Un prédicateur radical invité à la mosquée de Libourne

Publié le 19 décembre 2018 dans Actualités, Politique

Un prédicateur radical invité à la mosquée de Libourne

Nader Abou Anas est un imam très controversé qui a souvent fait la une de la presse.  Ce dernier est connu pour ses prêches polémiques, notamment sur les femmes.

« La femme, elle ne sort de chez elle que par la permission de son mari », assène-t-il par exemple dans cette vidéo, n’hésitant pas à rajouter que « les anges la maudissent toute la nuit dans le cas où elle se refuse à son mari sans raison valable ».

Dans un autre prêche, il avertit son auditoire sur les dangers de « la fornication » et explique que l’islam interdit de serrer la main aux femmes. Quant à la musique, ce ne sont pour lui que des « sifflements sataniques » qui « poussent à commettre l’adultère, le libertinage, à pervertir les mœurs ».

Malgré ses positions incompatibles avec la culture et la civilisation française, ce dernier est un des imams les plus populaires en France. Sa page Facebook est suivie par près de 144 000 personnes.

C’est cet imam que l’association des musulmans de Libourne a invité pour sa première conférence de l’année 2019.

Dirigée par le marocain Hassane El Ammar, cette association est proche de la branche française des Frères musulmans. C’est d’ailleurs une des figures de cette mouvance que devait accueillir, au mois de décembre, la mosquée de Libourne (conférence annulée au dernier moment). Il s’agissait d’Amar Lasfar, président de l’association Musulmans de France (anciennement UOIF).

Ce dernier a fait beaucoup parler de lui en mars 2018, à l’occasion de la publication d’une de ses vidéos (datée de plusieurs années).  Il y évoquait la conquête de l’occident et l’islamisation programmée de la France : « Nous parvenons à transmettre le message d’Allah (…) par un coup d’Etat. Par un travail politique consistant à infiltrer les conseils municipaux, les parlements et à nous emparer du pouvoir d’un point de vue politique. Et après ça, passera le message d’Allah ». En outre, il parle d’une « option de la force ». « Certains musulmans pensent que l’usage de la force contribue à imposer le message d’Allah. Il y a des groupes armés, que les gens qualifient d’extrémistes, qui pratiquent la violence et qui croient qu’il n’y a d’autres options que la violence pour arracher le pouvoir et proclamer l’Islam (…) », explique-t-il, avant de prévenir que « cette option n’est pas la bonne ». « La force mal utilisée, si elle n’est pas utilisée au moment opportun, au bon endroit, devient une tare, provoque la discorde (…) » !

Ce marocain, qui a fondé en 2003 le lycée privé musulman Averroès, encourage les musulmans à créer leurs propres écoles. C’est d’ailleurs le but de l’association des musulmans de Libourne. Ces derniers veulent monter une école privée hors contrat (Les Graines du Savoir) « Celle-ci sera à pédagogie Montessori, éthique musulmane, et a pour orientation l’éducation dans le respect et la bienveillance de l’enfance, respectant son environnement ainsi que ses envies du moment, liées à ses périodes cognitives sensibles. Nous vous invitons à investir dans ce qui sera pour nous un tremplin de financement, et pour vous, ce qui constitue une Sadaqa Jariya ».

Mais Nader Abou Anas ne sera pas seul à venir à Libourne au mois de Janvier. Il sera accompagné de Mehdi Bouzid, bien connu des services de renseignement.

Ce dernier s’occupe du site « Islammag.fr » dans lequel il multiplie les conseils aux musulmans de France. Dans un article intitulé « L’homosexualité, symptôme d’un naufrage de notre société », ce dernier donne le point de vue musulman sur ce sujet : « Pour les musulmans, l’homosexualité rentre dans le cadre de la corruption morale, car elle contribue à la mise en faillite de la société. L’union entre un homme et une femme se fait dans le cadre de la fondation d’une famille qui est la cellule première de la société. Le mariage homosexuel est une cellule cancéreuse qui va gangréner les autres cellules (…) force est de constater qu’un couple d’homosexuels n’a absolument rien à voir avec un couple normal. Oui, vous avez bien lu un couple normal. Le pouvoir en place et les médias de masse cherchent toujours de détériorer la nature des choses pour assoir leur vision satanique du monde ».

Lors de l’inauguration de la mosquée de Libourne en 2011 *, le maire socialiste de l’époque, Gilbert Mitterrand, déclarait « imaginons qu’ici à Libourne cette mosquée soit le symbole du vivre ensemble, face à l’obscurantisme populiste ambiant » !

* A l’époque de la construction de la mosquée, l’association des musulmans de Libourne était dirigée par Omar N’Fati, qui est toujours conseiller municipal socialiste, élu sur la liste du maire actuel Philippe Buisson.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, , , , , ,

Les réactions sont terminées

  • Versaline
    19 décembre 2018 à 14:13 |

    Ne nous « voilons pas la face », (mais cela pourrait bien arriver, grâce à nos gouvernants complètement autistes et lâches sur ce problème), mais le ver est définitivement dans le fruit…

  • Judith
    19 décembre 2018 à 14:30 |

    C’est marrant, mais sur le droit des femmes et des homosexuels, le Parti socialiste ne dit jamais rien quand les attaques viennent de minorités visibles. Il ne faudrait pas fâcher ses électeurs !

  • NLC
    21 décembre 2018 à 12:20 |

    Selon le sud-ouest de vendredi 21 décembre : « L’imam controversé (sic) ne viendra pas », en une de l’édition de Libourne.