Républicains : Alain Juppé va prendre du « recul »

Publié le 15 janvier 2018 dans Actualités, Politique

Républicains : Alain Juppé va prendre du « recul »

Le maire de Bordeaux a annoncé qu’il allait quitter la présidence des Républicains de Gironde. Il explique vouloir prendre « du recul » dans la perspective des élections européennes de 2019.

« Je n’ai pas payé ma cotisation LR 2017 et je n’ai pas l’intention de payer celle de 2018 » a dit Alain Juppé, candidat éliminé à la primaire à droite pour la présidentielle de 2017. « J’ai fait savoir que je quittais la présidence de la fédération LR de Gironde », a-t-il poursuivi devant la presse. « Je prends du recul et je vais observer notamment dans la perspective des élections européennes de 2019 », a-t-il ajouté.

Interrogé pour savoir s’il se mettait en congé du parti, l’ex-Premier ministre a refusé de répondre. « Je suis vigilant », s’est-il contenté de dire, rappelant une nouvelle fois que la défense du projet européen et la lutte contre le Front national (FN) constituaient notamment pour lui des « lignes rouges » au sein des LR.

« Je comprends parfaitement la décision de Dominique Bussereau qui m’avait informé », a encore dit le maire de Bordeaux, constatant que « la composante centriste (…) s’est détachée de ce parti ». Dimanche, l’ancien ministre centriste Dominique Bussereau avait annoncé qu’il se mettait « en congé de LR » jusqu’à la campagne des européennes de 2019, regrettant dans sa famille politique des propos qui « pourraient être ceux du FN » et une absence d' »amour de l’Europe ».

La décision d’Alain Juppé suscite des réactions contrastées au sein de LR. La porte-parole du parti, Laurence Sailliet, juge « regrettable » le choix du maire de Bordeaux, « alors que nous entrons dans une période de débats ». A l’inverse, la sénatrice du Bas-Rhin Fabienne Keller salue une décision « sage » et « courageuse ».

Alain Juppé avait, le 12 novembre 2017, devant des journalistes, émis l’idée de bâtir « un grand mouvement central » avec Emmanuel Macron, avant d’atténuer ses propos. Questionné sur une possible adhésion à LREM, le maire de Bordeaux a répondu: « Je n’en ai pas l’intention. Je veux être libre. J’ai envie de liberté et d’analyse », a-t-il ajouté. « Je ne cherche pas à créer un parti ou une chapelle ».

Pour l’élection interne à la tête des Républicains, remportée en décembre par Laurent Wauquiez, le maire de Bordeaux avait annoncé qu’il voterait pour le candidat Maël de Calan, « un homme de droite, d’une droite humaniste ». Ce dernier s’était fait écraser par Laurent Wauquiez, aussi bien à l’échelle nationale qu’au niveau de la fédération de Gironde.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2017, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :

Les réactions sont terminées

  • Marc
    15 janvier 2018 à 14:18 |

    Bon débarras (un adhérent Républicains je précise) !

  • NLC
    15 janvier 2018 à 15:35 |

    C’est assez ahurissant de lire qu’un type qui n’est pas à jour de ses cotisations peut présider une fédération de ce parti…

  • Zuba
    15 janvier 2018 à 15:50 |

    Donc il s’est présenté à la primaire du parti sans avoir payé sa cotisation !

  • Pierre
    28 janvier 2018 à 17:43 |

    A force de prendre du recul Alain Juppé va finir par tomber dans la Gironde ! J’aimerais savoir quand cette plaisanterie va se terminer. Qu’Alain Juppé rejoigne Macron, et les choses seront beaucoup plus claires.