Ecole Saint-Projet : Le journal Sud-Ouest condamné pour diffamation

Publié le 24 octobre 2012 dans Actualités, Presse

Ecole Saint-Projet : Le journal Sud-Ouest condamné pour diffamation

La Cour d’appel de Bordeaux, dans un arrêt du 12 septembre dernier, a confirmé le jugement du tribunal correctionnel de Bordeaux du 24 juin 2011 condamnant le journal Sud Ouest pour diffamation envers l’école Saint Projet et ses enseignants, et à leur verser au titre des dommages et intérêts et autres frais la somme globale de 10.400 euros.

Dans son édition du 14 août 2010, Sud Ouest, qui avait déjà consacré 46 articles à l’affaire des Infiltrés, s’était cru autorisé à écrire , à propos du montage de France 2, que « des propos racistes enseignés par les professeurs et répétés par les élèves scolarisés au collège y ont été enregistrés ». L’article écrit par Laurie Bosdecher est toujours en ligne !

Le simple visionnage du montage de France 2 aurait cependant permis de constater qu’une telle scène ne s’y trouvait pas. Pris la main dans le sac de la désinformation, Sud Ouest n’a pas voulu reconnaître son erreur. Condamné en première instance, le journal avait fait appel. Il a de nouveau perdu.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, , ,

Les réactions sont terminées

  • Etienne
    24 octobre 2012 à 18:20 |

    Il vrai vrai qu’entre Clément Beuselinck-Doussin, Laurie Bosdecher ou encore Yann Saint-Sernin, ce journal regorge de journalistes ayant complètement oublié leur déontologie !

  • Nathalie
    24 octobre 2012 à 19:26 |

    Et pan, prends ça dans le derrière !
    Hé ho !?
    Où ils sont nos donneurs de leçons habituels ? Quel silence, mes zamis.
    C’est la honte qui le fait se cacher sans doute.

  • Nathalie
    25 octobre 2012 à 21:48 |

    Allo ?
    On demande les commentaires des donneurs de leçons habituels qui viennent ici dispenser leur prose pontifiante sur le sujet
    Merci !

    Ou bien on aime mieux sacrifier la vérité à l’idéologie “nauséabonde qui nous rappelle les zeures les plus sombres de notristoire” ?

  • maury
    31 octobre 2012 à 22:11 |

    France 2 devrait aussi payer pour ce reportage qui a salit des innocents par de fausses accusations!!!Sud ouest journal de propagande gauchiste sans honneur devrait faire son méa culpa,mais c’est trop demander à ces journaleux sans envergure!!!!!!!!!!

  • Nathalie
    9 novembre 2012 à 21:44 |

    En 1880, John Swinton, rédacteur en chef du New-York Times, s’indignait au moment de porter un toast à la liberté de la presse, lors d’une réception pour son départ en retraite :

    « Quelle folie que de porter un toast à la Presse indépendante !

    Chacun, ici présent ce soir, sait que la presse indépendante n’existe pas. Vous le savez et je le sais. Il n’y en a pas un parmi vous qui oserait publie
    r ses vraies opinions, et s’il le faisait, vous savez d’avance quelles ne seraient jamais imprimées. Je suis payé 250 $ par semaine pour garder mes vraies opinions en-dehors du journal pour lequel je travaille.

    D’autres parmi vous sont payés le même montant pour un travail similaire. Si j’autorisais la publication d’une bonne opinion dans un simple numéro de mon journal, je perdrais mon emploi en moins de 24 heures, à la façon d’Othello.

    Cet homme suffisamment fou pour publier la bonne opinion serait bientôt à la rue en train de rechercher un nouvel emploi. La fonction de journaliste est de détruire la vérité, de mentir radicalement, de pervertir, d’avilir, de ramper aux pieds de l’élite et de se vendre lui-même, de vendre son pays et sa race pour son pain quotidien ou, ce qui revient au même, son salaire. Vous savez cela et je le sais. Quelle folie donc que de porter un toast à la presse indépendante. Nous sommes les outils et les vassaux d’hommes riches qui commandent derrière la scène. Nous sommes leurs marionnettes ; ils tirent les ficelles et nous dansons. Notre temps, nos talents, nos possibilités et nos vies sont la propriété de ces hommes.

    Nous sommes des prostitués de l’intellect. »

fr_FRFrench
fr_FRFrench