Actualités, Politique

L’élu régional socialiste, Naïma Charaï, nommé à la tête de l’Acsé

Suite à la proposition de François Lamy, ministre délégué en charge de la ville, la socialiste Naïma Charaï a été nommée à la tête du conseil d’administration de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (Acsé).

Née au Maroc, Naïma Charaï est arrivée en France à l’âge de 4 ans en 1976 suite à l’application de la loi sur le regroupement familial. Proche de l’aile gauche du parti socialiste (*), elle est élue conseillère régionale d’Aquitaine en 2004 où elle est chargée par Alain Rousset des questions de lutte contre les discriminations. En 2008, cette dernière déclarait au journal Libération : « Dans la constitution d’une liste, on est toujours la représentation de quelque chose. Effectivement, je suis une Arabe et ce que je trouve déplorable, c’est qu’on ne soit pas suffisamment » !

Elle succède à Salima Saa à la tête de cet établissement public qui dispose d’un budget de 350 millions d’euros, distribué en priorité dans les zones de forte immigration et dont le but est « d’améliorer chaque jour la vie des habitants des quartiers prioritaires ».

Dans son discours d’ouverture prononcé le mardi 09 Octobre, Naïma Charaï s’est engagé à « défendre les nombreux acquis professionnels de cet établissement public (…) qui finance plus de de 10 000 associations » !

(*) Naïma Charaï (photo avec Caroline Fourest) adhère au Parti socialiste en 2002, suite à la qualification de Jean-Marie le Pen au second tour des élections présidentielles : « J’ai pris conscience que l’engagement associatif était nécessaire, mais insuffisant. J’ai adhéré au PS pour que ça ne se reproduise pas ».

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2021, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [www.infos-bordeaux.fr].

6 réactions

  1. Elles sont mignonnes toutes les trois ! (Naïma Charaï, Caroline Fourest et Monique Nicolas du NPA)

    • Savez-vous que Mme Nicolas roule à vélo sur les trottoirs bordelais ? Encore une fois, un non respect de la loi. Elle a forcé le passage un jour devant moi, bousculant une poussette avec un enfant dedans(devant le magasin de meubles cours d’Albret)et ne s’excusant nullement auprès de la maman. Je n’ai pas eu le temps de la prendre en photo, mais la prochaine fois que je la voie rouler sur un trottoir, je le fais et je porte plainte pour mise en danger de la vie d’autrui et si elle me touche au passage, ce sera pour agression et coups et blessures.

  2. Pour info, l’Acsé finance pour plusieurs centaines de milliers d’euros Sos-Racisme, association proche de l’actuel gouvernement. D’un autre coté, la “droite” le faisait déjà !

    • L’ACSE est la structure qui prolonge le Fonds d’Action Sociale pour les Immigrés et leurs familles créé par l’Ordonnance de 1959… qui récoltait à l’origine les allocations familiales qui n’étaient pas versées aux travailleurs immigrés au titre de leurs enfants demeurant dans le pays d’origine, en vue de facilité l’intégration de ces travailleurs en France… Le FAS a été l’un des principaux financeur de la construction des Foyers SONACOTRA (aujourd’hui ADOMA). A partir des années 80 il a participé à l’essor des associations au sein et autour des populations immigrées. Devenu le FASILD, puis l’ACSE, ce fonds est aujourd’hui très largement décentralisé… Sa majeure partie est mise à disposition des municipalités au travers de Contrats Urbains de Cohésion Sociale (CUCS), qui financent ainsi, soit directement, soit au moyen de partenariats avec des acteurs du monde associatifs ou des entreprises, des projets destinés à favoriser la cohésion sociale dans notre pays.

  3. Pingback: :: Novopress.info – Agence de presse indépendante | L’élu régional socialiste, Naïma Charaï, nommé à la tête de l’Acsé

  4. « Après une campagne d’information, en 2010 et 2011, sur les grossesses non désirées, on a compris qu’il fallait aller plus loin, a expliqué la conseillère régionale, notamment en faveur des populations avec des difficultés économiques et géographiques. » En effet, ce chéquier s’adresse aux jeunes qui se trouvent trop éloignés des possibilités de consultations anonymes et gratuites en planning familial. En Haute Gironde par exemple, seule la ville de Blaye dispose d’un planning, et les habitants des autres communes sont isolés s’ils ne disposent pas d’un moyen de transport.

Le sondage du moment

Ressentez-vous la montée de l’insécurité dans la métropole bordelaise ?

Chargement ... Chargement ...

Archives des sondages

Inscription aux alertes