Lormont : Les habitants prennent en main leur sécurité

Publié le 2 juillet 2014 dans Actualités, Faits divers, Politique

Lormont : Les habitants prennent en main leur sécurité

Commune de 20 000 habitants située dans la banlieue de Bordeaux, la ville de Lormont est la première de l’agglomération à mettre en œuvre un « protocole de sécurité participative citoyenne » qui voit des habitants prendre en main la sécurité de leur quartier.

Dans un communiqué de presse, le maire Jean Touzeau donne des explications sur ce projet : « La Ville, l’État et l’autorité judiciaire signent le 1er protocole de sécurité participative citoyenne de Lormont avec Jean-Paul Folletti et Stéphanie Micouleau, habitants référents volontaires représentant la zone Impasse des Potiers (…) Ce partenariat prévoit notamment de renforcer l’action de proximité en systématisant la relation entre les autorités et la population, de positionner le citoyen volontaire comme l’intermédiaire entre la population et les autorités et de nommer des agents référents de la Police Nationale ».

Pour le maire socialiste, « cela doit permettre de faire reculer le sentiment d’insécurité », sentiment tout à fait relatif puisque le Front national a terminé en tête aux dernières élections européennes dans cette commune où le nombre d’immigrés est largement supérieur à la moyenne départementale.

bernard-rivailléBernard Rivaillé (photo), adjoint délégué au Développement social des quartiers à la mairie de Lormont veut également devancer une éventuelle polémique. « Il ne s’agit pas du tout de mettre des espions dans le quartier qui patrouilleraient avec casquette et tee-shirt, comme on l’a vu dans d’autres villes », en référence aux militants de Génération Identitaire qui organisent fréquemment des rondes de sécurité dans les transports en commun de plusieurs villes en France.

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2019, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [http://infos-bordeaux.fr/].

A lire également :

Tags :,

Les réactions sont terminées

  • louise michel
    2 juillet 2014 à 10:59 |

    bonjour
    Pauvre france , obligée de se sécuriser elle même face a une immigration non choisie et plus que subie.. l’Etat aux abonnés absents, des policiers et gendarmes bâillonnés, muselés, et qui voit toujours les mêmes revenir encore et encore… et des maires complices, leche babouches, qui préfèrent ouvrir des mosquées a chaque coin de rie, donner des medailles a des islamistes .. combien de merah inconnus ? quand allons nous avoir la réponse a nos souhaits : vivre en paix, sans craindre des feux de voitures ou des tirs de mortiers pour un match, quand allons interdire le culte musulman sur notre terre, car incapable de se conduire en gens civilisés, s’intégrer, venant chez nous uniquement pour les aides sociales car tellement incultes qu’ils abandonnent leurs pays pour les laisser aux islamiques radicaux.; aucune fierté patriotique ne les habitent.

  • Grégoire P.
    4 juillet 2014 à 12:19 |

    Je m’associe totalement au commentaire de Louise Michel.

  • […] Infos Bordeaux relaie une initiative du maire (PS) de Lormont, commune de 20 000 habitants de la banlieue de Bordeaux, qui s’apprête à mettre en oeuvre […]

  • Celtibère
    9 juillet 2014 à 09:25 |

    Voir, par curiosité, la composition de l’équipe de football de Lormont.

  • Folletti Jean Paul
    19 juillet 2014 à 14:55 |

    Pour éclairer vos lanternes…
    La démarche dans laquelle je me suis engagé,ainsi qu’une de mes très proches voisines, avec l’aide de la commune de Lormont, ne s’inscrit nullement dans une démarche « anti quoi que ce soit »… Nous ne sommes pas là pour suppléer les forces de l’ordre (Municipales ou Nationales) mais simplement pour que, notre quartier, par le biais de ses habitants, fasse en sorte que rien de « désagréable » ne se produise chez nous…Nous faisons ce que tout un chacun fait lorsqu’il s’absente…Nous « prévenons » et le cas échéant, nous informons. En fait, nous faisons de la communication et c’est le « fer de lance » de notre organisation « communiquer ». Nous n’avons rien contre telle ou telle religion, race, origine…Nous souhaitons simplement que, ensemble, nous puissions compter les uns sur les autres. Notre communauté de quartier a eu la chance d’être, en cela, soutenue par les autorités publiques (toute tendance politique exclue) et nous les en remercions vivement.
    JPF.