Actualités, Politique

Projet d’école musulmane : La polémique enfle

Nous vous l’avions révélé en exclusivité il y a quelques jours, un projet d’école musulmane est en train de voir le jour à Bordeaux. Sous l’égide de l’association « le Palmier des Savoirs », une école maternelle musulmane devrait ouvrir, avec comme but à plus long terme, l’ouverture d’un collège et d’un lycée. L’association a d’ailleurs été déclarée à la préfecture de Gironde le 28 juin dernier.

Depuis l’information a été reprise par de nombreux forums et sites internet, et nos confrères de Novopress ont mené l’enquête. Dans un article intitulé « Des fonctionnaires de l’Education nationale pour encadrer la future école musulmane de Bordeaux », on y apprend que, selon Abderrahim Guantaoui, secrétaire de l’association « le Palmier des Savoirs », une quinzaine d’enfants seraient déjà préinscrits. « Nous avons la promesse des mosquées de Bordeaux et des alentours, ainsi que de nombreuses familles musulmanes quant au financement de ce projet. Nous souhaitons rester indépendants et nous ne pensons pas, dans un premier temps, faire appel à la municipalité de Bordeaux. Toutefois, à terme, nous voulons que nos établissements privés soient sous contrat ».

On y apprend également que les deux promoteurs de ce projet (Mr Guantaoui et Mr Nouri), sont des « conseillers principaux d’éducation attachés au rectorat de l’Académie de Bordeaux et attendent pour l’instant leurs affectations pour la rentrée prochaine » ! « Pour l’emplacement de la future école, l’idéal serait à Bordeaux centre », ajoute Abderrahim Guantaoui. « A défaut, le quartier du Grand Parc conviendrait très bien, puisque nous serions ainsi à proximité immédiate d’une population concernée » !

Sur internet, la controverse commence à poindre. Pour le Bloc identitaire, « La mairie de Bordeaux, le rectorat, le Conseil Général doivent désormais établir clairement leur position quant à ce sujet ». Nul doute que ce projet risque de faire parler de lui. Nous vous tiendrons au courant…

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2021, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [www.infos-bordeaux.fr].

9 réactions

  1. Parions qu’aucun “infiltré” ne s’y risquera, dans cette école-là ! Et pas la peine de dire pourquoi…

  2. une école coranique n’es pas une école privée comm une autre ; les études tournent autour du coran et de la haine des infidèles qu’on se le dise une bonne foi !

  3. une école …n’est pas une école …comme ..

  4. Voilà une idée qu’elle est bonne! Une école musulmane… histoire de favoriser le communautarisme avec toutes les dérives que cela comporte. Et vivement un Quick Allal où pourront se restaurer nos petites têtes brunes recouvertes de leur tchador… et une piscine réservée à la communauté musulmane, partagée en deux: un bassin pour les femmes autorisées par leur mari à se baigner (habillée of course!), un bassin pour les hommes! Vive l’intégration “à la française”! What else?

  5. Sachez que les discriminations faites aux musulmans tous les jours font que oui on préfère rester entre nous, et cela favorise le communautarisme.Quand on voit des mères de famille qui parcequ’elles portent un foulard ne peuvent pas accompagner leurs enfants lors de sorties scolaires, il ne faut pas s’étonner qu’on veuille rester entre nous. Dans cette France dite laïque où on tolère très bien les juifs et les chrétiens, les musulmans sont toujours stigmatisés, alors que vous ne nous connaissez pas. En tout cas la France c’est aussi chez nous, et vous pourrez voter toutes les lois que vous voulez, on gardera la tête haute face à toutes ces attaques, et nos valeurs triompheront.

    • Toujours cette stratégie victimaire ! Mais, chère madame, sachez que nous, de notre coté, nous ne nous plierons pas à vos façons de vivre et vous ne nous imposerez rien du tout, que ce soit en manière de goût et coutumes culinaires, ou bien vestimentaires, ou autre.

  6. Mais de quelle stratégie victimaire parlez vous? Nous on ne demande qu’à vivre comme n’importe quel français, mais si selon vous être français c’est boire de l’alcool, sortir à moitié nu, et apprendre à nos enfants qu’on descend du singe, et bien là c’est sur on n’a pas du tout envi d’être français. Le problème c’est que vous n’êtes pas tolérant; quand je vois des femmes peu vêtues pour ne pas dire quasiment nues, je ne les insulte pas parceque je respecte leur façon de vivre même si je suis en total désaccord avec leur façon de voir les choses, alors pourquoi acceptez qu’on nous insulte parcequ’on s’habille décemment? On peut avoir des choix de vies différents, tout en se respectant. Le respect et la tolérance voilà des valeurs que la France est en train de perdre et je le regrette.

    • Non madame, je suis tout simplement catholique, chrétienne. Et je me permets d’écrire ici, que je me situe en désaccord avec vos “valeurs”, vos croyances, vos façons de faire et de traiter les autres, et que je réprouve vos coutumes, vos croyances auxquelles je n’ai nulle envie d’adhérer, surtout en matière matrimoniales – ex : “mariages” avec de jeunes enfants, mariages consanguins ( cousin-cousine), le droit pénal qui va avec votre “religion” et bien d’autres choses, si vous souhaitez que je vous cite d’autres exemples qui ne sont pas du tout croustillants, mais tout à fait contraire à nos valeurs chrétiennes et morales, et de ce fait contraire à la dignité humaine, aussi bien celle de la femme que celle de l’homme, je suis à votre disposition.
      Avant que vous poussiez des cris d’orfraies, veuillez noter que ceci n’a rien à voir avec une nationalité, ni une typologie physiologique. Il existe des chrétiens dans le monde entier, de toutes conditions sociales et de toutes les couleurs… Même si dans certains pays, à dominante musulmane, on cherche délibérément à les éradiquer.
      Vous parlez de respect ? Nous en parlerons aux chrétiens d’Egypte, ou bien d’Irack par exemple. Vous parlez de l’Islam ? Vous voulez nous faire gober que c’est une religion de paix de tolérance et d’amour , et moi, je vous réponds : Où sont vos preuves ?

      « Les Juifs disent : “Uzayr est fils d’Allah” et les Chrétiens disent : “Le Christ est fils d’Allah”. Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu’Allah les anéantisse ! Comment s’écartent-ils (de la vérité) ? Ils ont pris leurs rabbins et leurs moines, ainsi que le Christ fils de Marie, comme Seigneurs en dehors d’Allah, alors qu’on ne leur a commandé que d’adorer un Dieu unique. Pas de divinité à part Lui ! Gloire à Lui ! Il est au-dessus de ce qu’ils [Lui] associent » [sourate At-Tawba :30-31]

      Allez, bonne takia….

  7. Merci Poupinette ce que vous dites est ce que nous ressentons mais patience voilà ce qu’un ex muzz nous dit sur POSTE DE VEILLE Canada:

    Un universitaire égyptien prédit l’effondrement du monde musulman

    Hélios d’Alexandrie a traduit de l’arabe cet article paru le 1er décembre 2010 dans le journal Al Marsd au sujet d’un livre du politologue allemand d’origine égyptienne, Abdel-Samad.

    Abdel-Samad avait prédit, avant le déclenchement des révolutions arabes, l’effondrement du monde musulman sous le poids d’un islam incapable de prendre le virage de la modernité, et l’immigration massive vers l’Occident qui s’en suivrait.

    L’Occident a intérêt à soutenir les forces laïques et démocratiques dans le monde musulman. Et chez nous, il faut encourager la critique de l’islam au lieu de la réprimer sous prétexte de discours de haine. En apaisant les islamistes et en accommodant leurs demandes obscurantistes dans nos institutions, on ne fait que retarder un processus qui serait salutaire pour les musulmans eux-mêmes, et pour l’humanité. On se comporte comme l’orchestre du Titanic…

    Titanic-music
    Lire aussi :

    Allemagne : Le politologue Abdel-Samad sur le déclin inévitable du monde musulman

    Félicitations aux islamistes !, par Abdallah Abou Sharkh

    _______________________

    Hamed Abd el Samad [photo], chercheur et professeur d’université résidant en Allemagne, a publié en décembre 2010 un ouvrage qu’il a intitulé «la chute du monde islamique». Dans son livre il pose un diagnostic sans concessions sur l’ampleur de la catastrophe qui frappera le monde islamique au cours des trente prochaines années.

    Abdel-samad-3 L’auteur s’attend à ce que cet évènement coïncide avec le tarissement prévisible des puits de pétrole au Moyen-Orient. La désertification progressive contribuerait également au marasme économique tandis qu’on assistera à une exacerbation des nombreux conflits ethniques, religieux et économiques qui ont actuellement cours. Ces désordres s’accompagneront de mouvements massifs de population avec une recrudescence des mouvements migratoires vers l’Occident, particulièrement en direction de l’Europe.

    Fort de sa connaissance de la réalité du monde islamique, le professeur Abd el Samad en est venu à cette vision pessimiste. L’arriération intellectuelle, l’immobilisme économique et social, le blocage sur les plans religieux et politiques sont d’après lui les causes principales de la catastrophe appréhendée. Ses origines remontent à un millénaire et elle est en lien avec l’incapacité de l’islam d’offrir des réponses nouvelles ou créatives pour le bénéfice de l’humanité en général et pour ses adeptes en particulier.

    À moins d’un miracle ou d’un changement de cap aussi radical que salutaire, Abd el Samad croit que l’effondrement du monde islamique connaîtra son point culminant durant les deux prochaines décennies. L’auteur égyptien a relevé plusieurs éléments lui permettant d’émettre un tel pronostic :

    Absence de structures économiques assurant un réel développement
    Absence d’un système éducatif efficace
    Limitation sévère de la créativité intellectuelle

    Ces déficiences ont fragilisé à l’extrême l’édifice du monde islamique, le prédisposant par conséquent à l’effondrement. Le processus de désintégration comme on l’a vu plus haut a débuté depuis longtemps et on serait rendu actuellement à la phase terminale.

    L’auteur ne ménage pas ses critiques à l’égard des musulmans : «Ils ne cessent de se vanter d’avoir transmis la civilisation grecque et romaine aux Occidentaux, mais s’ils étaient vraiment porteurs de cette civilisation pourquoi ne l’ont-ils pas préservée, valorisée et enrichie afin d’en tirer le meilleur profit ?» Et il pousse le questionnement d’un cran : «Pourquoi les diverses cultures contemporaines se fécondent mutuellement et s’épanouissent tout en se faisant concurrence, alors que la culture islamique demeure pétrifiée et hermétiquement fermée à la culture occidentale qu’elle qualifie et accuse d’être infidèle?» Et il ajoute : «le caractère infidèle de la civilisation occidentale n’empêche pas les musulmans de jouir de ses réalisations et de ses produits, particulièrement dans les domaines scientifiques, technologiques et médicaux. Ils en jouissent sans réaliser qu’ils ont raté le train de la modernité lequel est opéré et conduit par les infidèles sans contribution aucune des musulmans, au point que ces derniers sont devenus un poids mort pour l’Occident et pour l’humanité entière.»

    L’auteur constate l’impossibilité de réformer l’islam tant que la critique du coran, de ses concepts, de ses principes et de son enseignement demeure taboue ; cet état de fait empêche tout progrès, stérilise la pensée et paralyse toute initiative. S’attaquant indirectement au coran. l’auteur se demande quels changements profonds peut-on s’attendre de la part de populations qui sacralisent des textes figés et stériles et qui continuent de croire qu’ils sont valables pour tous les temps et tous les lieux. Ce blocage n’empêche pas les leaders religieux de répéter avec vantardise et arrogance que les musulmans sont le meilleur de l’humanité, que les non-musulmans sont méprisables et ne méritent pas de vivre ! L’ampleur de la schizophrénie qui affecte l’oumma islamique est remarquable.

    L’auteur s’interroge : «comment l’élite éclairée dans le monde islamique et arabe saura-t-elle affronter cette réalité ? Malgré le pessimisme qui sévit parmi les penseurs musulmans libéraux, ceux-ci conservent une lueur d’espoir qui les autorise à réclamer qu’une autocritique se fasse dans un premier temps avec franchise, loin du mensonge, de l’hypocrisie, de la dissimulation et de l’orgueil mal placé. Cet effort doit être accompagné de la volonté de se réconcilier avec les autres en reconnaissant et respectant leur supériorité sur le plan civilisationnel et leurs contributions sur les plans scientifiques et technologiques. Le monde islamique doit prendre conscience de sa faiblesse et doit rechercher les causes de son arriération, de son échec et de sa misère en toute franchise afin de trouver un remède à ses maux.

    Le professeur Abd el Samad ne perçoit aucune solution magique à la situation de l’oumma islamique tant que celle-ci restera attachée à la charia qui asservit, stérilise les esprits, divise le monde entre croyants musulmans et infidèles non-musulmans ; entre dar el islam et dar el harb (les pays islamiques et les pays à conquérir). L’auteur croit qu’il est impossible pour l’oumma islamique de progresser et d’innover avant qu’elle ne se libère de ses démons, de ses complexes, de ses interdits et avant qu’elle ne transforme l’islam en religion purement spirituelle invitant ses adeptes à une relation personnelle avec le créateur sans interférence de la part de quiconque fusse un prophète, un individu, une institution ou une mafia religieuse dans sa pratique de la religion ou dans sa vie quotidienne.

    Source : ????? ????? ???? ????? ????? ?????? ???????? ???? 30 ???, Al-Masrd, 1 décembre 2010. Traduction de l’arabe par Hélios d’Alexandrie pour Poste de veille

    Rédigé le 28/07/2011 dans Chronique d’Hélios d’Alexandrie | Lien permanent

Le sondage du moment

Ressentez-vous la montée de l’insécurité dans la métropole bordelaise ?

Chargement ... Chargement ...

Archives des sondages

Inscription aux alertes