Actualités, Politique, Spécial "mariage" homosexuel

Un ancien Frère musulman dénonce le double discours de l’imam Tareq Oubrou !

Ancien membre du mouvement marocain Attawihid wal’lslah, du PJD et de l’UOIF, ex-président des Etudiants musulmans de France (Lille), l’ingénieur Mohamed Louizi se bat désormais contre l’islam politique. Son expertise et sa connaissance des milieux islamistes en font une voix écoutée, notamment par les militants laïcs.

Dans une tribune libre publiée par le journal Marianne, intitulée « Il faut défendre Mohamed Louizi, victime de djihad judiciaire », un grand nombre d’intellectuels appelaient à soutenir « un homme d’honneur et un lanceur d’alerte respecté », cible de la puissante confrérie des frères musulmans.

Pour l’auteur de Pourquoi j’ai quitté les Frères musulmans (Michalon), l’islamisme s’est immiscé dans la vie de nombre des musulmans français avec notamment la présence de mosquées, mais aussi grâce au travail de terrain – méthodique et méticuleux – d’organisations qui savent combien le discours victimaire peut constituer un outil puissant de contrôle social.

Dans une interview au journal le Point, Mohamed Louizi (photo) décryptait la stratégie des frères musulmans « Ils avancent, et nous derrière eux, sur deux jambes : l’entrisme par la Taqiyya, la dissimulation, et la galvanisation des troupes par la Madhlomiyya, la victimisation. Un œil de loup rivé sur le Tamkine, la domination, et un œil de crocodile versant de fausses larmes pour culpabiliser la République et lui arracher de nouveaux renoncements ».

Son dernier article intitulé « Tareq Oubrou, une colombe qui couve des vautours ? » est une étude très fouillée sur l’imam de Bordeaux et ses connexions actives avec la mouvance des frères musulmans.

Celui qui rêve d’accéder au poste de « grand imam de France » est bien connu de nos lecteurs pour son double discours et sa proximité avec l’ancien maire de Bordeaux, Alain Juppé.

« Il est toujours «imam» à Bordeaux, salarié d’une mosquée contrôlée par les Frères musulmans de l’association FMG (Fédération des musulmans de Gironde). Il semble être toujours associé au CAPRI (Centre d’Action et de Prévention contre la Radicalisation des Individus) créé par ses Frères musulmans à Bordeaux avec le soutien d’Alain Juppé et de l’ex-ministre socialiste de la ville, Patrick Kanner. Ce CAPRI est subventionné par les deniers publics. Son président est le frère musulman syrien Marwan al-Bakhour qui occupe le poste de délégué régional de «Musulmans de France» (ex-UOIF) en Aquitaine, Limousin et Poitou Charentes. Ce CAPRI prétend lutter contre la radicalisation islamiste et ce n’est pas une blague ! Preuve, s’il en faut une, que cette espèce redoutable de l’homo islamicus gagne en même temps sur les deux tableaux, en se positionnant en aval sur le business de la «déradicalisation» après avoir été, des années durant, en amont et à l’origine de la radicalisation islamiste. Une commission d’enquête parlementaire et/ou sénatoriale serait le bienvenu pour connaître les raisons de financement par les deniers publics de ce projet frériste.

(…) Qui peut croire, un seul instant, que le fonctionnement sectaire de cette organisation islamiste puisse tolérer que l’on quitte la mouvance et que l’on conserve ses fonctions et surtout son salaire ? La ficelle est grosse. Quand on quitte les Frères musulmans, vraiment, définitivement, ici ou ailleurs, on a intérêt à regarder derrière soi en marchant dans la rue. Tareq Oubrou est toujours administrateur au sein du conseil d’administration de l’organisation frériste Secours Islamique. Sa femme, la sœur du Frère musulman Hassan Iquioussen, y occupe toujours le poste de deuxième vice-président… Comment prétendre que Tareq Oubrou ait rompu avec les Frères musulmans ? ».

En 2017, avec Fouad Alaoui (un des responsables de l’UOIF), Tareq Oubrou fondait l’association Forum de Paris de la pensée critique. Dans son organigramme ne figurent que des Frères musulmans dont un dépourvu de nationalité qui réside en Autriche. Il est toujours à l’heure actuelle vice-président de l’association et participe encore aux conférences.

« En somme, Tareq Oubrou est toujours très actif dans plusieurs structures fréristes : FMG, FPPC, Secours Islamique, CAPRI, en plus de l’AMIF (Association musulmane pour l’islam de France) qu’il copréside avec le banquier Hakim el-Karoui et qui, dès sa création, a réservé une place de choix à de nombreux Frères musulmans notoires ».

Mohamed Louizi invite enfin à lire l’ouvrage de Tareq Oubrou sorti en 2019 « Appel à la réconciliation» : «  Tareq Oubrou y explique que le mensonge peut devenir «moral» voire «obligatoire» s’il «permet la réconciliation». Il y prêche le recours à la ruse : « Une ruse qui permet d’éviter l’effusion de sang ou de fléchir l’ennemi sans combat.» Il donne le conseil de se comporter tel «l’animal quand il pénètre un milieu qu’il ne connait pas très bien encore, minimise ses mouvements et réduit prudemment sa visibilité afin de ne pas perturber l’équilibre écologique de son nouvel environnement, perturbation dont il serait le premier à subir les conséquences ».

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2021, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr].

Les réactions sont fermées.

Le sondage du moment

Ressentez-vous la montée de l’insécurité dans la métropole bordelaise ?

Chargement ... Chargement ...

Archives des sondages

Inscription aux alertes