Bordeaux : Des jeunes étrangers multiplient les agressions

Publié le 5 juillet 2020 dans Actualités, Faits divers

Bordeaux : Des jeunes étrangers multiplient les agressions

Depuis plusieurs mois, la délinquance de rue commise par des étrangers explose. L’image de carte postale, tant vantée par les médias, tend à s’effriter. Tous les jours, des agressions sont commises en grande majorité par des maghrébins ou des ressortissants d’Afrique noire.

La préfecture avait pourtant sonné l’alerte, il y a plusieurs mois, en délivrant les chiffres de l’insécurité. Dans un communiqué de presse en date du mercredi 29 janvier, elle insistait sur les étrangers MNA (mineurs non accompagnés), qui sont la cause « d’une partie de la hausse de l’augmentation de la délinquance d’appropriation ». Selon Fabienne Buccio, ces derniers « représentent 35 % en 2019 de l’ensemble des mineurs mis en cause » ! Le préfet citait même l’exemple du squat d’un immeuble rue Lafaurie de Monbadon, qui avait amené « à une hausse de 400% des vols dans le quartier ».

Depuis plusieurs semaines, le phénomène s’accentue, amenant le syndicat Alternative Police CFDT à alerter les autorités : « Ces personnes, mineures ou majeures et originaires d’Afrique du Nord, sont à l’origine de l’explosion de la délinquance sur Bordeaux et l’agglomération. Nos collègues policiers font pourtant un travail colossal sur la voie publique et en investigation pour mettre hors d’état de nuire ces individus ».

Il suffit de lire quotidiennement la presse pour s’apercevoir de l’ampleur du phénomène : « deux nouveaux blessés dans une agression au couteau », « Sept blessés au couteau en une nuit à Bordeaux », « un jeune homme victime d’un coup de couteau place Stalingrad », « coups de couteau en marge de la soirée de la Fête de la musique », « Bordeaux : une nouvelle rixe à l’arme blanche », « plusieurs rixes ce week-end dans le centre-ville », « des mineurs non accompagnés délinquants travaillaient pour une bande organisée »…

Sur les réseaux sociaux, des jeunes femmes et personnes âgées racontent leur peur, le soir, dans de nombreuses rues de la capitale girondine. Il suffit en effet de se promener sur les quais, près de la gare, à Saint Michel ou aux alentours de la place de la Victoire pour se sentir davantage en Afrique que dans une ville du sud-ouest de la France.

La plupart des politiques locaux (de droite comme de gauche), loin de lutter contre ce phénomène, participent au contraire à son développement. Le conseil départemental ne cesse de créer des places d’accueil et financent des associations qui installent de nouveaux étrangers dans la ville. Ces « mineurs non accompagnés » qui étaient au nombre de 300 en 2015 sont désormais plus de 1350. Les médias locaux tentent de cacher les origines de ces agresseurs, quand ils ne tombent pas résolument dans la propagande. Ainsi, le journal proche de l’extrême-gauche, Rue 89, titrait le 18 juin 2020, au lendemain d’une grave agression au couteau, « en Gironde, la réussite de ces mineurs bien accompagnés ».

Le nouveau maire de Bordeaux, Pierre Hurmic, n’a toujours pas réagi à la multiplication de ces agressions. Nul doute qu’il va devoir rapidement le faire.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, ,

Les réactions sont terminées

  • ROQUES Martine
    5 juillet 2020 à 19:41 |

    Continuons à les laisser entrer !…

  • jean aymard
    6 juillet 2020 à 13:02 |

    maghrébiens non apprivoisés à 50 000€/an

  • COSSART MICHEL
    6 juillet 2020 à 18:20 |

    Pourtant d’apres nos dirigeants nos maghrébins sont bien sous tous rapports….en même temps peu importe ce qu’ils font, personne ne leur dit rien, par peur d’être traité de raciste. Maintenant quand on sait que 75 % des places dans nos prisons sont occupees par des Africains…

  • doctoc
    12 juillet 2020 à 04:38 |

    Enfin… Bordeaux tu es devenue une ville d’échanges multiculturels et de convivialité!

    Enfin…Fini le défilé de ces Navalais en uniforme qui imposaient une présence rigoriste dans cette ville embourgeoisée!

    Enfin…L’épanouissement du merveilleux “vivre ensemble”!

  • jean aymard
    15 juillet 2020 à 13:28 |

    L’évanouissement du merveilleux « vivre à côté de chez ensemble »!
    race pourrie de bolchos stipendiés tétants à l’ onion soviétique neuropéenne!!!!
    …/.. qui ne mérite que de vivre en sangles!

fr_FRFrench
fr_FRFrench