Actualités, Politique, Vidéo

Bordeaux : L’extrême gauche défile dans le quartier Saint Michel

Environ deux cents manifestants de gauche et d’extrême gauche ont défilé dans le quartier Saint Michel afin de protester contre « des violences alimentées par la haine de l’Autre » qui auraient eu lieu il y a quelques jours. Cette manifestation avait-elle pour but de dénoncer les trafiquants de drogue qui œuvrent en toute impunité, voulait-elle alerter contre les nombreuses agressions causées par des immigrés (notamment d’Afrique du Nord), contre les incivilités permanentes dans ce quartier ?

Vous n’y êtes pas. Sos Racisme, l’Union départementale CGT de la Gironde, la Ligue des Droits de l’Homme, le Nouveau parti anticapitaliste, le Parti communiste français et l’Offensive antifasciste Bordeaux veulent « virer les fachos de Saint Michel » après une rixe ayant opposé une dizaine de jeunes « nationalistes » à quelques racailles de ce quartier du centre-ville de Bordeaux.

Très peu d’habitants du quartier s‘étaient déplacés, mais la gauche a sauté sur l’occasion pour tenter de recréer une unité bien abimée par les dernières élections. Il est vrai que la France insoumise prévient depuis plusieurs semaines qu’ils organiseront le “troisième tour dans la rue“.

Les militants de Jean Luc Mélenchon étaient d’ailleurs nombreux dans la manifestation, aux cotés des habituels représentants des partis de gauche et quelques antifas (photos) bien connus des forces de l’ordre.

On a pu apercevoir l’ancien candidat à la présidentielle, Philippe Poutou, le communiste Olivier Escots (adjoint au maire), Nicolas Thierry, le nouveau député EELV, les activistes Myriam Eckert et Karfa Diallo, la socialiste Naïma Charaï, ainsi que de nombreux militants (Mathieu Caillaud, Nikola Dobric, Sacha André, Jean-Claude Guicheney, Sylvie Nony, Wiame Benyachou, Florence Guéry Pierre-Antoine Cazau Eloi Tardy Matthieu Mangin, Grégory Subervie…).

Comme l’explique dans le journal Sud-Ouest, Samir, un étudiant marocain installé à Saint Michel depuis 2016. « Il faut aussi se demander pourquoi cet incident est arrivé. Je dis que c’est un incident car ce n’est pas la coutume. On ne peut pas dire qu’il y a du fascisme dans le quartier, ni dans Bordeaux ».

Alors qu’il est très silencieux contres les agressions quotidiennes que subissent les bordelais, le maire très controversé, Pierre Hurmic, a réagi dans un communiqué de presse contre « les actes d’intimidations dans le quartier Saint-Michel ». Ce dernier est également furieux contre les nombreuses dégradations sur « les passages piétons arc-en-ciel », véritables objets de propagandes disséminés dans toute la ville. « J’ai transmis toutes les plaintes déposées par la Ville pour les dégradations commises sur les passages piétons arc-en-ciel, et j’ai demandé la plus grande réactivité des services de la Police municipale pour fournir les images des caméras de vidéoprotection dès qu’une réquisition judiciaire sera effectuée » !

Quelques heures avant la manifestation, un Afghan de 23 ans attaquait, barrière de Toulouse, des passants avec un couteau. Il y a quelques jours, un Algérien en situation irrégulière (M’Barek Gueceb) agressait sexuellement deux jeunes filles de 15 ans. Les victimes attendent toujours les réactions d’indignation du maire et des associations subventionnées !

 

[cc] Infos Bordeaux, 2010-2021, Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d´origine [www.infos-bordeaux.fr].

2 réactions

  1. J’ai cru que c’était une manifestation du Rassemblement national, il n’y avait que des non racisées !

  2. Pourquoi y a t-il 90% d’hommes blancs (fauchés) chez les antifa et communistes ?

Le sondage du moment

Ressentez-vous la montée de l’insécurité dans la métropole bordelaise ?

Chargement ... Chargement ...

Archives des sondages

Inscription aux alertes