Actualités, Faits divers, Vidéo

Décès de l’abbé Denis Coiffet, l’un des fondateurs de la Fraternité Saint-Pierre

L’abbé Denis Coiffet était une figure du milieu traditionaliste français. Fondateur de la Fraternité Saint-Pierre, aumônier général de l’association Notre-Dame de chrétienté (organisatrice du pèlerinage de Chartres), celui qui a officié pendant plusieurs années en la paroisse Saint-Bruno de Bordeaux a été enterré hier. Voici l’article que lui consacre le journal Minute dans sa dernière édition.

L’abbé Coiffet ? Quel drôle de curé dans sa soutane. Toujours la gitane à la bouche et le verre à la main. La faconde et le langage fleuri: « Ta gueule, mon pote! » Mille histoires à raconter. Souvent invraisemblables et toujours cocasses. Une voix érayée et un coffre pour la faire jaillir. Le sens de l’amitié et de la bonne vie. Intraitable avec le péché mais tellement indulgent avec le pécheur. Défenseur de la morale sans jamais être moralisateur. Grande gueule au cœur d’enfant. Constamment au volant de sa voiture à parcourir les routes de France. Pour un baptême. Un mariage. Un enterrement. Voir l’abbé Coiffet ? Naturellement. Mais surtout l’entendre.

Le sermon du prêtre est parfois l’objet de railleries. Trop long. Incompréhensible. Soporifique. L’abbé Coiffet échappait à la règle, la nature l’avait doté d’un talent oratoire exceptionnel. A l’image de Tixier-Vignancour qui fut sans doute le seul avocat à s’entendre dire par un président de tribunal: « Je vous en prie, Maître, faites long… », l’abbé Coiffet entendait sans doute, lorsqu’il commençait son sermon, le murmure de ses fidèles: « Nous vous en prions, Monsieur l’abbé, ne vous arrêtez pas». Plus qu’un sermon, une plaidoirie! Pour Dieu et pour l’Église.

Alors qu’il improvisait toujours face à son auditoire, il ne manquait jamais aucun élément pour un grand moment d’éloquence. Syntaxe et élocution parfaites. Sens de la formule. Émotion. Culture classique. Conclusion en forme d’apothéose. Les fidèles étaient secoués. Remués au plus profond d’eux-mêmes. L’abbé Coiffet ou un monstre sacré comme l’Église en a le secret

1972. L’Église est en pleine tourmente. Le concile Vatican II, sans le savoir, a ouvert les vannes. La barque de Pierre prend l’eau de toute part. Le pape Paul VI l’a admis: « La fumée de Satan est entrée dans l’Église. » Denis Coiffet a vingt ans. Il veut devenir prêtre. Les séminaires français ne sont plus qu’un champ de ruines. Il choisit donc celui d’Ecône, fondé deux ans auparavant par Monseigneur Lefebvre pour sauvegarder la formation et la sanctification des prêtres dans le cadre de la liturgie traditionnelle du rite romain. Il est ordonné prêtre en 1977 avant d’être nommé responsable de la paroisse de Saint-Martin de Bréthencourt, dans les Yvelines, desservie par la Fraternité Saint-Pie X.

abbé_coiffet_fsspL’année 1983 marque un premier tournant. A l’initiative du Centre Charlier de Bernard Antony, des centaines de pèlerins décident, à l’image de Charles Péguy, de rallier Paris à Chartres lors de la Pentecôte. Le pèlerinage de Chartres est né. L’abbé Coiffet est de l’aventure. Pendant vingt-cinq ans, il sera l’aumônier des chapitres enfants.

1988 ou l’année terrible. Monseigneur Lefebvre consacre quatre évêques sans mandat pontifical. L’abbé Coiffet, malgré toute l’affection qu’il a pour « le patron », ne l’accepte pas. Une page se tourne. Une autre s’ouvre. Une page blanche sur laquelle tout reste à écrire.

Avec plusieurs prêtres ayant quitté la Fraternité Saint-Pie X, il se rend à Rome. Jean Paul II les accueille: « Voici les prêtres qui me sont restés fidèles ». L’accord que le Vatican a proposé à Monseigneur Lefebvre et que celui-ci a finalement refusé, l’abbé Coiffet et ses confrères vont l’accepter. Un accord fondé sur une double fidélité, à Rome et à la Tradition.

La Fraternité Saint-Pierre est née. Sur le papier, elle existe. Sur le terrain, tout est à construire. Les séminaristes à former. Les maisons à ouvrir. La réticence des évêques à vaincre. Les crises de croissance à gérer. Ce sera l’œuvre de l’abbé Coiffet à la tête du district de France de 1988 à 1994, puis de 1998 à 2000. Un quart de siècle s’est écoulé. La Fraternité compte près de 250 prêtres et 154 séminaristes répartis dans le monde à travers 117 diocèses. Depuis quinze ans, l’abbé Coiffet était redevenu simple prêtre dans ses différents apostolats de Nantes et de Bordeaux. Toujours égal à lui-même. En permanence sur les routes. Des dizaines de milliers de kilomètres au compteur. Le matin à Chartres. Le soir à Lyon. Le lendemain à Nantes. Jusqu’à ce que la maladie le rattrape. Il a fini par lever le pied. Très tard. Trop tard.

La maladie présente, il s’est mis à rêver de repos dans une paroisse de Bretagne. La vie terrestre ne lui en n’a pas laissé le temps. Il a vécu ses neuf derniers mois sur un lit d’hôpital. Une lente agonie. Des souffrances qu’il a offertes à l’Eglise et aux hommes comme Jean Paul II dix ans auparavant. Avec force et courage. Habité par la certitude, comme il l’écrivait en 1992 aux pèlerins de Chartres, « qu’au bout du tunnel, il y a l’aube de la Résurrection ».


Funérailles de l’abbé Coiffet par Le_Salon_Beige
 

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2021, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr].

1 réaction

  1. et le soir mème j’ai repris des nouilles.

Le sondage du moment

Ressentez-vous la montée de l’insécurité dans la métropole bordelaise ?

Chargement ... Chargement ...

Archives des sondages

Inscription aux alertes