Gilets Jaunes : Acte 9 le samedi 12 janvier à Bordeaux

Publié le 11 janvier 2019 dans Actualités, Agenda, Politique

Gilets Jaunes : Acte 9 le samedi 12 janvier à Bordeaux

La ville de Bordeaux sera-t-elle une nouvelle fois la « capitale » des gilets jaunes ? Chaque weekend, c’est en effet l’une des villes où la mobilisation est la plus importante.

Sur Facebook, l’évènement « Acte 9 » annonce déjà plus de 2 000 participants et près de 6 600 personnes intéressées. Comme les semaines précédentes, le rendez-vous est donné Place de la Bourse à 14h00. Selon les informations données, « aucun parcours n’est prédéfini et nous nous organiseront une fois sur place pour éviter de donner trop d’informations aux forces de l’ordre ».

Comme les samedis précédents, plusieurs lieux municipaux resteront fermés : les services de la mairie, dont le service de l’état civil de l’hôtel de ville, la bibliothèque Mériadeck, la bibliothèque du Jardin public, l’espace Bordeaux Patrimoine CIAP. Le musée d’Aquitaine et le Musée des arts décoratifs et du design seront ouverts de 10h à 13h.Côté espaces verts, le Jardin Public, le jardin de l’hôtel de ville et le square Vinet resteront fermés.

Dans une dépêche AFP, le sociologue Frédéric Neyrat (très marqué à gauche) explique l’importance du mouvement à Bordeaux : « D’une ville accessible dans les années 1990, Bordeaux est devenue en terme d’immobilier la 2e ville la plus chère de France, avant Lyon. Mais Lyon a toujours été relativement chère. Il y a trente ans, l’immobilier bordelais était très accessible. Il y avait des zones très populaires, les quartiers de St-Michel, Bacalan. La politique de rénovation menée par le maire Alain Juppé, un embellissement réussi, a eu des effets pervers. Beaucoup ont été renvoyés dans la périphérie de plus en plus lointaine. Les « gilets jaunes » en sont aussi la conséquence. Aujourd’hui, Bordeaux est une nouvelle ville, un petit Paris. Les différentes sociales s’y sont considérablement accentuées ».

En déplacement dans la capitale gironde, le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur Laurent Nunez, a promis «un dispositif qui se veut mobile, pour pouvoir poursuivre les petits groupes de casseurs dès qu’ils passent à l’action ». « C’est une façon d’intervenir un peu différente, où il y aura beaucoup d’interpellations s’il devait y avoir des exactions», a-t-il ajouté.

Un sondage publié par Odoxa jeudi annonce que 52 % des Français interrogés continuent à soutenir le mouvement des Gilets jaunes.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :