Proche des terroristes du FLN, Frantz Fanon n’aura pas de rue à Bordeaux

Publié le 8 février 2019 dans Actualités, Politique

Proche des terroristes du FLN, Frantz Fanon n’aura pas de rue à Bordeaux

Le Conseil municipal de Bordeaux avait choisi de dénommer deux voies du quartier Ginko des noms de Rosa Parks, militante noire américaine contre la ségrégation, et Frantz Fanon militant proche des terroristes du FLN. A l’époque seuls les élus du Rassemblement national avaient voté contre. Devant la polémique, Alain Juppé a décidé de « surseoir » à cette décision.

La dénomination des voies de notre commune doit être l’occasion de rendre hommage à des personnalités qui incarnent des valeurs partagées », a indiqué aujourd’hui Alain Juppé dans un communiqué. « Aujourd’hui, le choix du nom de Frantz Fanon suscite des incompréhensions, des polémiques, des oppositions que je peux comprendre. Dans un souci d’apaisement, j’ai donc décidé de surseoir à cette proposition« , a-t-il écrit.

« La majorité d’Alain Juppé, soutenue par les élus socialistes et écologistes, en nommant une rue de Bordeaux Frantz Fanon, rend hommage à un homme qui a pris, il y a 60 ans, fait et cause avec le terrorisme algérien« , avait écrit le conseiller RN François Jay sur le site internet de Riposte Laïque.

Dans un communiqué de presse, le Cercle algérianiste avait dénoncé la décision du maire de Bordeaux : « Comment oublier que Frantz Fanon fut l’auteur des Damnés de la Terre, paru en 1961, où il en appelait, avec Jean-Paul Sartre, au meurtre des Européens d’Algérie ? Comment ne pas se souvenir des mots terribles et nauséabonds de Jean-Paul SARTRE, préfacier de cet ouvrage ? « Car, en le premier temps de la révolte, il faut tuer : abattre un Européen c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre ». Comment accepter que l’auteur de cette abominable invitation à la suppression physique des Français d’Algérie, et de cette justification du terrorisme, mérite aujourd’hui un hommage de la ville de Bordeaux, alors que le drame de milliers d’Européens, enlevés, assassinés par le FLN, et disparus, n’a toujours pas fait l’objet d’une reconnaissance nationale ? ».

Au moment où, dans les universités et de nombreux colloques, la vie et l’œuvre de Frantz Fanon sont réhabilitées, il convient de faire connaître et de partager le sens profond de son engagement à tous les habitants dans nos quartiers, et notamment aux plus jeunes”, avaient expliqué les membres du conseil municipal dans leur délibération !

Militant de gauche, Frantz Fanon est né le 20 juillet 1925 à Fort-de-France (Martinique) et est décédé sous le nom d’Ibrahim Frantz Fanon, le 6 décembre 1961 aux États-Unis. Il s’est engagé en faveur de l’indépendance de l’Algérie et a restitué sa nationalité française pour rejoindre le FLN à Tunis, en 1957. Une de ses filles épousera Bernard Mendès France (fils de Pierre Mendès France) !

Photo : Franz Fanon à Tunis, avec Omar Oussedik (au centre), responsable du FLN

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, ,

Les réactions sont terminées

  • anne
    8 février 2019 à 13:50 |

    Vivement que l’équipe de Juppé dégage aux prochaines municipales !

  • jean aymard
    9 février 2019 à 14:05 |

    ni aladin pas plus que kunta kinté n’ auront de rues à leurs noms à Bordeaux, étonnant, non?