Marik Fetouh, l’adjoint d’Alain Juppé à Bordeaux rejoint Emmanuel Macron

Publié le 9 février 2017 dans Actualités, Politique

Marik Fetouh, l’adjoint d’Alain Juppé à Bordeaux rejoint Emmanuel Macron

C’est un des proches collaborateurs d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux qui va rejoindre l’équipe de l’ancien ministre de François Hollande. Il s’agit de Marik Fetouh, son adjoint « en charge de l’égalité et de la citoyenneté ».

Fondateur du premier centre LGBT (Lesbiennes, gays, bisexuels et Trans) à Bordeaux, ce dernier (au milieu sur la photo), pourrait même rejoindre l’organigramme de campagne du patron d’En Marche !

Il explique aujourd’hui dans un entretien au Figaro, qu’il va apporter son « expertise sur la laïcité, la lutte contre les discriminations et la lutte contre la radicalisation ». Selon cet activiste, Alain Juppé  « comprend parfaitement » sa décision. Il faut dire que depuis plusieurs semaines, de nombreux juppéistes ne cachent pas se sentir plus proches d’Emmanuel Macron que de François Fillon.

Si la nomination dans l’équipe de campagne se confirme, il est clair que le projet d’Emmanuel Macron sera très libéral sur les questions sociétales, à l’image des différentes actions (cf quinzaine de l’égalité) mises en place dans le fief d’Alain Juppé.

Marik Fetouh ne fait pas mystère de de sa volonté de continuer à promouvoir les minorités. Il en profite d’ailleurs pour attaquer François Fillon sur un registre inattendu :« Je ne pense pas que la France est un pays catholique et de race blanche. La culture française est diverse » déclare-t-il en le « martelant » dans le même entretien au Figaro. Pourtant, le candidat des Républicains n’a jamais soutenu une telle affirmation, se contenant de dire que « la France n’est pas un pays multiculturel ».

Sera-t-il le seul élu bordelais à rejoindre le favori des médias ? Réponse dans les jours à venir.

Addendum 10/02/2017 à 13h34 : Sur son blog, Marik Fetouh donne les raisons de son parcours (soutien d’Alain Juppé à la primaire puis d’Emmanuel Macron à la présidentielle). Il explique notamment que l’ancien ministre socialiste est « sur les questions sociétales dans la droite lignée d’Alain Juppé« .

Crédit photo Le Figaro

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2017, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :, ,

Les réactions sont terminées

  • COLOCOCO2
    9 février 2017 à 23:20 |

    Aucune surprise………Les phoques rejoignent les phoques ..

  • Jeanne
    9 février 2017 à 23:25 |

    Quelle buse ! Il confond religion, culture et race. Tout à revoir pour ce pauvre homme !

  • Zuba
    9 février 2017 à 23:29 |

    Une homme de gauche, adjoint d’un maire de gauche rejoint un homme de gauche. Quoi de plus normal ?

  • Freyssinel
    10 février 2017 à 15:37 |

    Je suis outrée de cette réaction? Cet homme a probablement un compte à régler avec son histoire. La France est un pays de race blanche qu’il le veuille ou non, c’est un fait et non une appréciation. Elle est devenue multiculturelle et en même temps reste très enracinée dans sa culture de terroir, de traditions, de catholicisme. C’est encore une fois « factuel »
    Dommage s’il se sente blessé

  • François
    10 février 2017 à 18:06 |

    Ce qui est terrifiant, c’est qu’en quelques années, il a été balayé en occident des décennies de travail pour oublier la notion de « race », un non sens sur le plan de l’espèce et genre humain. On parlait d’origine géographique ou de couleur de peau pour être cohérent avec la science.
    Revenir à cette notion dans la bouche des politiques, c’est se préparer à un avenir très sombre.
    La dernière guerre sous entendait la différence des « races »; on pourrait leur donner le crédit « qu’ils ne savaient pas », mais d’aujourd’hui, il faut l’instrumentaliser pour lui donner du relief !

  • […] Marik Fetouh, adjoint d’Alain Juppé à la mairie de Bordeaux, « chargé de l’égalité et de la citoyenneté », va rejoindre l’équipe de l’ancien ministre de François Hollande. […]

  • europhile
    12 février 2017 à 14:40 |

    il est évident qu’un « grand centre » ayant confiance en l’avenir de l’UE est en train de se constituer (enfin ?) de Juppé à Macron en passant par Bayrou.