Actualités, Economie

Bordeaux : La colère des automobilistes

La « belle endormie » a bien du mal à se réveiller. Chaque matin, prendre sa voiture pour se rendre à son travail est devenu un véritable parcours du combattant.

Pour la troisième fois consécutive en moins de deux ans, les quais se retrouvent immobilisés pour des travaux en face du miroir d’eau.

Françoise habite à Camblanes et travaille pas loin des Chartrons. Au volant de sa Twingo, elle ne décolère pas et reste perplexe sur l’état de la circulation dans Bordeaux.

Pierre, lui, est plus pragmatique et s’interroge sur le coût de ces travaux : « Il y a à peine 8 mois, des travaux ont eu lieu au même endroit ! Qui paye ? Qui est le responsable de ces nouveaux travaux ? y’en a marre ! »

Les rares commerçants du cours d’Albret, transformé en voie unique depuis la fin de l’été, restent eux aussi dubitatifs. « C’est amusant de voir comment une mairie dite de droite mène une politique d’urbanisme proche de celle de Delanoë ! » s’amuse un des commerçants souhaitant rester anonyme.

Mais la goutte d’eau qui pourrait faire déborder le vase reste les contraventions de stationnement. En passant à 17 euros, le budget des ménages risque de se trouver rapidement altéré pour ceux qui voudraient encore jouer.

Sur un échantillon de dix automobilistes interrogés, tous acceptent la nécessité de payer un temps de stationnement à l’horodateur mais la majorité ne comprennent pas que des agents de la voie publique ne soient affectés qu’à ce « racket » à l’heure où les incivilités et autres agressions se multiplient.

Voilà un débat qui devrait être relancé par un Collectif d’Automobilistes en colère à naître dans les prochains jours. De quoi secouer la « Belle qui s’endort »…  et c’est tant mieux !

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2021, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [www.infos-bordeaux.fr].

8 réactions

  1. Le collectif d’automobiliste, j’y adhèrerai à coup sûr ! Mais avec pour objectifs essentiels de demander la démission du responsable de ce merdier, et en commençant d’abord par l’identifier ! Pendons-le virtuellement en place publique !

    • Les responsables de cette paralysie urbaine sont:

      Sur la première marche du podium:
      Gérard Chausset. Son incompétence et sa méconnaissance totale en matière de transport en commun et de circulation urbaine font de lui le Winner de cette décennie.

      Sur la deuxième marche du podium.

      Notre cher maire de Bordeaux, Alain Juppé, qui pour dorloter son égo, nous a imposé son tramway, au lieu du métro tant voulu par Chaban-Delmas. Dommage, car on sait qu’un tramway à ses limites, on est d’ailleurs déjà en plein dedans!

      Sur la 3ème marche:
      Les associations de riverains qui ont fait capoter le projet du métro.

      • Pas sûr que le métro ne soit possible dans les sous-sols marécageux de Bordeaux.

        Ou bien si c’est possible, le coût de sa construction s’avérerait beaucoup trop élevé.

        • La technologie nous permet d’aller sur la lune, alors pourquoi pas de creuser dans le sol bordelais.

          PS: N’y a t-il pas des parkings souterrains à Bordeaux centre?

          • Lézard plastique

            Pourvu qu’il n’y ait jamais de métro à Bordeaux. Jamais. Les métros sont la version moderne de la cour des miracles, on y est bousculé, sollicité, détroussé, sur ses gardes, serré, tassé, ça pue.
            Vive le tram à l’air libre et passant devant toutes les merveilles de Bordeaux.

  2. Et est-ce que vous êtes venus faire un tour à Bègles pour voir dans quelle galère se trouvent les riverains chaque jour ?
    Le matin vous parter pas une route, et le soir, elle est fermée pour les travaux.
    Il y a toute une complication de tours et de détours pour se frayer un chemin, chaque jour avec de nouveaux embarras – quand un câble électrique n’est pas coupé par accident privant les résidents d’électricité, ou bien une canalisation d’eau abimée rendant l’eau marron au robinet après réparation.

  3. Le collectif d’automobiliste,
    j’y adhèrerai dès qu’ on nommera des délinquants routiers à 56km/h ou 3bières au lieu de 2 des “sans permis”

  4. La technologie nous permet d’aller sur la lune, alors pourquoi pas de creuser dans le sol bordelais.

    PS: N’y a t-il pas des parkings souterrains à Bordeaux centre?

Le sondage du moment

Ressentez-vous la montée de l’insécurité dans la métropole bordelaise ?

Chargement ... Chargement ...

Archives des sondages

Inscription aux alertes