Actualités, Politique

Comité Action Palestine et mosquée de Pessac : Le Conseil d’État annule les fermetures

Alors que les pouvoirs publics souhaitaient fermer la mosquée de Pessac et dissoudre le Comité action Palestine, le Conseil d’État a donné raison à ces deux organisations radicales.

La plus haute juridiction administrative a décidé le vendredi 29 avril d’annuler la dissolution de l’association bordelaise « Comité action Palestine ». Le Conseil d’État juge que si l’association bordelaise a exprimé « des opinions tranchées et parfois virulentes sur la situation au Proche-Orient et sur le conflit israélo-palestinien », celles-ci ne peuvent être « regardées comme provoquant à la discrimination ».

Le ministre de l’intérieur lui reprochait de « relayer les communiqués » et de « rendre compte de l’activité d’organisations terroristes palestiniennes, notamment le Hamas, le Mouvement du Jihad islamique en Palestine et le Hezbollah ». Il dénonçait sa charte qui stipule « son soutien à toutes les organisations en lutte contre Israël, y compris quand elles font usage de la violence ou de méthodes terroristes ».

Concernant la mosquée de Pessac, le Conseil d’État a rejeté, mardi 26 avril, le recours du ministère de l’intérieur qui demandait la fermeture temporaire de la mosquée Al-Farouk. Pour l’institution, “la préfète de la Gironde a pris une mesure de police qui porte une atteinte grave et manifestement illégale à la liberté de culte”.

Dans son arrêté, la préfecture faisait valoir que l’association « Rassemblement des musulmans de Pessac » et son président (Abdourahmane Ridouane), diffusaient sur internet et les réseaux sociaux des messages et relayaient des écrits de tiers « incitant à la violence, à la haine ou à la discrimination », encourageant «à la commission d’actes de terrorisme» ou «faisant l’apologie de tels actes».

Longtemps actif dans l’UOIF, le nigérien Abdourahmane Ridouane est un admirateur des frères Ramadan et de nombreux islamistes. Pour ce dernier, les musulmans sont victimes de la France et de son gouvernement : « Partout dans les territoires de la République, les musulmans sont confrontés à une véritable obstruction de leur droit à pratiquer leur religion à travers les obstacles qu’ils rencontrent pour pouvoir procéder au sacrifice du mouton ». Sur internet, Abdourahmane Ridouane critique violemment les réformateurs (comme Tahar Ben Jelloun) « Nous devons récuser ses imposteurs en dévoilant publiquement leur double jeu qui consiste à se considérer comme musulmans, et en complotant en même temps contre l’islam dont ils réclament la réforme par procuration de la pensée de leurs maîtres en la matière, les Bernard Henri Levy, Alain Finkielkraut et consorts ».

Les services de l’État surveillent depuis plusieurs années ce lieu de culte, perquisitionné en octobre 2020 par les forces de l’ordre.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2021, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [www.infos-bordeaux.fr].

Les réactions sont fermées.

Le sondage du moment

Ressentez-vous la montée de l’insécurité dans la métropole bordelaise ?

Chargement ... Chargement ...

Archives des sondages

Inscription aux alertes