Gironde : La préfecture main dans la main avec le lobby LGBT

Publié le 16 février 2017 dans Brèves

Dans un communiqué de presse intitulé « Appel à projets contre la haine et les discriminations anti-LGBT », Pierre Dartout, préfet de Gironde, appelle à « soutenir et développer les actions de terrain mentionnées dans le plan de mobilisation contre la haine et les discriminations anti-LGBT ».

Le représentant de l’Etat (photo), avec le soutien du secrétariat d’Etat à la Ville chargé de la lutte contre les discriminations, et de la Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT (DILCRAH), annonce le soutien du gouvernement  à tous les « projets citoyens » qui lutteront contre les discriminations supposées faites aux LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et trans) !

Plus surprenant, Pierre Dartout explique que « l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de personnes de même sexe, en 2013 » a été une avancée contre la haine et le rejet que subiraient les homosexuels. Cet appel à projet sera « doté d’un budget de 1,5 million d’euros ».

Les projets sont à envoyer à Yohann Roszewitch (photo), ancien président de l’association SOS homophobie.

Institution directement rattaché au Premier ministre depuis 2014, la DILCRAH a surtout servi au gouvernement à recaser les responsables d’associations activistes proches du Parti socialiste, comme l’ancienne présidente de SOS Racisme, Cindy Leoni.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2016, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :,

Trackback from your site.

Réactions (1)

  • Elodie
    16 février 2017 à 16:27 |

    Oui, vous pouvez également préciser que la DILCRA et son président ont un point de vue très sioniste, loin de la neutralité traditionnellement recommandée pour des agents de l’Etat !

Réagir

Attention en publiant une réaction, vous vous engagez à assumer vos responsabilités. Infos Bordeaux ne pourrait être tenu responsable du contenu de vos réactions. Pour plus d'information, merci de consulter les conditions générales d'utilisations du site.