Actualités, Faits divers

Bordeaux : Des hongrois accusés du vol de centaines de cartes des XVème et XVIème siècles

Plus d’une centaine de cartes géographiques des XVe et XVIe siècles, de très grande valeur, avaient été découvertes lors d’un contrôle douanier en Hongrie.

Ils sont sept, six hommes et une femme, sur le banc des accusés du tribunal correctionnel de Bordeaux. Devant la première chambre de la juridiction interrégionale spécialisée (JIRS), ces prévenus, tous hongrois, vont répondre de « participation à une association de malfaiteurs en vue de la préparation du délit de vol aggravé ».

Selon le journal Le Parisien, la justice leur reproche de faire partie d’un vaste réseau spécialisé dans le trafic de cartes géographiques anciennes, datant des XVe et XVIe siècles. Le préjudice est de plus de 3 millions d’euros.

Les faits se sont produits entre 2011 et 2013 à Toulouse (Haute-Garonne), Nantes (Loire-Atlantique), Nancy (Meurthe-et-Moselle), Narbonne (Aude), Coutances (Manche), Besançon (Doubs), et Dijon (Côte-d’Or).

Cette affaire, rare par son ampleur selon un magistrat bordelais, commence lors d’un simple contrôle routier effectué en Hongrie par les douaniers locaux. Dans une voiture, ils découvrent cent dix cartes géographiques anciennes françaises. Aucun des quatre passagers n’est capable de justifier de leur provenance.

Un détail alerte les douaniers. Sur certaines cartes figure en effet une trace encore visible d’un tampon de la bibliothèque de Toulouse. Les autorités françaises sont informées et alertent l’Office central de lutte contre le trafic de biens culturels de la direction centrale de la police judiciaire. Le parquet de Toulouse ouvre alors une enquête préliminaire et les policiers spécialisés vont se livrer à une véritable chasse au trésor.

La JIRS de Bordeaux sera saisie de l’affaire à la fin de l’année 2012. Les investigations confirment vite que les cent dix cartes trouvées en Hongrie ont bien été dérobées dans la bibliothèque de la Ville rose.

« Le mode opératoire dénote l’audace des malfaiteurs, tout en interrogeant sur la surveillance de ces documents rares. Les voleurs se sont présentés à l’accueil de la bibliothèque de Toulouse munis de faux papiers et de fausses cartes de membre. Ils demandent alors à consulter les cartes anciennes avant de les découper au cutter et de s’en aller avec. Les bibliothèques de Coutances, Nancy, Nantes ont également été victimes de ces trafiquants.

Quelque temps plus tard, près de trois cents documents sont volés à Narbonne. Les établissements de Besançon et de Dijon seront également touchés. Mais le filet se resserre. Grâce aux identités relevées par les douaniers hongrois lors du contrôle routier, les policiers français identifient sept suspects et mettent en place un dispositif de surveillance. En juin 2013, trois personnes sont interpellées en France, où elles résident, les quatre autres simultanément en Hongrie. Certains d’entre eux avaient déjà eu affaire à la justice française.

Plusieurs suspects passent aux aveux et avouent faire partie d’un réseau écumant certains pays européens. Selon leurs avocats, ils agissaient sur commande et n’avaient pas conscience de la valeur des documents dérobés. Il reste à savoir pour qui ils opéraient et à qui était destiné ce butin. Selon un policier bordelais, la piste d’antiquaires et de collectionneurs anglais et américains est privilégiée. Mais l’enquête n’a pas pu le prouver à ce jour ».

Le procès débute aujourd’hui devant le tribunal correctionnel de Bordeaux. Il devrait durer 4 jours.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2021, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr].

Les réactions sont fermées.

Le sondage du moment

Ressentez-vous la montée de l’insécurité dans la métropole bordelaise ?

Chargement ... Chargement ...

Archives des sondages

Inscription aux alertes