pour donner la parole aux militants, pour la démocratie participative, à Paris comme à Bordeaux. Je n’ai jamais eu le soutien d’Yves, et des autres « grands » élus de notre département. On ne déplaît pas à Monsieur Juppé !

J’ai toujours été opposé aux accords avec le Modem. Yves Foulon faisait partie du bureau politique, mais ne s’est jamais opposé à ces arrangements politiques !

Le tract très controversé de Laurent Wauquiez n’a pas été distribué, ni mis à disposition en Gironde. Yves, Foulon, pourtant membre du bureau National à Paris, n’a pas réagi !

Enfin, je ne veux pas d’accord avec la République en Marche. Yves Foulon ne se prononce pas. Alors que se profilent des négociations avec LRM pour des listes communes à Bordeaux et à la Métropole (Eysines, Parempuyre, Blanquefort, Bruges, …) pour les prochaines élections municipales, il serait bien qu’il adopte une position claire pour les militants.

Propos recueillis par Bertrand Lescure pour Infos-Bordeaux

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, , ,

Les réactions sont terminées

  • Dejean Monique
    4 septembre 2018 à 22:37 |

    Le plus honnête pour sauver la Gironde !!