Actualités, Politique

Présidentielle : Alain Juppé va-t-il se mettre les militaires à dos ?

« Un militaire, c’est comme un ministre : ça ferme sa gueule ou ça s’en va ». Le maire de Bordeaux et candidat à l’élection présidentielle possède une image d’homme cassant, ne sachant pas arrondir les anges. Il vient encore de le prouver il y a quelques jours, devant les étudiants de Science Po Bordeaux, en évoquant le sort du général Bertrand Soubelet, qui vient d’être relevé de ses fonctions de commandant de la gendarmerie d’outre-Mer (CGOM) après avoir écrit un livre dans lequel il dresse un état des lieux alarmant du système judiciaire français.

La réplique des milieux militaires ne s’est pas fait attendre. Dans le journal Le Monde, le général Vincent Desportes a tenu à mettre les choses au clair : « Vous avez d’abord tort sur le fond. Non, les militaires n’ont pas « à la fermer » comme un ministre. La première loyauté d’un ministre au service d’une politique fluctuante, souvent politicienne, est envers son président. La première loyauté d’un militaire au service permanent de la nation, de ses intérêts et de ses valeurs, est envers la France. Structuré par l’éthique de conviction, il doit prendre la parole pour lui rester fidèle, plutôt que de la renier (…) Vous avez tort dans la forme, ensuite. Candidat à la présidence, vous devez le respect à ceux qui ont dédié leur vie à la protection de cette nation que vous souhaitez diriger. Votre réponse à l’emporte-pièce contredit le discernement attendu de celui qui vise la plus haute magistrature. Car qui, dans la société civile, détient les connaissances, expériences et compétences, acquises par l’étude et le terrain, des officiers supérieurs et généraux ? Pourquoi nos concitoyens ne seraient-ils pas informés par « ceux qui savent », comme dans les autres domaines de l’action publique ? ».

Au sein même des Républicains, la position du maire de Bordeaux est loin de faire l’unanimité. Ainsi, pour Bruno Beschizza, secrétaire national à la sécurité, «Il est inconcevable dans une démocratie moderne que des fonctionnaires ne puissent pas s’exprimer librement devant une commission parlementaire». Tout le contraire de ce que pense Alain Juppé.

Pour le général Jean-Marie Belmer, « Les militaires sont des citoyens respectables. Parmi eux, vous trouverez probablement des individus critiquables, mais vous ne trouverez pas de repris de justice ». La référence est claire et rappelle sa condamnation dans l’affaire des emplois fictifs de la ville de Paris. Celui-ci poursuit « Je ne me tromperai pas en disant que, comme toute la communauté militaire, ils auraient un haut le cœur à la simple idée de vous imaginer, dans un véhicule de commandement, passer les troupes en revue le 14 juillet 2017 ».

pierre-mathieu-duhamelComme le rappelle Jean-Dominique Merchet, journaliste français spécialisé dans les questions militaires, « Alain Juppé a un problème avec les militaires ». Celui-ci rappelle d’ailleurs qu’entre 2002 et 2006, « l’un des principaux conseillers d’Alain Juppé n’était autre Pierre-Mathieu Duhamel (…) L’homme a laissé un souvenir douloureux dans les états-majors pour sa pugnacité dans les homériques affrontements budgétaires entre Bercy et la Défense ». Cet énarque (photo avec Alain Juppé) est maintenant en charge de la coordination du programme économique du futur candidat à l’Elysée !

Selon une étude du CEVIPOF, le Centre de recherches politiques de Sciences Po, plus de 51% des gendarmes et militaires ont déposé un bulletin Front national dans l’urne en 2015.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2021, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [www.infos-bordeaux.fr].

14 réactions

  1. Jean-François Pierron

    Je ne comprends pas très bien toutes ces réactions qui me semblent légèrement épidermiques…
    Pour ma part je suis d’accord avec Monsieur Juppé (sur ce point là) mais j’ajoute une troisième option :
    1) Il ferme sa g…
    2) Il s’en va
    3) Il prend le pouvoir, nous débarrasse de cette chienlit et met en place un gouvernement digne de ce nom.
    A bon entendeur…
    Salut !

  2. Voilà quelqu’un qui appelle un chat;un chat!!!
    Marion Maréchal, la bien-pensance et l’union des droites
    3 mai 2016 par Thieulloy (de) Guillaume dans Politique avec 10 commentaires

    Marion Maréchal-Le Pen a le don de mettre les pieds dans le plat, avec un charme juvénile qui exaspère les vieux crocodiles du marigot politiquement correct.

    Sa campagne pour les élections régionales fut un modèle de campagne de droite (comme, d’ailleurs, celle de son rival local, Jacques Bompard) : alors que, depuis des décennies, les élus de droite choisissent toujours de complaire aux médias de gauche plutôt qu’à leurs électeurs, elle assumait tranquillement que ses électeurs étaient plus fréquentables que les médias de gauche.

    Et, plus elle assumait, plus elle montait dans les sondages ; plus aussi elle gagnait de sympathie parmi les électeurs de droite qui ne votaient pourtant pas pour elle. Elle administrait ainsi la preuve que l’union des droites était parfaitement possible, non pas par des combines d’appareils partisans, mais sur des valeurs et un « programme commun » comme on disait en 1981.

    J’ai d’ailleurs entendu dire (mais, sauf erreur, la presse n’a pas relayé cette information et je ne sais donc pas si c’est une rumeur ou une réalité) que la benjamine de l’Assemblée avait proposé de soutenir des candidats non affiliés au FN, mais qui partageraient une partie du programme.

    Que ce soit ou non une proposition de Marion Maréchal, il me semble que c’est le bon sens même : la logique partisane est une logique de secte et il faut en sortir si nous voulons sauver la France de l’impasse où l’idéologie soixante-huitarde l’a en­fermée.

    Récemment, en tout cas, l’élue du Vaucluse a heurté de front la bien-pensance en déclarant qu’elle était « saoûlée » par les « valeurs de la république ». Aussitôt, cris d’orfraies généralisés, à l’intérieur comme à l’extérieur du FN. Le contexte était pourtant parfaitement clair : Marion Maréchal déclarait que la France n’avait pas commencé avec la Répu­blique – ce qui semble difficilement contestable ! et que cette dernière ne pouvait primer sur la première.

    C’est l’évidence même. Tant que la république est un système politique capable de servir la France, elle est légitime ; si elle nuit à la France, il faut en changer. Le vieux royaliste que je suis ne pourra s’empêcher d’ajouter que la république n’a pas souvent servi la France, mais Marion Maréchal n’a pas été jusque-là…

    Quant aux « valeurs de la Républi­que », personne ne sait ce qu’elles sont et, là aussi, la benjamine de l’As­semblée a bien raison de refuser de s’agenouiller devant des idoles aussi nébuleuses.

    Devant la tempête médiatique, loin de s’excuser, elle a ajouté qu’elle était aussi « saoûlée » des médias malhonnêtes.

    Comme tout le monde, j’ignore l’avenir et, en particulier, comment les élections de 2017 vont se présenter. Mais ce qui me semble certain, c’est que, pour la droite tout entière, qu’elle soit encartée à l’ex-UMP, au FN ou nulle part (ce dernier cas étant de loin le plus fréquent), les déclarations de Marion Maréchal-Le Pen sont un signe d’espoir.

    Elles montrent qu’il n’est pas nécessaire de rendre hommage au politiquement correct pour progresser. Paradoxalement, d’ailleurs, les mé­dias sont extrêmement friands de cette élue qui ne leur offre pas l’allégeance requise. Quant aux réactions à ses déclarations, elles montrent que la base est prête à l’alliance programmatique. Cette alliance est extrêmement simple à préparer : fin du socialisme en tout domaine, c’est-à-dire fin du fiscalisme, fin de l’immigration de masse, fin de la culture de l’excuse et de la repentance… Sur ce programme, des élus et, plus encore, des électeurs FN, LR et non inscrits sont d’accord.

    Qu’attend-on ?

  3. Un repris de justice qui fait la leçon à un général de gendarmerie, ça pourrait être rigolo si ça se passait dans un film aux dialogues d’Audiard. Mais ce n’est pas le cas. Je dirais même que la déclaration de Juppé illustre parfaitement l’état d’esprit méprisable de cette caste politique ploutocratique qui se croit tout permis. En tout cas, avec Juppé, on a la confirmation que les cons ça ose tout, c’est même à ça qu’on les reconnait.

    • excellent !

    • Votre commentaire correspond exactement à celui que j’aurais écrit.
      En complément “Ne visez pas plus haut que la mairie de Bordeaux Monsieur Juppé. Vous n’avez pas plus la légitimité après ces propos comme vos regrets ridicules que l’intelligence nécessaires aux circonstances et serez incapable de quoi que ce soit dans la situation qu’il nous faut surmonter. Vos propos pourraient à juste titre être assimilés à ceux d’une parodie d’adjudant trop médiocre aujourd’hui pour intégrer les Armées”. Je ne suis pas militaire, Vous n’aurez pas ma voix. Vous avez à vos dépends, perdu une belle occasion de vous taire et bien entendu, je ne m’abaisserai pas à votre niveau de vocabulaire.

  4. Pingback: Présidentielle : Alain Juppé va-t...

  5. corlet philippe

    Il est bien évident que si Mr Juppe n’explique pas ses propos pour le moins maladroits sur les militaires, il est pour moi officier un jour officier toujours hors de question de voter pour un homme qui a si peu de considération pour les membres de nos forces armées!

    • bravo il fAut au contraire soutenir NOTRE ARMEE QUI EST UN RECOURS ET UN SECOURS bravo aux generaux DESPORTES ET BALMER ils ne sont pas les seuls lire la lettre de l’ASAF NOUS NE VOTERONS PAS NON PLUS POUR UN HOMME QUI NE RESPECTE PAS NOS VALEURS ceux qui vont au casse-pipe pour ceux qui règnent dans les salons et hors combat que pour leur élection la soupe est bonne A BON ENTENDEUR SALUT

  6. Pingback: Présidentielle : Alain Juppé va-t-il se mettre les militaires à dos ?

  7. Les militaires d’actives et retraités ainsi que leur épouses maîtresses et enfants ont très bien reçu votre message Monsieur Juppe. Sourires, vous voyez ce que je veux vous dire ?? … reçu 5 sur 5 comme on dit a l’armée.

  8. A ne pas oublier de lire également à ce sujet l’excellent billet du Général Henri Pinard Legry, président de l’ASAF, consultable ici:

    http://www.asafrance.fr/item/juppe-arrogance-et-autisme-billet-du-general-henri-pinard-legry-president-de-l-asaf-3.html

  9. Sanche de Pommiers

    M. Juppé s’est peut-être mis les militaires à dos mais aussi tous les français qui aiment leur pays et ceux qui ont de la mémoire ! Les excuses n’y changeront rien.

Le sondage du moment

Ressentez-vous la montée de l’insécurité dans la métropole bordelaise ?

Chargement ... Chargement ...

Archives des sondages

Inscription aux alertes